Gantz et Peretz soutiennent une coalition de centre-gauche malgré les revers
Rechercher

Gantz et Peretz soutiennent une coalition de centre-gauche malgré les revers

Kakhol lavan et les Travaillistes comptent "rassembler tous les partenaires politiques" - allusion aux partis arabes - pour éviter un 4e scrutin ; Liberman : même position

Le dirigeant de Kakhol lavan, Benny Gantz, (à gauche), et le dirigeant du Parti travailliste, Amir Peretz, se rencontrent pour discuter des négociations de coalition, le 11 mars 2020. (Kakhol lavan/Elad Malka)
Le dirigeant de Kakhol lavan, Benny Gantz, (à gauche), et le dirigeant du Parti travailliste, Amir Peretz, se rencontrent pour discuter des négociations de coalition, le 11 mars 2020. (Kakhol lavan/Elad Malka)

Malgré le revers subi ces derniers jours par trois députés du centre et de la gauche qui ont annoncé leur opposition à un gouvernement minoritaire dépendant de la Liste arabe unie à majorité arabe, les dirigeants de Kakhol lavan et du Parti travailliste ont insisté sur le fait qu’ils étaient toujours sur la bonne voie pour former un gouvernement et évincer le Premier ministre en place depuis longtemps, Benjamin Netanyahu.

Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz et le président du Parti travailliste Amir Peretz se sont rencontrés mercredi matin, un jour après que la n°2 de l’alliance Travailliste-Gesher-Meretz, la députée Orly Levy-Abekasis, a déclaré qu’elle était opposée à l’idée d’un gouvernement minoritaire soutenu par les partis à majorité arabe, et a annoncé qu’elle n’était plus redevable à ses partenaires politiques de gauche.

Dans un communiqué commun publié mercredi, Gantz et Peretz ont semblé écarter ce revers et réaffirmer leur volonté de coopérer avec la Liste arabe unie. Ils « ont convenu de poursuivre leur partenariat stratégique et de poursuivre les efforts pour former un gouvernement, en mobilisant tous les partenaires du système politique pour empêcher Netanyahu et le Likud de traîner le pays vers une quatrième élection », selon le communiqué.

Dans un post ultérieur sur Facebook, Peretz a déclaré : « Nous poursuivons nos efforts pour former un nouveau gouvernement le plus rapidement possible ».

Tout en soutenant fermement Gantz – « Israël a besoin d’un nouveau gouvernement… dirigé par Gantz » – Peretz a laissé entendre qu’il était ouvert à un gouvernement d’unité plus large, composé à la fois de Kakhol lavan et du Likud.

Les députés Orly Levy-Abekasis (à gauche) et Amir Peretz lors de la soirée post-électorale de l’alliance Travailliste-Gesher-Meretz à Tel-Aviv, le 2 mars 2020. (Avshalom Sassoni/Flash90)

Il a déclaré qu’il était « important pour moi de préciser que malgré les circonstances » – une référence apparente à l’annonce de Levy-Abekasis – « je n’ai aucune intention d’aider à la mise en place d’un gouvernement de droite restreint dirigé par Netanyahu qui s’oppose à ma vision idéologique du monde ».

Il a ajouté : « Les moments de décision contiennent des défis pour tous les partis politiques. Je fais tout ce qui est nécessaire pour les surmonter et pour poursuivre notre travail afin de donner aux citoyens d’Israël le gouvernement auquel nous nous sommes engagés avant les élections ».

Ni le Likud de Netanyahu ni Kakhol lavan n’ont obtenu la majorité des sièges à la Knesset lors de l’élection de lundi dernier, et aucun des deux n’a de voie claire vers une coalition majoritaire. Le Premier ministre est soutenu par 58 députés et le Likud est le plus grand parti de la Knesset, qui compte 120 sièges.

De son côté, Gantz s’est efforcé de mettre rapidement en place un gouvernement minoritaire avec le soutien de la Liste arabe unie et d’éviter d’avoir à faire des compromis sur un gouvernement d’union avec le Likud dirigé par Netanyahu.

Le député Ofer Shelah du parti Yesh Atid assiste à une réunion de la commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset, le 30 avril 2018. (Miriam Alster/Flash90)

Les députés du parti Kakhol lavan, Ofer Shelah et Avi Nissenkorn, ont rencontré des représentants de la Liste arabe unie mercredi.

Avant la réunion, Shelah a déclaré aux journalistes à la Knesset : « Le but, de notre point de vue, est d’atteindre une majorité de députés recommandant [au président] que Benny Gantz forme le gouvernement, et d’avoir une Knesset qui soit opérationnelle dès lundi prochain ».

Ahmad Tibi de la Liste arabe unie a tweeté après la réunion que les deux parties « ont échangé leurs positions sur la recommandation au président et les questions parlementaires ».

Ahmad Tibi (au centre) et ses collègues de la Liste arabe unie arrivent pour des entretiens avec des représentants du parti Kakhol lavan, à la Knesset, le 11 mars 2020. (Yonatan Sindel/FLASH90)

Tibi a ajouté qu’ils allaient retrouver le parti pour des consultations, mais les deux camps « rejettent la campagne d’incitation ».

Mercredi également, le leader d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, a déclaré que la position de son parti sur la coopération avec la Liste arabe unie « n’a pas changé », sur la base d’informations selon lesquelles il pourrait accepter de soutenir un gouvernement dirigé par kakhol lavan et soutenu de l’extérieur par la liste à prédominance arabe.

Mais, a-t-il dit, « nous ne sommes pas obligés de fournir à Netanyahu des renseignements ou des tranquillisants. Nous prendrons des décisions en fonction de l’intérêt national et de nos promesses aux électeurs ».

Il a ajouté : « Netanyahu a coopéré avec Arafat et les partis arabes plus que quiconque ».

Le président de l’Autorité palestinienne, Yasser Arafat, (à gauche), et le Premier ministre Benjamin Netanyahu après leur rencontre à Davos, le 2 février 1997. (AP Photo/Patrick Aviolat)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...