Environnement : Les plages d’Eilat n’accepteront plus d’objets jetables
Rechercher

Environnement : Les plages d’Eilat n’accepteront plus d’objets jetables

Il sera interdit aux baigneurs d'apporter des objets jetables sur la plage, qu'ils soient en plastique, en aluminium, en carton ou en papier

Les visiteurs marchent dans un tunnel de 15 mètres à travers l'attraction  Shark World, ou le monde des requins, à l'Observatoire sous-marin d'Eilat  (Crédit : Shmuel Bar-Am)
Les visiteurs marchent dans un tunnel de 15 mètres à travers l'attraction Shark World, ou le monde des requins, à l'Observatoire sous-marin d'Eilat (Crédit : Shmuel Bar-Am)

La station balnéaire d’Eilat va devenir la première grande ville israélienne à interdire l’utilisation d’objets et sacs jetables sur ses plages pour protéger la mer Rouge de la menace du plastique, a indiqué jeudi la municipalité.

L’amendement au code municipal d’Eilat, approuvé mercredi soir, fait de cette plage la première en Israël à adopter un tel règlement.

Il sera interdit aux baigneurs d’apporter des objets jetables sur la plage, qu’ils soient en plastique, en aluminium, en carton ou en papier. Et ces articles ne seront pas vendus dans les kiosques ou restaurants le long de la plage.

Les couverts, les tasses, les sacs d’emballages et les pailles, sont des « articles jetables qui se décomposent en particules de différentes tailles sur terre et dans la mer, nuisant aux animaux terrestres et aquatiques », souligne le texte accompagnant le nouveau règlement.

A LIRE : La barrière de corail d’Eilat se régénère et résiste au réchauffement climatique

En l’absence de législation nationale limitant l’usage notamment des sacs plastiques, les stations balnéaires d’Israël ont pris des initiatives, la ville côtière d’Herzliya préparant des réglementations similaires.

« Eilat possède des ressources naturelles uniques… Nous devons les protéger de toutes les manières », a déclaré le maire Meir Yitzhak Halevy dans un communiqué.

Meir Yitzhak Halevy (Crédit : CC BY-SA 3.0)

Le règlement, qui exonère les bouteilles, doit toutefois encore être approuvé par le ministère de l’Intérieur avant de prendre effet. La ville envisage des amendes allant jusqu’à 730 shekels (190 euros).

Israël est à la traîne de l’Union européenne dans le domaine de l’élimination de plastique jetable.

La directrice de l’ONG écologiste Zalul, Maya Jacobs, a salué l’initiative d’Eilat, qu’elle a qualifiée de « révolutionnaire » et exhorté les autres villes côtières du pays à adopter des mesures similaires

Le cas d’Eilat est toutefois particulièrement sensible en raison du récif de corail qui se trouve à une courte distance de la plage. « C’est une zone qui doit être protégée, notamment avec les coraux rares », a expliqué Mme Jacobs à l’AFP.

Le réchauffement climatique et la hausse des températures de l’eau font blanchir et mourir les coraux un peu partout dans le monde. Mais les coraux du nord de la mer Rouge résistent pour le moment.

Les poissons tropicaux à la barrière de corail d’Eilat (Crédit : Asaf Zvuloni / Israel Nature and Parks Authority / FLASH90)

Les plages d’Eilat font face à celles d’Aqaba, ville jordanienne touristique et dont les rivages sont très pollués.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...