Rechercher

Herzog annonce les lauréats de la bourse de la Fondation israélienne pour la science

Ce programme de subventions a été créé afin de financer les travaux de chercheurs dans tous les domaines scientifiques

Le président israélien Isaac Herzog lors de son discours de remise de bourses de la Fondation israélienne pour la science, à la résidence présidentielle à Jérusalem, le 11 septembre 2022. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)
Le président israélien Isaac Herzog lors de son discours de remise de bourses de la Fondation israélienne pour la science, à la résidence présidentielle à Jérusalem, le 11 septembre 2022. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)

Le président israélien Isaac Herzog a annoncé ce dimanche, à la résidence présidentielle à Jérusalem, la liste des récipiendaires des bourses de recherche 2022 de la Fondation israélienne pour la science, a rapporté un communiqué envoyé par son bureau.

Ce programme de subventions a été créé afin de financer les travaux de chercheurs dans tous les domaines scientifiques. Les lauréats sont sélectionnés en fonction de leurs réalisations passées et de leurs intentions de recherche futures.

Le professeur David Harel, président de l’Académie des sciences d’Israël et président du Conseil de la Fondation israélienne pour la science ; le prof. Yossi Mekori, président de la Commission planification et budgets ; le prof. Daniel Zajfman, président du Conseil académique de la Fondation israélienne pour la science ; et la professeure Helga Nowotny, présidente du Conseil consultatif scientifique du programme de subventions de recherche révolutionnaire, ont assisté à la cérémonie.

« Nous nous réunissons pour féliciter les récipiendaires des bourses de recherche Mapatz de la Fondation israélienne pour la science. Mais plus encore, nous sommes ici pour démontrer notre soutien tangible à leur voyage prolongé, presque inconcevable, vers notre avenir », a déclaré le président lors de la cérémonie.

« Ce que ces femmes et ces hommes ont accompli – au cours d’années passées à analyser des données, à décoder l’histoire, la société et la nature, à gérer d’innombrables obstacles et à douter d’eux, à digérer des échecs et des erreurs de calcul –, ce que ces érudits ont fait changera nos vies. »

Le président a conclu son discours en affirmant que « les récipiendaires de ces bourses, ainsi que d’autres boursiers de la Fondation, représentent le meilleur de la découverte scientifique ».

Grâce à la Fondation israélienne pour la science, « les chercheurs israéliens continuent d’être à l’avant-garde des percées qui visent à améliorer la santé humaine, aident à construire des sociétés inclusives et prospères et approfondissent notre compréhension de notre propre existence. La Fondation contribue également à l’étude du défi peut-être le plus grand de tous : celui du climat. Et comme l’ont montré les historiques Accords d’Abraham, la science a le pouvoir de rassembler les gens au-delà des frontières et des religions, démontrant une fois de plus la vitalité d’une nouvelle coopération régionale ».

Les récipiendaires des bourses de recherche de la Fondation israélienne pour la science sont cette année : la prof. Karen B. Avraham (Université de Tel Aviv), pour ses recherches dans le domaine de la thérapeutique de la surdité ; la prof. Elisheva Baumgarten (Université hébraïque de Jérusalem), pour ses recherches sur l’histoire des Juifs ashkénazes entre la fin du 13e et le début du 15e siècle ; le prof. Hagai Berman (Université hébraïque de Jérusalem), pour ses recherches sur le lien entre les troubles du sommeil et les maladies neurologiques, comme la maladie de Parkinson ; le prof. Gilad Haran (Institut des sciences Weizmann), pour ses recherches visant à développer des outils visant à étudier l’état énergétique des protéines ; le prof. Ariel Knafo-Noam (Université hébraïque de Jérusalem), pour ses recherches dans le domaine du développement comportemental de l’enfant ; le prof. Ilan Marek (Technion), pour ses recherches dans le domaine chimique de la chiralité ; la prof. Tova Milo (Université de Tel Aviv), pour ses recherches dans le domaine des mégadonnées ; le prof. Meir Shahar (Université de Tel Aviv), pour ses recherches dans le domaine de la religion et de l’environnement en Chine ; le prof. Rotem Sorek (Institut des sciences Weizmann), pour ses recherches sur les systèmes immunitaires bactériens contre les infections virales ; le prof. Amos Tanay (Institut des sciences Weizmann), pour ses recherches sur le vieillissement sanguin ; le prof. Dan Yakir (Institut des sciences Weizmann), pour ses recherches sur l’impact des systèmes écologiques en Afrique sur le climat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...