Le nombre de cas actifs de coronavirus dépasse à nouveau les 9 000
Rechercher

Le nombre de cas actifs de coronavirus dépasse à nouveau les 9 000

Selon le ministère de la Santé, 832 nouveaux cas ont été diagnostiqués lundi, en amont de l'ouverture des écoles ; le nombre de décès depuis le début de la pandémie s'élève à 2 822

Des élèves de l'école Orot Etzion au sein de l'implantation d'Efrat en Cisjordanie, le 1er novembre 2020. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)
Des élèves de l'école Orot Etzion au sein de l'implantation d'Efrat en Cisjordanie, le 1er novembre 2020. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

Le nombre de cas actifs de coronavirus au sein de l’État juif s’élève à 9 064, un niveau qui n’avait pas été atteint depuis presque trois semaines, selon les chiffres du ministère de la Santé diffusés mercredi.

Ce tournant est la dernière indication laissant penser à une nouvelle accélération de la propagation du virus, alors même que le gouvernement poursuit la levée du deuxième confinement imposé dans le cadre de la lutte contre la pandémie.

Il y a eu 832 nouveaux cas diagnostiqués mardi – soit 1,4 % des 59 488 résultats de tests.

Parmi les cas actifs, 268 personnes sont dans un état grave, et 116 seraient considérées comme étant dans un état critique, selon le ministère. 120 personnes sont sous assistance respiratoire.

A LIRE / Ces experts l’affirment : non, Israël n’est pas au bord d’une troisième vague

Par ailleurs, 64 sont actuellement dans un état modéré et les autres ne présentent que des symptômes légers, voire une version asymptomatique de la COVID-19.

Depuis l’apparition de l’épidémie dans le pays, 2 822 personnes sont décédées de la maladie et un total de 331 179 Israéliens l’ont contractée.

Le taux de transmission a dépassé le seuil de 1 à la fin octobre, pour la première fois depuis l’allègement du confinement national qui avait été imposé au début du même mois. Il a ensuite continué à augmenter avant de diminuer très légèrement au début du mois de novembre. Les chiffres révélés mercredi, qui se basent sur le nombre de nouveaux cas – à savoir le nombre de personnes contaminées il y a dix jours en tenant compte de la période d’incubation du virus – indiquent que le taux de transmission s’élève dorénavant à 1,06.

Ce taux de transmission, lorsqu’il dépasse 1, indique que la courbe des malades va augmenter de manière exponentielle.

Le cabinet dit « du coronavirus » avait décidé que la sortie du confinement ne serait amorcée que lorsque le taux de transmission se situerait en deçà de 0,8. Selon les dispositions contenues dans le plan du ministère de la Santé, les mesures de levée du confinement doivent cesser en cas d’augmentation de ce taux. Le gouvernement a toutefois ignoré ce seuil et réclamé une levée rapide des restrictions.

Environ 300 000 élèves de CM2 et de 6e sont retournés physiquement en cours mardi matin et iront dorénavant à l’école au moins trois jours par semaine. Pour permettre de libérer les ressources nécessaires à la mise en place de cette initiative, les classes de CP et CE1 ont dû renoncer à l’apprentissage en petits groupes, retrouvant tous leurs petits camarades.

Après huit heures de débat, le cabinet Corona a approuvé mardi matin le plan du ministre de l’Éducation Yoav Gallant (Likud) qui prévoit la réouverture de la majorité des écoles dans l’ensemble du pays. Il a été décidé que les lycéens résidant dans les zones classées « vertes » et « orange » retourneraient dans leurs établissements dimanche.

Les collégiens leur emboîteront le pas le dimanche suivant, le 6 décembre. Les écoles situées dans les zones « rouges » – dont le taux de mortalité est élevé – resteront fermées.

Israël avait imposé un deuxième confinement le 18 septembre. Il a permis de diminuer l’ampleur de l’épidémie de manière notable, mais a également paralysé une grande partie de l’économie et de la vie publique, avec notamment la fermeture de l’ensemble du système scolaire. Depuis, le gouvernement a commencé à lever les restrictions, mais les responsables de la santé ont tiré la sonnette d’alarme face à la hausse du taux d’infection, qui avait d’abord connu une baisse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...