Israël évite de dénoncer Psy-Group, qui interfère dans l’élection américaine
Rechercher

Israël évite de dénoncer Psy-Group, qui interfère dans l’élection américaine

Le ministère de la Défense israélien rejette toute responsabilité alors qu'un rapport du Sénat révèle les activités d'un groupe employant des anciens des renseignements israéliens

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Affiche marketing du Psy-Group
Affiche marketing du Psy-Group

Une semaine après que le Sénat américain a publié un rapport accusant une société israélienne, Psy-Group, de tenter de s’immiscer dans les élections américaines et, séparément, de travailler pour le compte d’un agent russe, le ministère de la Défense israélien affirme qu’il n’était pas au courant des activités de la société et ne s’était jamais considéré comme responsable de leur régulation.

Cependant, plusieurs des employés de Psy-Group sont des anciens des services de renseignement israéliens, notamment un ancien officier supérieur de l’armée, et la propre législation israélienne sur le contrôle des exportations interdit aux entreprises privées d’exporter des connaissances et des services de renseignement sans licence.

Le 18 août, la commission du Sénat américain sur le renseignement a publié le cinquième volume de son enquête sur la Russie, qui examine les tentatives de la Russie de s’ingérer dans la politique américaine lors des élections de 2016. Une section entière du rapport est consacrée à la société de cyber-renseignement israélienne Psy-Group, dont le rapport conclut qu’elle a tenté, mais n’a peut-être pas mené, des opérations d’influence clandestines pour le compte de la campagne électorale présidentielle de Trump. « Les représentants de Psy-Group se sont engagés avec les hauts fonctionnaires de la campagne Trump en 2016 pour un contrat de travail au nom de la campagne », peut-on y lire. « Ces engagements… ne se sont soi-disant jamais matérialisés en un travail de campagne. »

Le rapport indique également que Psy-Group a travaillé à des occasions distinctes pour au moins deux oligarques russes, dont Oleg Deripaska, que le rapport décrit comme « un mandataire de l’État et des services de renseignement russes ».

La loi israélienne sur le contrôle des exportations de défense interdit strictement aux entreprises israéliennes d’exporter des équipements, des connaissances, des technologies ou des services de défense, y compris des connaissances et des services de renseignement, sans une autorisation du ministère de la Défense.

Support marketing de la firme Psy-Group.

Mais lorsque le Times of Israël a contacté le ministère pour demander si Psy-Group avait obtenu une licence pour mener des campagnes d’influence secrètes aux États-Unis ou pour travailler au nom d’acteurs étatiques russes, une porte-parole a répondu : « Le Psy-Group ne figure sur aucune de nos listes. Cela signifie qu’ils n’ont pas de produit de défense qui nécessite une réglementation. Ils ne figurent pas sur notre liste et il n’est pas de notre responsabilité de les surveiller. »

Un expert israélien consulté par le Times of Israeël a vivement contesté cette affirmation du ministère.

Le Dr. Avner Barnea, chercheur au Centre d’études de sécurité nationale de l’Université de Haïfa et ancien haut fonctionnaire de l’agence de sécurité israélienne du Shin Bet, a déclaré, après avoir lu le rapport du Sénat sur le renseignement, que le ministère de la Défense aurait dû encadrer le Psy-Group et l’empêcher de faire des affaires avec toute personne liée à la Russie ou à d’autres agences de renseignement étrangères.

Le docteur Avner Barnea. (Crédit : LinkedIn)

« Les gens de l’Agence de contrôle des exportations de la défense ne sont pas sérieux, malheureusement », a-t-il déclaré au Times of Israël. « Ce sont des bureaucrates qui manquent de compréhension technologique. Ils auraient dû vérifier si Psy-Group utilisait des connaissances ou des technologies acquises dans l’armée. Qui s’assure que ces secrets de renseignement ne s’échappent pas d’Israël ? »

Selon le rapport de la commission du Sénat, Psy-Group est l’une des trois sociétés d’influence ayant des liens avec l’étranger sur lesquelles la commission a enquêté, car elle soupçonnait initialement que l’entreprise pouvait avoir « joué un rôle dans l’issue de l’élection présidentielle américaine de 2016 ». Les deux autres sociétés étaient Cambridge Analytica et Colt Ventures. Psy-Group était le nom de marque utilisé par Invop Ltd, une société israélienne qui a été mise en liquidation en avril 2018.

Royi Burstien, le PDG de Psy-Group à l’époque des activités décrites dans le rapport du Sénat, est lieutenant-colonel (rés.) dans les services de renseignements militaires israéliens.

La description de Psy-Group par la commission sénatoriale révèle ses préoccupations quant au fait que la société pourrait avoir utilisé ou proposé d’utiliser des méthodes que les employés de la société ont affinées dans les services de renseignement israéliens.

« Le comité a examiné ces entreprises et leurs activités liées aux élections américaines de 2016 afin de mieux comprendre comment l’influence étrangère, y compris l’utilisation de techniques et de méthodologies élaborées par des gouvernements et des services de renseignements étrangers, a pu être exercée en 2016 », indique le rapport.

Selon le document du Sénat, « le fondateur de Psy-Group, Joel Zamel, a décrit le parcours de Burstien comme comprenant un travail dans le domaine du renseignement, la conduite d’opérations d’influence. La nature précise du travail de Burstien dans le domaine du renseignement n’est pas connue de la commission ».

La commission a également cité la propre littérature de Psy-Group et l’accent qu’il met sur ses capacités de renseignement.

« La commission a examiné plusieurs documents qui décrivent l’ensemble des services proposés par Psy-Group. Un descriptif de l’entreprise, intitulé ‘Shaping Reality through Intelligence and Influence’, envoyé par Psy-Group au consultant politique international américain George Birnbaum en mai 2016, a mis en évidence les capacités de la firme  en matière ‘d’influence’ et de ‘renseignement’. »

Le comité a cité une autre section des supports marketing de Psy-Group qui dit que « l’offre de renseignements du Psy-Group comprend une « approche à plusieurs niveaux pour la collecte de renseignements » qui combine la recherche de sources ouvertes, les cyber-opérations, y compris l’ingénierie sociale et les « honeypots… pour extraire les informations requises des bonnes sources », et « les techniques et capacités secrètes dans le monde physique ».

Le conseiller politique George Birnbaum lors d’une interview avec CNN en 2014. (Capture écran/YouTube/GuariscoGroup)

La commission sénatoriale a également interviewé Birnbaum, un consultant politique international qui a aidé à mettre Psy-Group en contact avec la campagne Trump. Il a indiqué à la commission que les capacités de Psy-Group étaient uniques, en raison de leur pedigree militaire.

« Ces gens sont issus de l’unité de l’armée de renseignement militaire [israélienne] », a fait savoir Birnbaum à la commission, « et c’est comme s’ils avaient obtenu un triple doctorat du MIT. La quantité de connaissances que ces gens ont en termes de cybersécurité, de cyber-intelligence… ils sortent d’une unité dans laquelle leur esprit en termes de compréhension de la cybersécurité – les algorithmes qu’ils peuvent créer – est tellement au-delà de ce qu’on pourrait obtenir [avec] une éducation classique que c’est tout simplement unique… il y a des centaines et des centaines de start-ups israéliennes dont les fondateurs sont issus de cette unité. »

Noms familiers

Le rapport de la commission des renseignements cite de nombreux noms qui peuvent paraître familiers aux consommateurs d’informations liées à Israël.

Selon le rapport, Psy-Group est entré en contact avec les responsables de la campagne Trump en mars 2016, lorsque Kory Bardash, le chef des républicains en Israël, a envoyé un e-mail à Birnbaum, ainsi qu’à Eitan Charnoff, un chef de projet chez Psy-Group.

Des bénévoles iVoteIsraël inscrivent des citoyens américains pour des votes par correspondance dans un centre commercial à Jérusalem en juin 2012. (Autorisation de iVoteIsrael.com).

Eitan Charnoff a été le directeur de l’organisation iVote Israel, un groupe soi-disant non partisan qui encourage les Américains en Israël à voter aux élections américaines, mais qui a été accusé par certains électeurs de ne pas respecter leurs demandes de vote par correspondance. Il a dirigé iVote Israel en 2016, alors qu’il était employé par Psy-Group.

Selon le rapport du Sénat, Bardash a envoyé un courriel à Birnbaum et Charnoff disant : « Je vous ai parlé à tous les deux de l’autre. J’espère que vous pourrez avoir une discussion mutuellement bénéfique. »

Plus tard ce printemps et cet été-là, selon la commission du renseignement, le Psy-Group a présenté deux projets d’influence et de renseignement à la campagne Trump. Il s’agissait de travaux de recherche sur Hillary Clinton, d’utilisation de faux profils sur les réseaux sociaux pour influencer secrètement les délégués de la Convention nationale républicaine, et d’offres de ciblage des communautés minoritaires, des électrices de banlieue et des électeurs indécis par des messages secrets.

Dans les courriers électroniques internes de l’entreprise, les employés discutaient également de l’utilisation de « centaines d’avatars véhiculant des messages négatifs » et « d’opérations physiques du monde comme des contre-manifestations, des chahuteurs, etc ».

Selon Zamel, aucune de ces campagnes n’a jamais été menée : « Pas un tweet, pas un personnage, rien », a déclaré Zamel au comité. Cependant, la commission a soulevé que Zamel a été payé plus d’un million de dollars par George Nader, un conseiller des Émirats arabes unis, avec des liens russes de haut niveau.

Capture d’écran de la proposition du Psy-Group pour la campagne de Trump obtenue par le New York Times.

Le rapport du Sénat mentionne les noms d’autres employés de Psy-Group qui ont été inclus dans des courriels discutant de possibles campagnes d’influence au nom de Trump. L’un d’entre eux est Paul Vesely, un Australo-Israélien qui, en novembre 2017, a publié sur son profil LinkedIn une interview qu’il a donnée concernant les campagnes de désinformation lors de l’élection présidentielle de 2016.

Dans cette interview, Vesely parle de ces campagnes en connaissance de cause, bien qu’il ne soit pas clair s’il fait référence à un travail qui aurait pu être spécifiquement réalisé par Psy-Group.

« Si les techniques utilisées sur les réseaux sociaux ont été si efficaces lors des élections présidentielles américaines de 2016 », aurait-il déclaré, « c’est parce que les messages étaient parfaitement segmentés par public cible. Cela a permis de créer un contenu à la fois engageant et parfois exaspérant, adapté pour attirer des segments spécifiques de la population américaine. Cette technique de marketing simple mais efficace a permis à des millions d’Américains non seulement de digérer, mais aussi d’avoir envie du récit que ces faux comptes faisaient jaillir. La deuxième raison pour laquelle la campagne de désinformation a connu un tel succès est qu’elle semblait venir de partisans de la base, même si elle était menée par des avatars. Il n’y a pas de plus grand pouvoir d’influence que sur les personnes d’un groupe segmenté ayant des intérêts similaires dans une chambre d’écho efficace. Cette chambre d’écho a permis à de vraies personnes d’être impliquées avec des avatars et des administrateurs de groupes sociaux qui dirigeaient la conversation et diffusaient des informations dont le spectre variait, allant d’une information vaguement basée sur la vérité à une information complètement fictive. Peu importe à quel point le contenu était éloigné de la vérité, lorsqu’il était convenu et répété dans un groupe, il était extrêmement efficace ».

La commission sénatoriale du renseignement a déclaré qu’elle ne pouvait trouver aucune preuve convaincante que Psy-Group ait mené des opérations d’influence contre les États-Unis au nom de la Russie. Elle n’a pas non plus tiré de conclusion quant à savoir si la firme avait mené des campagnes d’influence contre les Américains.

« Le Comité n’a trouvé aucune preuve convaincante que le gouvernement ou les services de renseignement russes ont travaillé avec ou par l’intermédiaire de l’une de ces sociétés pour favoriser l’ingérence de Moscou dans les élections américaines de 2016. Les connaissances de la commission à ce sujet sont cependant limitées », indique le rapport.

Le président russe Vladimir Poutine, et le magnat Oleg Deripaska, assistent à une rencontre de l’APEC à Danang, au Vietnam, le 10 novembre 2017. (Crédit : Mikhail Klimentyev, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP/File)

La commission a cependant constaté que Psy-Group avait travaillé pour l’oligarque russe Oleg Deripaska sur un autre projet impliquant un différend commercial en Autriche. Deripaska a été présenté au Psy-Group par un homme nommé Walter Soriano, selon le rapport.

« Selon Burstien, Psy-Group a entrepris un ‘projet de renseignement’ (nom de code ‘Projet Starbucks’) en 2015 probablement pour Oleg Deripaska impliquant un différend commercial avec une grande entreprise autrichienne, peut-être lié à l’immobilier », selon le rapport.

Ce dernier parle longuement de Deripaska, le décrivant comme un agent clé de la Russie.

« Deripaska a géré et financé des campagnes de mesures actives approuvées et dirigées par le Kremlin, y compris des opérations d’information et des efforts d’ingérence dans les élections. Deripaska a mené ces activités dans le but d’installer des régimes pro-Kremlin, de contrôler les économies et les politiciens locaux et de renforcer les personnes d’influence alignés sur le Kremlin dans le monde entier », indique le rapport.

Le Times of Israël rapportait en mai que Psy-Group aurait mené une campagne de harcèlement en ligne contre des militants pro-démocratie en Ukraine, une campagne qui correspondait fortement aux intérêts du gouvernement russe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...