Rechercher
ANALYSE

Herzl Halevi prend les rênes de Tsahal en plein tumulte politique

L'ancien chef du Commandement du Sud devra faire face à la montée de la violence et aux projets du nouveau gouvernement visant à restructurer l'autorité militaire en Cisjordanie

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (g), le ministre de la Défense Yoav Gallant (g) et l'épouse de Herzi Halevi, Sharon (d), décernent au nouveau chef de Tsahal le grade de lieutenant général au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 16 janvier 2023. (Crédit : Alex Kolomoisky/POOL)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (g), le ministre de la Défense Yoav Gallant (g) et l'épouse de Herzi Halevi, Sharon (d), décernent au nouveau chef de Tsahal le grade de lieutenant général au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 16 janvier 2023. (Crédit : Alex Kolomoisky/POOL)

Lundi, Herzi (Herzi) Halevi a pris ses fonctions de nouveau chef d’état-major de Tsahal, alors que l’armée est de plus en plus mêlée au champ de bataille politique, les membres du nouveau gouvernement israélien de la droite radicale s’en prenant à sa précieuse chaîne de commandement.

En vertu des accords de coalition signés entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et les dirigeants des partis d’extrême-droite Otzma Yehudit et HaTzionout HaDatit, le contrôle de la nomination de plusieurs généraux et l’autorité sur certaines unités militaires seront retirés des mains de Tsahal.

Halevi, qui remplace Aviv Kohavi, devra relever ces nouveaux défis en plus de la myriade de menaces sécuritaires auxquelles Israël est confronté, notamment la montée de la violence en Cisjordanie.

« Nos ennemis doivent savoir : nous pouvons faire ce que nous disons que nous ferons, et nous sommes prêts à faire bien plus que ce que nous disons », a averti Halevi.

« Nous préparerons Tsahal à la guerre contre des arènes lointaines et proches ; nous élargirons le recrutement de qualité à Tsahal à toutes les couches de la population, la source de notre force ; nous renforcerons l’armée de réserve et maintiendrons une armée unie, concentrée, morale et professionnelle, libre de toute considération autre que la sécurité », a déclaré Halevi.

« Entre l’autorité et la responsabilité dans l’armée, il existe un concept fondamental : l’unité de commandement. Pour chaque soldat et officier, il y a un commandant, et au-dessus de tous se trouve le chef d’état-major, le plus haut commandement de l’armée, subordonné au ministre de la Défense et soumis au gouvernement », a déclaré le ministre de la Défense Yoav Gallant.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant (au centre) avec le nouveau chef de Tsahal Herzi Halevi (à gauche) et le chef sortant Aviv Kohavi (à droite) au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 16 janvier 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)

« En vertu de ma position et comme l’exige la loi, j’agirai pour que le chef Herzi Halevi puisse assumer ses responsabilités. En attendant, je veillerai à ce que les pressions extérieures – politiques, juridiques et autres – s’arrêtent sur moi et n’atteignent pas les portes de Tsahal », a-t-il ajouté.

« Nous ne nous laisserons pas entraîner dans des guerres inutiles, mais le jour décisif, nous nous battrons », a affirmé Netanyahu.

« L’Iran est responsable de 90 % des problèmes au Moyen-Orient. Ce régime menace de nous détruire. Nous n’attendrons pas qu’une épée tranchante soit placée sur nos cous. Tsahal, le Shin Bet et le Mossad feront tout ce qu’il faut [pour empêcher cela] », a déclaré Netanyahu.

Après avoir reçu son grade, Halevi s’est rendu au mémorial national pour tous les soldats tombés au combat situé près du cimetière militaire du mont Herzl.

Le nouveau chef d’état-major de Tsahal visite le mur Occidental à Jérusalem, le 16 janvier 2023. (Crédit : armée israélienne)

Conformément à la tradition, il s’est ensuite rendu au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem, le vestige emblématique du complexe du Second Temple qui a été un point focal pour le peuple juif pendant 2 000 ans.

Halevi a également rencontré le président Isaac Herzog à la résidence du président à Jérusalem avant de se rendre à Tel-Aviv pour la passation officielle de pouvoir.

Au siège de Tsahal à Tel-Aviv, une garde d’honneur accueillera Halevi et fera ses adieux à Kohavi.

Le 23e chef d’état-major a commencé son service militaire en 1985, dans la brigade des parachutistes. Après avoir suivi un cours de formation d’officiers et commandé un escadron, il est passé à l’unité de reconnaissance d’élite Sayeret Matkal, dont il est devenu le commandant en 2001.

Halevi, 54 ans, a dirigé le Commandement du Sud pendant plusieurs séries de combats entre Israël et les terroristes dans la Bande de Gaza en 2018 et 2019, ainsi que le Directorat des Renseignements militaires. Il a récemment occupé le poste de chef d’état-major adjoint, un poste charnière sur le chemin vers le poste suprême.

Marié et père de quatre enfants, ainsi que coureur amateur, Halevi est titulaire d’une licence en philosophie et en commerce de l’université hébraïque de Jérusalem et est détenteur d’un master en gestion des ressources humaines à l’université de la Défense nationale de Washington.

Il vit dans l’implantation de Kfar HaOranim, qui se trouve à cheval sur la frontière de la Cisjordanie, près de la ville de Modiin. Bien que la ville soit sous la juridiction du Conseil régional de Binyamin, elle est relativement orientée à gauche, avec près de 80 % des votes aux élections législatives de novembre en faveur de partis qui siègent maintenant dans l’opposition.

Le chef sortant du Directorat des Renseignements militaires, le général de division Herzl Halevi, lors d’une cérémonie de nomination du nouveau commandant de l’unité, sur la base militaire de Glilot, près de Tel Aviv, le 28 mars 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90/Dossier)

Halevi, né à Jérusalem, a été nommé d’après son oncle, également parachutiste, qui a été tué le 7 juin 1967, alors que Tsahal reprenait le mur Occidental pendant la guerre des Six Jours.

Le père de Halevi est un descendant du rabbin Abraham Isaac Kook. Il a été élevé dans un foyer religieux et a étudié dans des écoles religieuses pendant son enfance. Il a cessé de porter la kippa à un moment donné pendant son service militaire, mais a déclaré un jour qu’il était toujours pratiquant.

Halevi est surtout connu des médias comme le « général philosophe ».

Dans une interview de 2013 avec le New York Times, Halevi avait déclaré qu’il avait trouvé ses études de philosophie bien plus utiles que l’administration des affaires dans l’armée.

« Les gens avaient l’habitude de me dire que l’administration des affaires est pour la vie pratique et que la philosophie est pour l’esprit », avait-il déclaré. « Au fil des années, j’ai découvert que c’était exactement le contraire – j’ai utilisé la philosophie de manière beaucoup plus pratique. »

L’interview, vieille de près de dix ans, indiquait que Halevi était « considéré comme un candidat de premier plan pour diriger un jour l’armée en tant que chef d’état-major ».

Au cours du récent processus de nomination, Halevi s’est opposé à Eyal Zamir pour le poste suprême de Tsahal.

Zamir, qui a été le secrétaire militaire de Netanyahu, a été nommé une fois auparavant pour ce poste. Mais à chaque fois, c’est le ministre sortant de la Défense, Benny Gantz, qui a choisi le candidat le plus en vue, le plus récent étant Halevi.

Zamir est en passe d’accéder au poste de directeur-général du ministère de la Défense. Cela signifie qu’il continuera à être en contact avec Halevi dans le cadre de son nouveau rôle dans le ministère en charge de l’armée.

Le chef de Tsahal Aviv Kohavi s’exprimant lors d’une cérémonie marquant le changement de chef du Commandement du Front intérieur, le 17 juillet 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major sortant Kohavi a mis en garde vendredi contre le projet du gouvernement de restructurer l’autorité militaire en Cisjordanie, dans le cadre d’un nouveau bureau au sein du ministère de la Défense confié au ministre des Finances, Bezalel Smotrich, chef du parti HaTzionout HaDatit.

S’exprimant lors de la cérémonie, Kohavi a fait ses adieux à Tsahal après plus de 40 ans de service, dont quatre en tant que chef. « Je dis au revoir à Tsahal, que j’aime tant. Je vous salue tous et vous remercie pour le privilège d’avoir commandé l’armée du peuple », a-t-il déclaré.

« Précisément en ces jours de polarisation et de discorde, le service militaire partagé de tous les segments de la société nous rappelle que nous sommes un seul peuple, avec un objectif et un avenir commun », a souligné Kohavi.

Les accords de coalition permettent à Smotrich de nommer les généraux qui dirigent l’unité hybride civile-militaire du Coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) et son bureau supervisant de nombreuses questions liées aux implantations, l’Administration civile, sous réserve de l’approbation de Netanyahu, mais il n’est pas certain que l’armée accepte un tel changement.

Actuellement, le major-général en charge du COGAT est nommé par le ministre de la Défense sur recommandation du chef d’état-major de Tsahal, et le général de brigade qui supervise l’Administration civile est nommé par le chef d’état-major.

Smotrich s’est également vu confier la « responsabilité civile » du COGAT, ce qui signifie apparemment qu’il est responsable de la délivrance des permis de construire en Cisjordanie, tandis que tout le reste est géré par le ministre de la Défense, Yoav Gallant. Smotrich n’a encore pris aucune décision dans le cadre de son poste ministériel secondaire, et le conseiller juridique de la Knesset a déclaré le mois dernier que Gallant serait en mesure de passer outre.

Halevi a rencontré Smotrich la semaine dernière, avant la cérémonie officielle de passation de pouvoirs de lundi. Kohavi, quant à lui, n’a pas voulu rencontrer Smotrich et a déclaré que Tsahal ne répondrait ni à lui ni au ministre de la Sécurité nationale d’extrême-droite, Itamar Ben Gvir.

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, donnant une conférence de presse au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 11 janvier 2023. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Kohavi a également mis en garde contre des projets visant à arracher le contrôle de la police des frontières à la police israélienne et à la placer sous le contrôle direct de Ben Gvir. La police des frontières opère également en Cisjordanie, sous le contrôle opérationnel de Tsahal.

« Nous ne pouvons pas permettre qu’il y ait deux armées, avec des procédures différentes ou des conceptions différentes », a-t-il déclaré à la Douzième chaîne.

Si une telle situation devait se produire, a ajouté Kohavi, pour éviter l’existence de deux chaînes de commandement distinctes, l’armée pourrait être amenée à remplacer les forces de la police des frontières par « des soldats de l’armée permanente – qui auront donc moins de temps pour s’entraîner – ou par des réservistes, qui portent déjà une charge suffisamment lourde ».

Ben Gvir a également appelé à assouplir les règles de Tsahal en matière d’ouverture du feu et à adopter une législation accordant aux policiers et aux soldats l’immunité de poursuites pénales pour toute action qu’ils pourraient entreprendre dans le cadre d’une opération.

« Les personnes qui pensent que des règles agressives d’ouverture du feu sont la solution à la sécurité se trompent. Cela produirait exactement le contraire », a déclaré Kohavi dans sa récente interview.

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, arrivant pour une réunion au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 29 décembre 2022. (Crédit : Ohad Zwigenberg/Pool)

Toujours dans le cadre des accords de coalition entre le Likud de Netanyahu et HaTzionout HaDatit, le nouveau gouvernement prévoit d’avancer un projet de loi visant à transférer le contrôle du bureau du grand rabbin de l’armée de Tsahal au Grand-Rabbinat d’Israël.

Le projet de loi donnerait au Grand-Rabbinat le contrôle du processus de nomination du grand rabbin de Tsahal. Actuellement, le grand rabbin de Tsahal, un général de brigade, est nommé par le chef d’état-major de Tsahal.

Un autre membre de la coalition de Netanyahu, Avi Maoz, chef du parti d’extrême-droite homophobe Noam, a également demandé la fermeture d’une unité de l’armée chargée de promouvoir l’égalité des chances pour les femmes dans l’armée.

L’unité Yohalam – acronyme hébreu de l’unité du conseiller en matière de genre auprès du chef d’état-major général – est également chargée de mettre en œuvre des politiques de prévention du harcèlement sexuel dans l’armée.

Avec Halevi, Tsahal se dote également d’un nouveau porte-parole en chef. Le porte-parole sortant, le général de brigade Ran Kochav, a été la cible de critiques de responsables nationalistes qui l’ont qualifié, lui et son unité, de gauchistes pendant son mandat.

Le général de division Herzi Halevi, alors chef du Commandement du sud de Tsahal. (Crédit : Armée israélienne)

Le nouveau porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, un officier supérieur de la marine, a été nommé par Halevi à ce poste et, peu après, approuvé par Gallant. Hagari et Gallant ont tous deux été commandants de l’unité d’élite Shayetet 13 de la marine, ce qui pourrait laisser présager de bonnes relations entre eux.

Les défis politiques pour Tsahal surviennent à un moment où la violence augmente en Cisjordanie, l’armée poursuivant ses opérations antiterroristes à la suite d’une série d’attentats terroristes qui ont fait 31 morts en 2022.

L’opération de Tsahal a permis de procéder à plus de 2 500 arrestations lors de raids quasi quotidiens. Elle a également fait plus de 170 morts parmi les Palestiniens en 2022, et 13 autres depuis le début de l’année. La majorité ont été tués lors d’attaques ou d’affrontements avec les forces de sécurité.

Nombre des nouveaux défis politiques sont directement liés à la manière dont Tsahal opère en Cisjordanie, de la prise d’autorité de Smotrich sur le COGAT aux projets de Ben Gvir de prendre le contrôle de la police des frontières.

Dans l’interview qu’il a accordée en 2013 au New York Times, Halevi avait cité Platon, Socrate et Maïmonide comme des philosophes « qui ont parlé de la façon d’équilibrer, de hiérarchiser les principes de manière juste », ajoutant « c’est quelque chose que je trouve très utile ».

Herzl Halevi (g) et Aviv Kohavi, le 16 janvier 2023 à Jérusalem (Crédit : armée israélienne)

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.