Jérusalem : Macron demande à Erdogan de « contribuer à l’apaisement »
Rechercher

Jérusalem : Macron demande à Erdogan de « contribuer à l’apaisement »

Cela n'a visiblement pas fonctionné car le président turc a redoublé ses invectives en indiquant qu'Israël est un pays "tueur des enfants"

Le Président Emmanuel Macron de la France lors d'une réunion de l'UE à Bruxelles, le 19 octobre 2017 (Crédit : Dan Kitwood / Getty Images via JTA)
Le Président Emmanuel Macron de la France lors d'une réunion de l'UE à Bruxelles, le 19 octobre 2017 (Crédit : Dan Kitwood / Getty Images via JTA)

Emmanuel Macron a demandé samedi, lors d’un entretien téléphonique, au président turc Recep Tayyip Erdogan de « contribuer à l’apaisement » entre Israël et les Palestiniens et « d’éviter les répercussion négatives dans l’ensemble de la région », a indiqué dimanche l’Elysée.

Le président français a « souligné la nécessité d’éviter les répercussions négatives dans l’ensemble de la région et de contribuer à l’apaisement, pour redonner des perspectives à la paix », selon la présidence française, alors que le président turc, lors d’un discours prononcé dimanche, a qualifié Israël d’ « Etat terroriste » et « tueur d’enfants », quelques jours après la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale de l’Etat hébreu.

Dimanche, lors d’un discours enflammé à Sivas (centre), M. Erdogan a qualifié Israël d' »Etat terroriste » et « tueurs d’enfants », quelques jours après la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale de l’Etat hébreu.

Lors de cet entretien, le président français a rappelé à son homologue « que la France désapprouvait la décision des Etats-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et de transférer l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem ».

« La France a réaffirmé son attachement au droit international et au respect des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU. Jérusalem a vocation à devenir la capitale de deux Etats, Israël et la Palestine, selon des modalités qu’il appartiendra aux Palestiniens et aux Israéliens de définir par la négociation », selon l’Elysée.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d’une conférence de presse à Athènes, le 7 décembre 2017 (Crédit : AFP/Louisa GOULIAMAKI)

Emmanuel Macron recevait dimanche à Paris le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...