Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

Le Mur de l’Atlantique, vaste mais vain chantier défensif d’Hitler

L'idée de bâtir ces fortifications d'un autre âge est née dans l'esprit d'Hitler dès l'entrée en guerre des Etats-Unis en 1941 pour faire de l'Europe occupée par les Allemands la "forteresse" vantée par la propagande nazie

Des bunkers du mur de l'Atlantique, partiellement submergés dans le sable à Vigso, dans l'ouest du Danemark, le 13 avril 2024. (Crédit : Olivier MORIN / AFP)
Des bunkers du mur de l'Atlantique, partiellement submergés dans le sable à Vigso, dans l'ouest du Danemark, le 13 avril 2024. (Crédit : Olivier MORIN / AFP)

Plus de 20 millions de m3 de béton, 1,2 million de tonnes d’acier, plus de
6 000 fortins, des barbelés sur 4 000 km de plages : le Mur de l’Atlantique, de la Norvège à la côte basque, fut le plus grand chantier défensif allemand de la Seconde Guerre mondiale.

C’est en France, alors occupée, que son histoire stratégique s’est jouée, le débarquement des Alliés sur les plages normandes le 6 juin 1944 déjouant les prévisions nazies.

Une idée d’Hitler

L’idée de bâtir ces fortifications d’un autre âge est née dans l’esprit d’Hitler dès l’entrée en guerre des Etats-Unis en 1941, une fois acquise la certitude que les Alliés finiraient par débarquer sur les côtes d’Europe occidentale. L’enjeu : faire de l’Europe occupée par les Allemands la « forteresse » vantée par la propagande nazie.

La mission est confiée à l’organisation principale de construction du Reich fondée par l’ingénieur Fritz Todt. A un rythme effréné, « l’Organisation Todt » va engloutir pendant près de deux ans la quasi-totalité du potentiel allemand en travaux publics.

Plus de 300 000 ouvriers de toutes nationalités travailleront sur la seule partie française du Mur, débauchés des usines du Reich par d’alléchantes primes, volontaires ou requis en France par les autorités allemandes, ou enfin contraints parce que prisonniers.

Dans cette photo du 5 décembre 1931, Adolf Hitler, chef des nationaux-socialistes, est salué alors qu’il quitte le siège du parti à Munich (Crédit : AP Photo, Archive)

Priorité est d’abord donnée à la fortification des ports, dont l’état-major allemand est convaincu qu’ils constituent l’objectif numéro un de l’adversaire en cas de débarquement. Le reste des côtes, et spécialement les plages, n’est alors protégé « que » par une succession de blockhaus en béton armé, érigés par des entreprises allemandes mais aussi des entreprises françaises sous-traitantes.

Intenses travaux, erreurs stratégiques

Nommé inspecteur général des côtes début 1944, le maréchal Erwin Rommel voit vite les failles du Mur, essentiellement armé de canons disparates et aux stocks limités d’obus. Surtout, persuadés que le débarquement aurait lieu dans le Pas-de-Calais, les stratèges allemands ont négligé de longues portions du littoral. Notamment la baie de Seine, théâtre du futur « D-Day », où, hormis les places fortes de Cherbourg et du Havre, une petite centaine de canons à peine défendent 200 km de côtes.

Rommel ordonne la mise en place d’engins anti-débarquement sur tout le littoral. En toute hâte, les tétraèdres et rails d’acier destinés à éventrer les chalands de débarquement, murs antichars ou nids de mitrailleuses poussent par milliers sur les plages. Plus de 5 millions de mines sont posées, des pieux – baptisés « asperges de Rommel » par les paysans normands – sont dressés pour que les planeurs viennent s’y fracasser en atterrissant.

Sur les plages normandes, ces travaux débutent toutefois avec six semaines d’un retard qui ne sera jamais rattrapé. Et le 6 juin 1944, le Mur se révèlera inefficace face à l’action des fantassins débarqués sur les plages.

Les Landing Craft, Vehicle, Personnel (LCVP) américains sont photographiés en juin 1944, dans le port de Portsmouth, avant le débarquement de Normandie, en France. (Photo de diverses sources / AFP)

Vestiges

En 1994, le gouvernement français décide de classer Monuments historiques certains vestiges du Mur de l’Atlantique, par exemple la Batterie de Longues-sur-Mer (Calvados), tandis que de nombreux autres sont laissés à l’abandon le long des plages.

Certains sont devenus des musées, tels « Le grand blockhaus » à Batz-sur-Mer (Loire-Atlantique) ou le poste de direction de tir de Riva-Bella à Ouistreham (Calvados).

Plus original, sur la plage de Leffrinckoucke (Nord), les promeneurs ont pu un temps admirer les jeux fascinants du soleil sur un blockhaus patiemment recouvert de milliers de petits morceaux de miroirs par un artiste local. A Cherbourg (Calvados), des graffeurs ont éphémèrement transformé un blockhaus en vaisseau spatial à la Star Wars.

A Ostende (Belgique), un musée en plein air présente un ensemble de bunkers partiellement restaurés.

Au cinéma, l’histoire vraie d’un résistant français ayant volé aux Allemands un plan secret de leurs défenses dans le Cotentin a inspiré en 1970 le dernier film joué par Bourvil : « Le mur de l’Atlantique ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.