La campagne de vaccination a ralenti de 50 %
Rechercher

La campagne de vaccination a ralenti de 50 %

Les caisses s'étaient habituées à vacciner entre 100 000 et 120 000 personnes par jour et elles atteignent aujourd'hui la moitié de ce chiffre ; les infox anti-vax en cause

Des Israéliens dans un centre de vaccination géré par le service de santé Clalit à Petah Tikva, le 27 janvier 2021. (Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens dans un centre de vaccination géré par le service de santé Clalit à Petah Tikva, le 27 janvier 2021. (Miriam Alster/Flash90)

Même si les vaccins sont dorénavant proposés à tous les Israéliens de plus de 16 ans, le rythme des vaccinations a ralenti de manière spectaculaire, a déclaré une haute-responsable de la plus importante caisse d’assurance-maladie du pays, blâmant les infox anti-vax qui circulent sur internet.

« Au début de la campagne de vaccination, nous nous étions habitués à vacciner entre 100 000 et 120 000 personnes par jour et au cours des derniers jours, nous atteignons à peine la moitié de ce chiffre », a déploré auprès du site d’information Ynet Kalanit Kaye, qui gère la campagne de vaccination au sein de la Clalit.

« Nous sommes prêts, nos centres sont immenses et accessibles, le processus devrait être très simple dans l’ensemble, les vaccins sont délivrés gratuitement et je ne comprends donc pas ces gens qui ne viennent pas se faire vacciner. C’est une grosse erreur », a-t-elle regretté.

« Il y a eu une coopération plus importante dans les populations à risque », a continué Kaye.

« Aujourd’hui, nous nous adressons au public plus jeune et certains ne comprennent pas l’importance du vaccin. Malheureusement, les infox qui circulent sur les réseaux sociaux et dans la presse entraînent des dégâts. Les gens n’ont pas suffisamment peur du coronavirus parce qu’ils n’ont pas vu de près ce que la maladie pouvait causer ».

Des médecins travaillent avec des patients CoVid-19 dans l’unité d’isolement du centre médical Sheba à Ramat Gan, le 29 juillet 2020. (Autorisation : JACK GUEZ / AFP)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...