La Liste arabe unie à l’UE : suspendez vos liens avec Israël en cas d’annexion
Rechercher

La Liste arabe unie à l’UE : suspendez vos liens avec Israël en cas d’annexion

Les partis arabes demandent aussi aux Etats-membres européens de reconnaître la Palestine en cas d'extension de la souveraineté

Ayman Odeh (C), leader du parti Hadash qui fait partie de l'alliance de la Liste arabe unie, intervient avec d'autres leaders au siège de Shefa Amr, le 2 mars 2020, après la fermeture des bureaux de vote. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)
Ayman Odeh (C), leader du parti Hadash qui fait partie de l'alliance de la Liste arabe unie, intervient avec d'autres leaders au siège de Shefa Amr, le 2 mars 2020, après la fermeture des bureaux de vote. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)

La Liste arabe unie, qui regroupe les formations politiques israéliennes à majorité arabe, a appelé mardi l’Union européenne (UE) à suspendre ses liens avec Israël si Jérusalem n’annonce pas avoir renoncé à son plan d’annexion de larges pans de la Cisjordanie, comme le prévoit le plan de paix du président américain Donald Trump.

Dans des courriers adressés à de hauts-responsables de l’UE et notamment à son chef de la politique étrangère, Josep Borrell, et à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, les 15 législateurs de la Liste arabe unie affirment que « l’approche traditionnelle basée sur des incitations offertes à Israël a jusqu’à présent échoué à atteindre son but et à prendre en compte nos positionnements partagés et légitimes ».

La formation appelle l’UE à « examiner sérieusement toutes les options et à établir clairement que l’Accord d’association signé entre l’UE et Israël sera suspendu si Israël ne devait pas annoncer son renoncement permanent à ses projets expansionnistes ».

Cet accord représente le principal lien juridique unissant Jérusalem et Bruxelles.

La Liste arabe unie recommande également vivement à l’UE d’encourager les Etats-membres à reconnaître l’état de Palestine sur les frontières d’avant 1967.

« Une telle initiative offrirait un soutien fort aux Israéliens et aux Palestiniens qui se battent pour la réconciliation », a écrit le parti.

« Les réactions à l’annexion doivent inclure la pleine mise en oeuvre de la politique de différentiation entre Israël et les implantations dans toutes les transactions commerciales », continue la lettre. « Ces démarches permettront de réaliser des progrès significatifs qui viendront rectifier les graves injustices commises à l’encontre des Palestiniens et feront avancer Israël et la Palestine vers la paix. »

Expliquant son opposition au plan de paix, le parti affirme néanmoins de manière erronée, dans le courrier, que ce dernier appelle Israël à annexer « plus de 40 % de la Cisjordanie » alors qu’il n’envisage, en fait, un élargissement de la souveraineté israélienne que sur approximativement 30 % du territoire.

De plus, il ajoute également – autre erreur – que la proposition américaine prévoit « le transfert unilatéral des citoyens israéliens d’origine palestinienne du pays où ils sont nés vers les territoires occupés palestiniens ».

Le plan, en fait, évoque « la possibilité » que le Triangle, secteur situé au sud-est de Haïfa, à proximité de la ville palestinienne de Jénine, en Cisjordanie, soit inclus dans un État palestinien « sous réserve d’un accord entre les deux parties ». Mais le Premier ministre Netanyahu a rejeté cette suggestion suite à la vive indignation des dirigeants arabes israéliens.

La Liste arabe unie a envoyé des courriers similaires aux députés du monde entier, notamment aux membres Démocrates du congrès américain et aux partis politiques du Royaume-Uni.

Mardi dans la matinée, Borrell avait fait allusion à de possibles sanctions contre Israël pour riposter à l’annexion.

Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, après une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE par vidéoconférence au bâtiment du Conseil européen à Bruxelles, le 15 juin 2020. (AP Photo/Virginia Mayo, Pool)

« Il existe un lien fort entre Israël et l’Europe et nous voulons renforcer ce lien, approfondir encore nos relations, ne pas les voir se rétracter », a-t-il écrit dans une Opinion publiée dans deux journaux israéliens. « C’est toutefois ce qui surviendra inévitablement si l’annexion unilatérale devait avoir lieu », a-t-il ajouté.

La semaine dernière également, plus de mille députés de toute l’Europe ont signé une déclaration s’opposant à l’annexion prévue par Israël, recommandant un passage à l’action décisif pour empêcher cette initiative en plus de mesures de sanction si elle devait aller de l’avant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...