Rechercher

Grèce : Des saluts nazis suite au procès en appel de cadres d’Aube dorée

La scène a eu lieu devant la cour pénale, à Athènes, où se tient depuis juin dernier l’audience en appel de dizaines d'anciens responsables du parti néonazi

Nikos Michaloliakos, président du parti grec d'extrême-droite Aube dorée, à Athènes, le 3 février 2018. (Crédit : AP Photo/Yorgos Karahalis)
Nikos Michaloliakos, président du parti grec d'extrême-droite Aube dorée, à Athènes, le 3 février 2018. (Crédit : AP Photo/Yorgos Karahalis)

En Grèce, Kostas Plevris, avocat de l’ex-dirigeant du parti néonazi Aube dorée, Nikólaos Michaloliákos, et des sympathisants de la mouvance ont arboré des saluts nazis mercredi dernier à la sortie du tribunal d’Athènes, a rapporté le journal Libération. Les partisans du parti ont tendu leurs bras quand l’ancien porte-parole du parti, Ilias Kasidiaris, est sorti du bâtiment.

La scène a eu lieu devant la cour pénale, à Athènes, où se tient depuis juin dernier l’audience en appel de dizaines d’anciens responsables d’Aube dorée.

En octobre 2020, les principaux membres d’Aube dorée – qui était autrefois le troisième parti politique de Grèce – avaient été condamnés à des peines allant jusqu’à 13 ans de prison pour constitution d’organisation criminelle, meurtres ou encore détention illégale d’armes.

Le procès du parti néonazi, qui a duré plus de cinq ans, a été décrit comme l’un des plus importants de l’histoire politique grecque.

Les procureurs avaient demandé des peines plus sévères pour le meurtre en 2013 du rappeur antifasciste Pavlos Fyssas et les passages à tabac sauvages de migrants et d’opposants politiques.

Dès l’issue du procès de première instance, un procureur de haut rang avait interjeté appel, au motif que les peines prononcées étaient trop clémentes.

Stelios Kostarelos avait alors estimé que les cadres d’Aube dorée devaient être condamnés au maximum de la peine prévue par la loi, soit 15 ans de prison.

Or selon le verdict de la cour pénale d’Athènes, Michaloliakos et six principaux membres de l’organisation ont été condamnés de dix à treize ans de prison.

Si le parti d’extrême droite a été dissous, il maintient une activité souterraine. Organisation xénophobe et antisémite, elle était en marge de la politique grecque jusqu’à la crise de la dette du pays en 2010. Elle a capitalisé sur la colère du public contre l’immigration et les mesures d’austérité, entrant au parlement pour la première fois en 2012 avec un total de 18 sièges. Trois ans plus tard, Aube dorée était devenue la troisième force politique du pays.

Kostas Plevris avait déjà, à plusieurs reprises, exprimé son antisémitisme et tenu des propos antisémites – il a notamment écrit un pamphlet antisémite.

Des centaines de protestataires antifascistes avaient manifesté en juin dernier lors de l’ouverture du procès en appel pour réclamer des peines plus sévères à l’encontre des condamnés. Le procès devrait durer environ un an.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...