Le Labour “a secrètement suspendu 50 membres pour des remarques antisémites, racistes”
Rechercher

Le Labour “a secrètement suspendu 50 membres pour des remarques antisémites, racistes”

L’information est diffusée alors que Corbyn concède pour la première fois que le parti a un problème d’antisémitisme, mais “pas énorme”

Jeremy Corbyn (au centre), chef du parti d'opposition britannique, le Parti travailliste, après un discours donné pendant un rassemblement du 1er mai à Londres, le 1er mai 2016. (Crédit : Justin Tallis/AFP)
Jeremy Corbyn (au centre), chef du parti d'opposition britannique, le Parti travailliste, après un discours donné pendant un rassemblement du 1er mai à Londres, le 1er mai 2016. (Crédit : Justin Tallis/AFP)

Le parti Travailliste britannique a « secrètement suspendu » 50 de ses membres pour des remarques antisémites et racistes, a annoncé lundi un quotidien anglais.

L’information survient alors que le dirigeant du parti, Jeremy Corbyn, a concédé lundi pour la première fois que le parti avait un problème avec un sentiment anti-juif, tout en soulignant que ce n’était « pas un énorme problème ».

Une série de suspension de politiciens du Labour a eu lieu récemment pour des remarques antisémites, dont celle de l’ancien maire de Londres et allié proche de Corbyn, Ken Livingstone, qui a déclaré jeudi qu’Hitler avait soutenu le sionisme avant de « devenir fou et de finir par tuer six millions de juifs ».

Livingstone, qui a refusé de s’excuser pour ses commentaires, défendait la députée travailliste Naz Shah, suspendue la veille pour un post sur sa page Facebook en 2014 appelant au démantèlement d’Israël.

Lundi, trois autres politiciens du parti ont été suspendus pour des remarques antisémites et anti-israéliennes.

Selon le Telegraph, les suspensions publiques « ne seraient que la partie émergée de l’iceberg ».

L'ancien maire de Londres, Ken Livingtsone, et Naz Shah à Bradford, en avril 2015, avant son élection en tant que députée du Parti travailliste. (Crédit : Wikimedia Commons, goodadvice.com, CC BY-SA 4.0)
L’ancien maire de Londres, Ken Livingtsone, et Naz Shah à Bradford, en avril 2015, avant son élection en tant que députée du Parti travailliste. (Crédit : Wikimedia Commons, goodadvice.com, CC BY-SA 4.0)

L’article affirmait que la petite unité de conformité du Labour, qui examine les nouveaux membres afin d’éliminer les candidats qui ne conviennent pas, lutte pour faire face au grand nombre de « partisans de la gauche dure » qui ont rejoint le parti suite à l’élection de Corbyn à sa tête en septembre dernier.

Mais Corbyn a déclaré lundi que seul un « très petit nombre de personnes » avait fait des déclarations controversées sur les juifs et Israël.

« Ce qu’il y a, c’est un très petit nombre de gens qui ont dit des choses qu’ils n’auraient pas dû dire », a-t-il déclaré au journal de gauche The Mirror. « Nous avons donc annoncé qu’ils seraient suspendu et feraient l’objet d’une enquête. »

Parmi les élus suspendus lundi figuraient Shah Hussain, élu municipal de Burnley, dans le nord du pays, qui en juillet 2014 a publié une série de tweets contre le joueur de football israélien Yossi Benayoun, qui arrivait alors à la fin de sa carrière en Angleterre, l’appelant un « total imbécile », et disant que lui et Israël « faisaient la même chose qu’hitler [sic] a fait à votre race pendant la Seconde Guerre mondiale. »

https://twitter.com/shahjee72/status/492840182060945408?ref_src=twsrc^tfw

https://twitter.com/shahjee72/status/492840741899874304?ref_src=twsrc^tfw

Le dirigeant du parti Travailliste d’Israël, Isaac Herzog, a condamné les remarques des membres du Labour, disant qu’il « envisageait de suspendre les relations et qu’il semblait qu’il n’y ait plus d’autres choix, malgré le fait qu’il est clair que la plupart des membres du parti sont des amis d’Israël et que ces déclarations ne représentent qu’une petite et bruyante minorité en son sein. »

S’exprimant dimanche pour le 1er mai, Corbyn a rejeté les appels à dénoncer ses relations avec les groupes terroristes du Hamas et du Hezbollah, tout en répétant sa déclaration disant que le parti Travailliste britannique est contre l’antisémitisme.

Mais alors que le parti fait tout pour éviter l’étiquette antisémite, il a été critiqué pour les anciens contacts de Corbyn avec le Hamas et le Hezbollah, tous deux promettant la destruction d’Israël.

Le porte-parole de Corbyn a récemment déclaré que celui-ci continuerait à s’engager auprès de ces groupes, tout en niant que cela équivalait à une approbation.

Des agences ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...