Eurovision : le compte à rebours a commencé, voici comment vous y préparer
Rechercher

Eurovision : le compte à rebours a commencé, voici comment vous y préparer

Les tensions à Gaza désormais dissipées, Tel Aviv met tout en œuvre pour offrir une expérience unique aux touristes, des cours d'hébreu aux repas de Shabbat

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

La lauréate de l'Eurovision 2018 Netta Barzilai en concert place Rabin à Tel Aviv, le 14 mai 2018. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
La lauréate de l'Eurovision 2018 Netta Barzilai en concert place Rabin à Tel Aviv, le 14 mai 2018. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

L’escalade de tirs de roquettes depuis Gaza connaissant une accalmie, Israël se consacre désormais à l’organisation du concours de l’Eurovision pour la troisième fois de son histoire, un privilège obtenu grâce à la victoire de Netta Barzilai l’an dernier avec sa chanson « Toy ».

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec ce concours vieux de 62 ans, qui compte plus de règles que les Jeux Olympiques, le site de l’Eurovision en présente une liste exhaustive, détaille son histoire et permet de télécharger les chansons qui seront chantées cette année.

Pas intéressés par les faits et les chiffres ? Pas d’inquiétudes. Tel Aviv, ville de Netta Barzilai, qui a remporté la dernière édition du concours et ville organisatrice de l’évènement, s’y prépare depuis des mois, avec des activités, des visites, des décorations, des cours d’hébreu, et même un village entier consacré à cette occasion.

On pourrait attendre jusqu’au 14 mai (la première demi-finale), le 16 mai (la deuxième demi-finale) ou le 18 mai (la soirée du concours) pour penser à l’événement, mais autant s’y préparer dès maintenant.

Un sac de gym avec le logo de l’Eurovision, vendu à Tel Aviv. (Crédit : ville de Tel Aviv-Jaffa)

1) Equipez-vous, mais avec style ! Des accessoires aux couleurs de l’Eurovision sont en vente en ligne, ou pendant l’événement, mais dans certains points de vente à Tel Aviv, vous trouverez des t-shirts, des débardeurs, des chapeaux et même des chaussettes, pour des prix allant de 20 shekels pour un porte-clef à 120 pour un t-shirt. Les produits sont également disponibles à l’office du tourisme près de la Tour de l’horloge de Jaffa, au 46 rue Samuel Herbert et au centre Dizengoff.

2) Faites quelques recherches sur l’Eurovision. Pouvez-vous nommer les anciens lauréats israéliens et leurs chanson ?

Bien, je vous souffle la réponse. Izhar Cohen & Alpha Beta en 1978, pour « A-Ba-Ni-Bi » ; Milk and Honey en 1979 pour « Hallelujah »; Dana International en 1998 pour « Diva » et Netta Barzilai en 2018 pour Toy.

Et quid de la première chanson israélienne en langue arabe ? Elle est à attribuer aux candidates de 2009, la chanteuse israélo-arabe Mira Awad et la chanteuse juive israélienne Achinoam Nini. Israël n’a pas participé aux éditions de 1980 et 1984 parce que le concours coïncidait avec Yom HaZikaron. Et enfin, retenez-cela : la chanson lauréate de 1979, « Hallelujah », a été choisie durant une semaine historique pour Israël, qui entamait un très attendu traité de paix avec l’Egypte. Et vous vous étonnez encore qu’Israël ait gagné cette année-là ?

3) Assurez-vous de télécharger les chansons disponibles gratuitement sur le site via Spotify ou Apple Music. Parce qu’on parle bien de musique ici, du moins en partie.

4) L’Eurovision est certes un divertissement, mais il est pris très au sérieux par certains, notamment par les guides touristiques de Rainbow Tour TLV, qui se sont spécialisées dans le sujet et proposent des parcours dédiés dans Tel Aviv.

Tel A-Diva est une visite guidée interactive, centrée sur l’Eurovision, qui montre comment la société israélienne a été marquée par le concours et comment, comment les évènements historiques du pays ont trouvé leur place dans les chansons des candidats. La visite comprend des chants, de la danse, des rafraîchissements gratuits (en journée) et des promotions dans des bars (en soirée), pour 100 shekels les deux heures.

Les guides du Rainbow Tour sont des geeks de l’Eurovision, comme notamment Yael Dinur, une Hiérosolymitaine, Tel-Avivienne d’adoption, passionnée par tout ce qui a trait à l’Eurovision. Sa candidate préférée était Ofra Haza qui chantait »Chai » en 1983 en Allemagne, et qui a obtenu la deuxième place (mais qui aurait dû gagner, selon Dinur), et elle connaît toutes sortes de détails obscurs, comme le fait que l’hébreu est l’une des langues qui a le plus de succès dans la compétition, après l’anglais et le français, et que l’arabe est à peine entendu – une fois à travers le Maroc, en 1980, et une seconde fois via Israël, en 2009. La candidature de l’Italie cette année, avec Mahmood, est également en langue arabe.

5) Prenez en compte les implications sociales de l’Eurovision, avec une visite de l’exposition « Bereshit: Dana International, The Exhibit ». Cette exposition, qui faisait initialement partie de l’Israel Design Season de Holon, se penche sur Dana International, la chanteuse transgenre qui a remporté l’Eurovision pour Israël en 1998, changeant la façon dont Israël et le monde entier percevaient les personnes transgenres.

L’exposition met en avant les objets de mode et les tenues des différentes apparitions de la chanteuse, notamment la célèbre robe en plume signée Galit Levi, que Dana a portée lorsqu’elle a remporté l’Eurovision, et la robe signée Jean-Paul Gaultier qu’elle arborait lors de son premier concert après sa victoire.

L’œuvre de Hanoch Piven sur Dana International dans le cadre de l’exposition « Bereshit: Dana International: The Exhibit ».(Crédit : ‘Bereshit’)

On peut également y voir un brouillon de la chanson Diva, des disques d’or, des vidéos personnelles qui relatent ses voyages, des photos de mode de ses collections privées et les travaux des artistes et designers israéliens qui ont été inspirés par Dana International. L’exposition est accessible jusuq’au 18 mai, au port de Tel Aviv, Hangar 24, et l’entrée est libre.

6) Vous craignez que votre hébreu ne soit pas assez bon pour circuler en ville ? Pas d’inquiétude : Il y aura un oulpan – cours d’hébreu – organisé chaque soir à 17 heures au Village de l’Eurovison (bien avant l’happy hour) pour que les touristes puissent apprendre quelques phrases essentielles comme « combien ça coûte ? » et « lancez le compteur ! » (pour les chauffeurs de taxi), et savoir ce qu’a voulu dire Netta quand elle a clamé « Kapara alei’hem’ en apprenant sa victoire l’an dernier.

7) Assurez-vous de vous procurer une bouteille de l’édition limitée Milk & Honey de Levantine Gin pour célébrer l’Eurovision, avec une étiquette conçue tout spécialement pour l’occasion par l’artiste de Tel Aviv Pierre Kleinhouse.

Une bouteille de gin de M&H’s Levantine gin, spécialement étiquetée pour l’ Eurovision (Courtesy M&H)

Ce gin fait à base d’orge maltée est broyé puis stocké dans des cuves à vin pendant plusieurs mois, développant des notes de genièvre, d’hysope, de zeste de citron, d’orange, de camomille, de verveine, de cannelle et de poivre noir. Il est disponible dans les boutiques de spiritueux de Tel Aviv et chez M&H Distillery, à l’office du tourisme, qui organisera des dégustations durant la semaine de l’Eurovision.

8) Les repas du Shabbat, qui ont lieu le vendredi soir, sont un incontournable de la vie israélienne, que vous soyez laïcs ou religieux. Familles et amis se retrouvent autour d’un repas convivial, se détendent autour d’une table et se racontent leur semaine.

Avant la grande soirée du samedi 18 mai, les touristes pourront faire l’expérience d’un repas de Shabbat le 17 mai, grâce à la mairie de Tel-Aviv Jaffa qui s’est associée à l’application de partage de repas Eatwith.

Le projet Shabbat Dinner mettra en relation des touristes et des familles locales qui les recevront pour un repas et une expérience d’immersion. Les touristes partageront un repas de Shabat avec une famille d’accueil. L’application Eatwith et le LGBTQ Center de Tel Aviv proposent un Proud Shabbat Dinner en mettant en relation les touristes avec des familles LGBTQ-friendly. Autre option, les repas collaboratifs organisés par les centres communautaires de la ville.

Partagez un repas de Shabbat avec des locaux la veille de l’Eurovision, avec la ville de Tel-Avvi-Jaffa et l’applciation Eatwith.(Crédit : Eatwith)

Les touristes se verront facturer la modique somme de 50 shekels pour réserver une place, et tous les bénéfices seront reversés aux hôtes. Les inscriptions sont ouvertes en ligne.

9) Si vous êtes à la recherche d’un bon repas pendant la semaine pré-Eurovision, Betzavta sera ravi de vous mettre en relation avec l’une des
1 000 familles, couples et colocataires en Israël qui accueilleront des touristes venus pour l’Eurovision pour un repas en toute décontraction, afin d’en apprendre plus sur Israël et de faire connaissance.

Les touristes doivent remplir un formulaire avec leurs coordonnées, le but de leur voyage et se présenter rapidement. Ces informations permettent à Betzavta de faire les meilleures associations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...