Rechercher
Analyse

La mort du chef de l’État islamique ne change rien à la donne

L'assassinat d'Abu Bakr al-Baghdadi par les forces US est un coup symbolique, mais ne signe pas la fin du terrorisme islamique et ne changera pas le fonctionnement de l'EI

Avi Issacharoff

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Abou Bakr al-Baghdadi prononçant un sermon à la mosquée al-Nuri de Mossoul en Irak lors de sa supposée première apparition publique, le 5 juillet 2014. (AP Photo/Militant video, File)
Abou Bakr al-Baghdadi prononçant un sermon à la mosquée al-Nuri de Mossoul en Irak lors de sa supposée première apparition publique, le 5 juillet 2014. (AP Photo/Militant video, File)

Les forces spéciales américaines ont mené un raid de haut niveau en Syrie contre Abu Bakr al-Baghdadi, qui a entraîné la mort du chef du groupe terroriste d’État islamique. La mort de Baghdadi est un coup symbolique majeur pour l’organisation et tout ce qu’elle représente, mais son impact ne doit pas être surestimé. Sa mort ne signifie pas la fin de l’EI.

Le mode de fonctionnement de l’organisation ne changera pas radicalement et ses opérations risquent davantage d’être entravées par des problèmes militaires et financiers plus importants que par le décès d’un homme. Aujourd’hui, après la désintégration de son empire territorial, l’État islamique est déjà plus une idée qu’une réalité concrète et, en tant que telle, on s’attend à ce qu’il continue, sous une forme modifiée, à tourmenter l’Occident pour les années à venir.

La grande question que nous devrions nous poser en ce moment est de savoir ce qu’il adviendra de l’idée plus large du jihad salafiste. Après la mort d’Oussama ben Laden, l’EI s’est engouffré dans le nouveau vide du leadership djihadiste. L’organisation a atteint de nouveaux niveaux de brutalité qui surpassaient même, à bien des égards, les tactiques employées par le réseau notoirement vicieux d’Al-Qaïda.

Il y a encore plusieurs autres groupes djihadistes concurrents, comme Tahrir a-Sham, qui opèrent dans la province syrienne d’Idlib, où Baghdadi a été tué. Harcelées par les frappes aériennes syriennes et russes, leurs capacités sont limitées, et il est plus que probable que nous verrons l’ascension d’une autre organisation, dirigée par une figure non moins charismatique que Baghdadi, qui va faire avancer un agenda radical, peut-être plus extrême que celui de l’EI si une telle chose peut être envisagée.

Un combattant des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenu par les États-Unis scande des slogans avant de se rendre en première ligne pour combattre les militants de l’État islamique dans leur dernier bastion de Baghouz, en Syrie, le 14 mars 2019. (AP Photo/Maya Alleruzzo)

Avec une prime de 25 millions de dollars US sur la tête, Baghdadi était l’homme le plus recherché au monde, responsable d’avoir conduit son organisation d’une violence effroyable jusqu’au massacre massif de ses opposants et d’avoir dirigé et inspiré des attaques terroristes sur les continents et au cœur de l’Europe.

S’éloignant des détournements d’avions et autres attentats faisant un grand nombre de victimes qui ont défini Al-Qaïda, Baghdadi et d’autres dirigeants de l’EI ont soutenu des actes de violence à plus petite échelle que les forces de l’ordre auraient du mal à anticiper et à prévenir.

Ils ont encouragé les djihadistes qui ne pouvaient pas se rendre au califat à tuer là où ils étaient, avec toutes les armes dont ils disposaient. Aux États-Unis, de nombreux extrémistes ont prêté allégeance à Baghdadi sur les réseaux sociaux, dont une femme qui, avec son mari, a commis un massacre en 2015 lors d’une fête à San Bernardino, en Californie.

Bien que largement considéré comme une figure de proue symbolique du réseau terroriste mondial – il a été décrit comme « hors sujet depuis longtemps » par un porte-parole de la coalition en 2017 – la capture ou la mort de Baghdadi était un prix convoité par les différents acteurs à la fois en Syrie et en Irak.

Un combattant de l’opposition syrienne à un point de passage dans la ville d’Idleb, le 13 octobre 2018. (Crédit : Ugur Can/DHA via AP)

Baghdadi est né Ibrahim Awwad Ibrahim Ibrahim Ali al-Badri al-Samarrai en 1971 à Samarra, Iraq, et a adopté son nom de guerre très tôt. En raison d’activités militantes anti-américaines, il a été détenu par les forces américaines en Irak et envoyé à la prison de Bucca en février 2004, selon des sites Web affiliés à l’EI.

Il a été libéré 10 mois plus tard, après quoi il a rejoint la branche d’Al-Qaïda en Irak dirigée par Abu Musab al-Zarqawi. Plus tard, il a pris le contrôle du groupe.

Après l’éclatement de la guerre civile en Syrie en 2011, Baghdadi s’est lancé dans la poursuite d’un projet d’État islamique de style médiéval, ou califat.

Il a fusionné un groupe connu sous le nom de Front al-Nosra, qui a d’abord accueilli les rebelles sunnites modérés qui faisaient partie du soulèvement contre le président syrien Bashar el-Assad, avec le sien, connu sous le nom d’État islamique d’Irak et du Levant. La direction centrale d’Al-Qaïda a refusé d’accepter la prise de pouvoir et a rompu avec Baghdadi.

Les combattants de Baghdadi se sont emparés d’une partie contiguë du territoire irakien et syrien, y compris des villes clés, et en juin 2014, ils ont annoncé leur propre État – ou califat. Baghdadi est devenu le calife déclaré du groupe de l’État islamique nouvellement rebaptisé. Sous sa direction, le groupe s’est fait connaître pour ses massacres et ses décapitations macabres – souvent diffusés en ligne sur des sites Web jihadistes – et sa stricte adhésion à une interprétation extrême du droit islamique.

Les conquêtes de l’EI ont donné à l’organisation une aura d’invincibilité qui lui a permis de recruter des volontaires en Europe, en Australie, aux Etats-Unis et même en Israël. Même avant l’arrivée au pouvoir de l’administration Trump, ce n’était évidemment qu’une question de temps avant que quelqu’un ne trouve Baghdadi, car les représentants de multiples puissances régionales et internationales travaillaient dur pour le retrouver.

Vidéo du prétendu terroriste de l’État islamique qui a tué cinq fidèles devant l’église russe le 18 février 2018. (Capture d’écran : vidéo Twitter)

Bien que Baghdadi ait étudié l’islam à l’Université islamique de Bagdad, il n’était pas une autorité religieuse particulièrement renommée. Il s’est simplement approprié le titre de « calife » et a demandé aux musulmans du monde entier de l’écouter.

Selon Yoram Schweitzer, chercheur spécialisé sur le djihad à l’Institute for National Security Studies de l’Université de Tel Aviv, « Baghdadi aurait désigné des héritiers mais il est clair que le titre de calife qu’il s’est attribué (et qui a été rejeté par ses opposants de Al-Qaïda) ne sera pas transmis ».

Il a expliqué que la prétention de Baghdadi d’être « calife » a rencontré l’opposition de tous les principaux spécialistes de la charia du mouvement djihadiste salafiste et que « même s’ils essaient de couronner un nouveau calife dans l’EI, cela ne veut pas dire grand chose ».

La signification du terme « calife » est également très limitée de nos jours, étant donné la faillite de l’idée « d’Etat ». L’EI est surtout axé sur sa survie et la perpétration d’attentats terroristes, mais l’État islamique n’existe plus et de toute façon, la position de son dirigeant est beaucoup moins pertinente et importante qu’elle ne l’était auparavant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...