Fraudes présumées : L’avocat de Sara Netanyahu veut faire appel
Rechercher

Fraudes présumées : L’avocat de Sara Netanyahu veut faire appel

Le tribunal avait alloué à l'ancien travailleur de Netanyahu 120 000 shekels de dommages et intérêts en compensation des mauvais traitements subis

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

L'ancien employé de la résidence du Premier ministre, Guy Eliyahu, s'exprime devant les médias alors qu'il arrive à son procès contre le Bureau du Premier ministre au tribunal du travail régional de Jérusalem, le 29 octobre 2015 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
L'ancien employé de la résidence du Premier ministre, Guy Eliyahu, s'exprime devant les médias alors qu'il arrive à son procès contre le Bureau du Premier ministre au tribunal du travail régional de Jérusalem, le 29 octobre 2015 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le tribunal du travail du district de Jérusalem a attribué mardi 120 000 shekels (28 000 euros) de dommages et intérêts à un ancien employé de la résidence officielle du Premier ministre Benjamin Netanyahu, jugeant que la femme de Netanyahu, Sara, l’avait maltraité avec des violences verbales et des exigences déraisonnables.

L’ancien agent d’entretien Guy Eliyahu poursuivait le bureau du Premier ministre pour licenciement injustifié et mauvais traitements lorsqu’il travaillait à la résidence. D’autres poursuites civiles accusent Sara Netanyahu d’avoir maltraité des employés.

La décision est survenue après que, plus tôt cette semaine, la police a indiqué qu’une enquête sur Sara Netanyahu avait été remise au procureur de l’Etat. Des rapports ultérieurs ont noté que la police avait recommandé qu’elle soit accusée de fraude pour malversations financières à la résidence officielle.

Yossi Cohen, avocat représentant Sara Netanyahu, a rejeté la décision du tribunal du travail du district de Jérusalem d’attribuer à Guy Eliyahu, ancien employé de la résidence officielle du Premier ministre, 120 000 shekels (28 000 euros) de dommages et intérêts.

« Le traitement abusif réel est celui de la juge Proginin, qui, comme prévu, a de nouveau ouvertement ignoré le témoignage de Mme Netanyahu », a affirmé Cohen suite à la décision du tribunal.

« L’affaire a été traitée d’une manière unilatérale et Mme Netanyahu n’a pas été autorisée à amener des témoins qui auraient discrédité les allégations fausses et trompeuses de Guy Eliyahu. Nous avons l’intention de faire appel de cette décision partiale et injuste », a-t-il ajouté.

La juge Dita Proginin a condamné l’entreprise de ressources humaines Cleanor, qui employait Eliyahu, à lui verser 30 000 shekels (7 000 euros), et l’Etat à payer 65 000 shekels (15 130 euros) pour « détresse » et 25 000 shekels (5 820 euros) de plus pour avoir enfreint les lois du travail relatives aux heures de travail et aux périodes de repos. L’Etat et Cleanor ont également été condamnés à payer les frais de justice de 12 000 shekels (2 790 euros) dans les 30 jours.

Dans un témoignage, en septembre dernier, Eliyahu a raconté à la cour que Sara Netanyahu l’avait rappelé au travail après minuit pour qu’il lui réchauffe un bol de soupe. « Vous revenez chaque fois que je veux manger », l’avait-elle réprimandé, d’après les paroles d’Eliyahu.

On lui a également ordonné de retourner à la résidence au milieu de la nuit car il n’avait pas souhaité bonne nuit à Mme Netanyahu. « Vous devez me dire bonne nuit avant de partir », lui aurait dit Mme Netanyahu d’après Eliyahu.

À une autre occasion, il dit qu’il a été envoyé acheter à manger avant d’être accusé d’ « essayer de la faire grossir » quand il est revenu.

Proginin a jugé que la demande de revenir et dire bonne nuit « était une demande déraisonnable et humiliante qui ne prenait pas en considération le droit du travailleur à être traité avec respect ni le droit de travailler à des heures raisonnables ».

En mars, Proginin a attribué à Menny Naftali, un ancien gardien à la résidence du Premier ministre, 170 000 shekels (environ 39 570 euros) de dommages et intérêts, acceptant ses allégations de mauvais traitements infligés par Sara Netanyahu. La décision a conduit à une tentative ratée par Sara Netanyahu de faire révoquer Proginin dans l’affaire Eliyahu.

Proginin a déclaré qu’Eliyahu avait été « exposé à un emploi néfaste à la résidence, de par les réprimandes, les cris, les humiliations et les exigences excessives et déraisonnables. Au cours de la période où il travaillait à la résidence il y avait une atmosphère de peur, et il devait travailler de nombreuses heures d’une manière qui ne correspond pas à la loi ».

« Vous pouvez toujours changer la manière dont l’histoire vous juge. C’est entre vos mains. Vous devez changer. Pour votre propre bien et pour le bien de tous les travailleurs en Israël »
Naomi Landau, avocate d’Eliyahu

L’avocate d’Eliyahu, Naomi Landau, a demandé à la femme du Premier ministre de réparer ses torts.

« Je n’ai jamais rencontré un employeur aussi cruel, qui a mené une campagne tous azimuts de violence et d’abus contre de simples travailleurs dont le seul péché était de vouloir voir leurs droits en tant que travailleurs respectés », a-t-elle déclaré.

« Je demande à Mme Sara Netanyahu de changer ses manières de faire. Il est temps de cesser de ridiculiser le peuple israélien. Mme Netanyahu, regardez-vous dans le miroir. Vous pouvez toujours changer la manière dont l’histoire vous juge. C’est entre vos mains. Vous devez changer. Pour votre propre bien et pour le bien de tous les travailleurs en Israël ».

Un ancien cuisinier de la résidence, Eti Haim, a également témoigné contre Netanyahu, disant à la cour que la femme du Premier ministre, l’avait frappée à la main une fois pour avoir ouvert malencontreusement une porte sur elle.

Dans une longue déposition, Haim, qui a été contrainte par le tribunal de témoigner après avoir initialement refusé de le faire, a également rapporté un incident au cours duquel Sara Netanyahu a jeté des assiettes à travers la terrasse du jardin.

Dimanche, la police a dit au procureur d’Etat, qu’elle avait récolté suffisamment de preuves pour intenter une action en justice contre la femme du Premier ministre pour fraude aggravée pour l’appropriation des fonds publics à usage privé destinés à la résidence du Premier ministre.

Sara Netanyahu a été accusée de comportement inapproprié et de détournement de fonds de l’Etat par rapport à sa résidence. Les accusations comprennent la réception de marchandises sous de faux prétextes, la falsification de documents et des abus de confiance. Elle nie tout comportement irrégulier.

Deux des cas impliquent l’utilisation de l’argent de l’Etat par Sara Netanyahu pour commander de la nourriture pour un usage personnel, et un troisième cas implique l’utilisation de fonds publics pour payer un aide à domicile pour son vieux père.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...