Première lecture votée pour l’interdiction de la publicité pour le tabac
Rechercher

Première lecture votée pour l’interdiction de la publicité pour le tabac

Le projet de loi mixte, qui exclut la presse écrite, a été adopté en première lecture à une large majorité

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Photo illustrative d'une femme fumant une cigarette (Nati Shohat / Flash90)
Photo illustrative d'une femme fumant une cigarette (Nati Shohat / Flash90)

La Knesset a voté en première lecture un projet de loi mixte visant à interdire des publicités pour les cigarettes et le tabac, à l’exception de la presse écrite, dans le but de lutter contre le tabagisme en Israël.

Le texte, présenté par le député Likud Yehuda Glick et le député de l’Union sioniste Eitan Cabel, a été adopté en première lecture par 49 pour, 4 contre, et 2 abstentions.

L’interdiction de publicité s’étend aux cigarettes, cigares, produits de narguilé et papiers utilisés pour rouler les cigarettes. Le projet interdit également la publicité pour les substances à base de plantes utilisées pour fumer, ainsi que pour les cigarettes électroniques et tous les produits dérivés.

Le projet de loi mixte, qui doit encore passer trois lectures supplémentaires pour être définitivement adopté, prévoit des exceptions pour les publicités dans les magasins vendant les produits, pour les annonces dans les médias imprimés, et pour des visuels utilisés à des fins artistiques ou d’information.

« Cette loi est une question de vie ou de mort, rien de moins », a déclaré Cabel mercredi. « Nous visons les jeunes générations qui ne sont pas conscientes des risques. »

Yehuda Glick, député du Likud, devant la Cour suprême à Jérusalem, le 28 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Fumer est la première cause de mortalité en Israël, et des milliers en meurent chaque année », a déclaré Glick. « C’est un premier pas, et j’espère que beaucoup d’autres suivront pour mettre fin à l’épidémie du tabagisme. Les compagnies de tabac vont perdre, mais le public lui en bénéficiera. »

La députée Yesh Atid, Yael German, ancienne ministre de la Santé, a déclaré que les législateurs ne sont pas allés assez loin.

« Cette loi est une capitulation devant la presse écrite », a-t-elle déclaré. « Il est inacceptable pour ceux qui luttent contre le tabagisme d’exclure de la loi les publicités imprimées. Ces [annonces] atteignent tout le monde. C’est une capitulation devant les lobbyistes des médias et cette clause honteuse doit être supprimée. »

Une proposition de loi distincte du député de l’Union sioniste Eyal Ben-Reuven, appelant à une illustration des dangers du tabagisme sur les étiquettes des produits, avec un avertissement écrit, a également été adopté en première lecture mercredi avec 60 députés pour et aucune opposition.

La coalition gouvernementale a accepté de soutenir l’interdiction des publicités sur le tabagisme en échange du soutien de Glick au projet de loi visant à fermer les commerces de proximité le jour du Shabbat. Ce projet de loi a été adopté de justesse mardi, avec le soutien du député du Likud.

Le tabagisme est l’une des principales causes de décès en Israël ; près de la moitié des fumeurs en meurent. Selon le ministère de la Santé, environ 8 000 Israéliens meurent chaque année pour des raisons liées au tabagisme, parmi lesquels 800 non-fumeurs exposés à l’inhalation passive de fumée.

Selon un rapport publié l’année dernière, le nombre de fumeurs israéliens est en hausse.

Conformément aux tendances mondiales, le taux de tabagisme en Israël est tombé d’environ 45 % au début des années 1980 à environ 20 % ou moins au cours des années depuis 2011. Cependant, dans son rapport annuel sur le tabagisme publié en juin, le ministère de la Santé a enregistré le plus grand recul sur un an depuis plus d’une décennie, avec un taux qui passe à 22,5 % en 2016, contre 19,7 % l’année précédente.

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...