États-Unis : Un chef de police s’excuse d’avoir liké un message pro-israélien
Rechercher

États-Unis : Un chef de police s’excuse d’avoir liké un message pro-israélien

Le Libano-américain de la banlieue de Détroit précise être « un fier arabo-américain et que je dis haut et fort : #FreePalestine »

Des manifestants américains soutenant les Palestiniens tiennent un rassemblement le 18 mai 2021, à Dearborn, dans le Michigan. 
(Crédit : AP Photo/Carlos Osorio)
Des manifestants américains soutenant les Palestiniens tiennent un rassemblement le 18 mai 2021, à Dearborn, dans le Michigan. (Crédit : AP Photo/Carlos Osorio)

JTA – Le chef de la police de Dearborn, une banlieue de Détroit où vit une importante minorité arabo-américaine, s’est excusé d’avoir liké un message pro-israélien sur les médias sociaux, après avoir été critiqué par certains membres de sa communauté.

« Il y a quelques jours, j’ai aimé la photo de profil d’un collègue et ami professionnel, j’ai appris par la suite qu’elle contenait un message qui a bouleversé de nombreuses personnes », a déclaré Ronald Haddad le 18 mai, selon le Detroit Free Press.

« Je suis désolé pour toute blessure ou confusion que cette erreur ait pu causer. »

Haddad, qui est libano-américain et chrétien, a déclaré s’identifier à la « lutte palestinienne » et a posté ensuite une photo d’un drapeau palestinien dans son bureau.

« Ce drapeau palestinien est dans mon bureau depuis des années », a-t-il dit.

« Mes parents libanais m’ont élevé dans la lutte pour les droits palestiniens. Alors laissez-moi être clair. Je suis un fier arabo-américain, et je dis haut et fort : #FreePalestine. »

Haddad s’est retrouvé sous le feu des critiques des dirigeants locaux après avoir liké le changement de photo de profil d’un policier d’un autre département.

Le 11 mai, un jour après le début des derniers combats entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, l’agent a ajouté une bannière à sa photo de profil où l’on pouvait lire : « Je me tiens aux côtés d’Israël. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...