Rechercher

Évasion: Katy Perry tient le directeur de Gilboa Freddy Ben Shitrit pour responsable

La cheffe des services pénitentiaires estime qu'il est évident qu'il ne fallait pas "mettre deux prisonniers répertoriés comme 'à haut risque d'évasion' dans la même cellule"

Katy Perry, chef du service pénitentiaire israélien le 12 janvier 2022, et (droite) le commandant de la prison de Gilboa, Freddy Ben Shitrit le 25 novembre 2021, lors d'une commission d'enquête sur l'évasion de prisonniers de sécurité de la prison de Gilboa, à Modiin. (Crédit : Flash90)
Katy Perry, chef du service pénitentiaire israélien le 12 janvier 2022, et (droite) le commandant de la prison de Gilboa, Freddy Ben Shitrit le 25 novembre 2021, lors d'une commission d'enquête sur l'évasion de prisonniers de sécurité de la prison de Gilboa, à Modiin. (Crédit : Flash90)

La cheffe de l’administration pénitentiaire israélienne, Katy Perry, a dénoncé les agissements du directeur de la prison de Gilboa, Freddy Ben Shitrit, à propos de l’évasion de six terroristes palestiniens l’an dernier, lors de son témoignage mercredi devant une commission d’enquête sur cette affaire.

« Il est évident et simple de ne pas mettre deux prisonniers répertoriés comme ‘à haut risque d’évasion’ dans la même cellule pendant neuf mois, c’est la responsabilité directe du commandant de la prison », a déclaré Perry à la commission.

L’évasion de septembre dernier, qui s’est terminée par la capture des deux derniers détenus évadés environ deux semaines plus tard, a été considérée comme un échec majeur et une source d’embarras pour les services pénitentiaires israéliens. Les prisonniers auraient creusé le tunnel pendant des mois avant l’évasion, en utilisant des assiettes, des manches de casseroles, des débris de construction et une partie d’un cintre métallique.

« Je suis soumise à des critiques sévères et cinglantes, certaines pendant une période où je n’étais pas en fonction », a déclaré Perry mercredi. « L’évasion de Gilboa est une mésaventure grave, et nous avons du chemin à faire pour la réparer. »

Des policiers et des gardiens de prison inspectent les lieux d’une évasion de six prisonniers palestiniens, à l’extérieur de la prison de Gilboa, dans le nord d’Israël, le 6 septembre 2021. (Crédit : Sebastian Scheiner/AP)

À aucun moment au cours de son témoignage, Perry n’a endossé la responsabilité de l’évasion de la prison. « J’ai pris le poste après deux ans en tant que chef intérimaire… et deux ans auparavant, le service pénitentiaire était dépourvu de chaîne [de] commandement stable. En pratique, il y a eu quatre ans sans commissaire permanent », a-t-elle déclaré.

Ben Shitrit a affirmé en novembre qu’il avait été « étiqueté » par Perry comme étant « la personne responsable des faits », et a déclaré qu’elle avait tenté de l’évincer avant même que l’événement ne fasse l’objet d’une enquête.

Six prisonniers – cinq membres du Jihad islamique palestinien et Zakaria Zubeidi, un terroriste du Fatah – s’étaient évadés de la prison Gilboa en date du 6 septembre.

Plusieurs d’entre eux avaient été condamnés pour des crimes capitaux et purgeaient des peines de prison à vie. Quatre des prisonniers ont été capturés dans le nord d’Israël au cours de la première semaine, mais deux autres ont gagné la ville de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, où ils se sont cachés jusqu’à leur arrestation le 19 septembre.

Des policiers et des gardiens de prison inspectent les lieux d’une évasion de prison à l’extérieur de la prison de Gilboa, dans le nord d’Israël, le lundi 6 septembre 2021. (AP / Sebastian Scheiner)

L’évasion a mis au jour une série de défaillances au sein de la prison, notamment l’incapacité à tirer les leçons des précédentes tentatives d’évasion et plusieurs bévues opérationnelles, telles que des miradors non surveillés et des gardiens endormis.

Durant son témoignage l’an dernier au sujet de l’évasion, Ben Shitrit a révélé que la prison « faisait du proxénétisme avec les soldates » et « qu’elle remettait des soldates à des terroristes à des fins sexuelles », faisant apparemment référence à une pratique présumée consistant à placer des soldates en contact étroit avec les prisonniers comme des objets sexuels à reluquer, voire à agresser.

Ces accusations avaient été rapportées pour la première fois en 2018 par la Vingtième chaîne et fermement démenties par le service pénitentiaire. Une première enquête a été classée en raison d’un manque de preuves.

Depuis que Ben Shitrit – qui ne se trouvait pas à la prison au moment des incidents présumés – a livré son témoignage, les appels se sont multipliés pour que l’affaire soit rouverte. La commission d’enquête existante a déclaré qu’elle n’enquêterait pas sur les allégations concernant les femmes soldats.

Le commandant de la prison de Gilboa, Freddy Ben Shitrit, arrive pour son témoignage devant le comité d’inspection du gouvernement pour enquêter sur l’évasion des prisonniers de sécurité de la prison de Gilboa, à Modiin, le 24 novembre 2021. (Crédit : Flash90)

Les procureurs de l’État ont depuis ordonné à la police de rouvrir une enquête sur ces allégations.

Selon ces allégations, un agent des services de renseignement, Rani Basha, aurait placé des gardiennes dans l’aile de sécurité de l’établissement à la demande d’un terroriste condamné.

Dans une interview accordée à la Douzième chaîne, Rani Basha a nié ces allégations, affirmant qu’elles « ne sont pas vraies » et que les soldates étaient en fait des « agents » chargés – avec leur plein consentement – de soutirer des informations aux détenus. Le mois dernier, Perry a ordonné l’ouverture d’une procédure visant à évincer Basha.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...