Le ministre russe de la Défense en Israël pour parler de la Syrie et de l’Iran
Rechercher

Le ministre russe de la Défense en Israël pour parler de la Syrie et de l’Iran

Pour sa première visite, Sergueï Choïgou a rencontré Liberman à Tel Aviv après une risposte israélienne près de Damas

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Sergueï Choïgou, le ministre russe de la Défense, à gauche, Avigdor Liberman, au centre, ministre de la Défense, et Gadi Eizenkot, chef d'état-major de Tsahal, à Tel Aviv, le 16 octobre 2017. (Crédit : Ariel Hermoni/ministre de la Défense)
Sergueï Choïgou, le ministre russe de la Défense, à gauche, Avigdor Liberman, au centre, ministre de la Défense, et Gadi Eizenkot, chef d'état-major de Tsahal, à Tel Aviv, le 16 octobre 2017. (Crédit : Ariel Hermoni/ministre de la Défense)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a dit lundi à son homologue russe, Sergueï Choïgou, qu’Israël prendrait des mesures militaires contre l’Iran et ses proxys s’ils tentaient de se positionner le long de la frontière israélienne en Syrie.

Choïgou est arrivé lundi à Tel Aviv, pour sa première visite officielle en Israël. Son voyage a commencé quelques heures après le bombardement par Israël d’une batterie de défense anti-aérienne appartenant à un allié de la Russie, la Syrie, qui avait tiré un missile sur un avion israélien.

« Nous n’allons pas nous mêler des affaires internes de la Syrie mais nous ne permettrons pas à l’Iran et au Hezbollah de transformer le territoire syrien en base d’opération avancée contre Israël », a dit Liberman à Choïgou.

Liberman a dit à son homologue russe qu’Israël « agit avec responsabilité et détermination » en Syrie.

« Nous ne permettrons pas non plus le transfert d’armes sophistiquées par l’Iran en passant par la Syrie ou le Liban », a-t-il ajouté.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman, à droite, et son homologue russe Sergueï Choïgou, avec des vétérans de l'armée israélienne à la Kirya, à Tel Aviv, le 16 octobre 2017. (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman, à droite, et son homologue russe Sergueï Choïgou, avec des vétérans de l’armée israélienne à la Kirya, à Tel Aviv, le 16 octobre 2017. (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)

Israël a accordé une grande importance à la visite de Choïgou, la première depuis qu’il a pris son poste en 2012, et la première d’un ministre russe de la Défense en Israël depuis des années.

« Je suis très heureux de voir le ministre russe de la Défense dans l’Etat d’Israël. C’est la première visite, et la première visite d’un ministre de la Défense a une importance exceptionnelle », a dit Liberman.

« Nous apprécions vivement nos relations avec la Russie, a-t-il dit. Nous ne sommes pas toujours d’accord, mais nous parlons toujours directement et ouvertement. Nous pensons que tant qu’il existe un dialogue ouvert, il est possible de surmonter tous les problèmes. »

Choïgou a été accueilli par une garde d’honneur au quartier général de Tsahal à Tel Aviv, la Kirya, où il a aussi brièvement rencontré des vétérans de la Seconde Guerre mondiale de l’Armée rouge qui vivent en Israël.

« Nous apprécions beaucoup notre mémoire de la Seconde Guerre mondiale. Beaucoup de nos grands-pères et de nos grands-mères ont combattu dans les rangs de l’Armée rouge, et nous apprécions la manière dont la Russie les traite et se souvient d’eux aujourd’hui, et comment [la Russie] traite la mémoire de ceux qui ont combattu et sont morts pendant la Seconde Guerre mondiale », a dit Liberman.

Après la garde d’honneur, Choïgou et Liberman se sont vus en privé dans le bureau de ce dernier.

Ils ont ensuite été rejoints par Gadi Eizenkot, chef d’état-major de l’armée israélienne, le général de division Herzl Halevi, le directeur des renseignements militaires de l’armée, et Zohar Palti, le directeur du puissant bureau des affaires politico-sécuritaires du ministère de la Défense, ainsi que par des proches du ministre russe.

La discussion a principalement porté sur la Syrie et l’influence croissante qu’y ont l’Iran et les milices chiites.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...