Israël va réprimer les rabbins « incitant » au terrorisme juif
Rechercher

Israël va réprimer les rabbins « incitant » au terrorisme juif

Des enquêtes sur les dirigeants spirituels d’extrême-droite devraient débuter, dans un effort pour freiner la violence anti-arabe

Le rabbin Dov Lior à un rassemblement devant la cour suprême à Jérusalem en juillet 2011. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Le rabbin Dov Lior à un rassemblement devant la cour suprême à Jérusalem en juillet 2011. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Les autorités israéliennes étudient de nouveaux moyens pour sévir contre les rabbins d’extrême-droite qui seraient des partisans de la violence contre les Arabes, et enquêter sur ceux qui sont suspectés d’inciter au terrorisme juif.

Le mouvement viendrait alors que le ministre de la Défense Moshe Yaalon a appelé samedi soir à des investigations sur les rabbins qui incitent les extrémistes de droite à mener des attaques contre les Arabes.

Yaalon a également déclaré, dans un entretien avec la Deuxième chaîne, que la police devait inculper avec des charges criminelles plusieurs terroristes juifs présumés pour leur implication dans l’incendie fatal d’une maison palestinienne le 31 juillet dans le village de Duma, en Cisjordanie.

« Il n’y a pas d’immunité pour les rabbins. Si une connexion directe est établie entre une incitation rabbinique et des activités terroristes, nous n’hésiterons pas à enquêter et à apporter la justice », a déclaré dimanche une source haut placée du ministère de la Justice à Yedioth Ahronoth.

Des tentatives de rendre les lois sur les incitations en Israël plus rigoureuses ont échoué, et si les rabbins sont cités à comparaître par la police pour des investigations, cela constituerait un changement majeur dans la politique d’Israël vis-à-vis des extrémistes juifs.

Les fonctionnaires de l’application de la loi devraient abaisser le niveau de ce qui constitue une incitation à la violence dans une tentative de sévir contre les rabbins qui appellent à la violence contre les Palestiniens, selon le journal.

Parmi les dirigeants religieux cités par Yedioth Ahronoth comme des cibles possibles d’investigation pour incitation à la violence figurent les rabbins Dov Lior, Yitzhak Shapira, Yitzchak Ginsburgh, et Daniel Stavsky.

Dans une vidéo publiée par Ynet vendredi, Stavsky, un dirigeant religieux important pour les colons extrémistes, a déclaré, à propos de l’attaque de Duma, qu’ « il est connu que toutes les actions qu’ils veulent attribuer aux juifs, les Arabes les ont faites, et même des provocateurs de la division contre le terrorisme juif du Shin Bet les ont faites pour incriminer [les résidents juifs des implantations extrémistes]. »

Riham et Saad Dawabsha et leur bébé de 18 mois, Ali, sont morts dans l’attaque du 31 juillet contre leur maison – Ali dans les flammes causées par les bombes à incendie et ses parents les jours suivants.

Le seul survivant de la famille, Ahmed, 5 ans, est traité pour de sévères brûlures dans un hôpital israélien. Les autorités israéliennes affirment que l’incendie criminel était le travail de terroristes juifs, et plusieurs suspects sont en détention.

La Liste arabe unie a désigné samedi dans un communiqué Stavsky comme l’un des dirigeants religieux « qui soutiennent les colons radicaux et prêtent soutien à leurs actes de terrorisme », et dont les « jugements religieux permettent des carnages et des violences contre les Arabes. »

Stavsky a célébré un mariage plus tôt ce mois-ci où les invités dansaient avec des fusils et des couteaux sur des chansons appelant à la revanche contre les Palestiniens et célébraient le meurtre de la famille Dawabsha.

Une vidéo du mariage a fuité dans la presse plus tôt cette semaine, déclenchant des outrages.

Des douzaines d’invités du mariage seront convoqués par la police pour être interrogés cette semaine.

« Il est évident pour tout le monde que les crimes et le terrorisme juifs sont soutenus par ces rabbins et d’autres, et si la police veut réellement mettre fin à cette terreur ils doivent simplement arrêter ces rabbins qui incitent à la violence et enquêter sur eux », a écrit dans un communiqué Masud Ghanayim, député et président de la Liste arabe unie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...