Rechercher

Le prix de la vaisselle en plastique grimpe en Israël après une nouvelle taxe

La hausse des taxes sur les couverts et la vaisselle jetable pourrait réduire les achats de 40 % ; Tamar Zandberg: "Israël est accro au plastique jetable et il est temps d'arrêter"

Vaisselle en plastique jetable en vente à Givat Shaul, Jérusalem, 27 octobre 2021 (Yonatan Sindel/Flash90).
Vaisselle en plastique jetable en vente à Givat Shaul, Jérusalem, 27 octobre 2021 (Yonatan Sindel/Flash90).

Dans le but de réduire les déchets plastiques en Israël, le gouvernement a introduit lundi une nouvelle taxe sur les articles en plastique jetables. Le prix des couverts et de la vaisselle en plastique sera doublé pour les consommateurs israéliens.

Le ministère de la Protection de l’environnement a déclaré que cette nouvelle taxe – une augmentation de 11 shekels par kilogramme de plastique à usage unique – « doublerait le prix final pour le consommateur et réduirait ainsi la consommation de ces produits polluants. »

La taxe s’appliquera aux assiettes, bols, gobelets et pailles en plastique.

Les Israéliens dépensent chaque année 2 milliards de shekels en articles en plastique, la quantité utilisée par personne étant près de cinq fois supérieure à celle des résidents de l’UE, a indiqué le ministère dans un communiqué.

La nouvelle taxe devrait permettre de réduire de 40 % les achats de ces articles, qui sont néfastes pour l’environnement, indique le communiqué.

La ministre de la Protection de l’environnement, Tamar Zandberg, a comparé cette nouvelle taxe à celles qui s’appliquent aux cigarettes et à l’alcool, déclarant qu’ « Israël est accro au plastique jetable et qu’il est temps d’arrêter ».

Elle a fait valoir que la taxe était équitable pour les consommateurs selon le principe du « pollueur-payeur ».

« Les récipients jetables présentent un avantage à court terme pour les consommateurs qui les achètent, mais ils produisent des dommages environnementaux dont l’ensemble de l’économie souffre, pendant de nombreuses années », a déclaré Zandberg dans le communiqué publié lundi.

Avant l’entrée en vigueur dimanche à minuit de la nouvelle taxe, les supermarchés du pays ont rapporté que les consommateurs avaient acheté en masse des récipients en plastique jetables, de nombreux rayons étant dévalisés en raison de la forte demande avant la hausse des prix.

Tweetant une photo de lui-même en train de laver une tasse dimanche soir, le ministre des Finances Avigdor Liberman a déclaré qu’il n’y avait « pas besoin de faire de longues files d’attente et de se jeter sur les produits jetables, il suffit de faire le plein de liquide vaisselle ».

Israël est le deuxième plus grand consommateur par habitant de plastique à usage unique dans le monde et 90 % des déchets de ses plages sont en plastique.

Tel Aviv a la troisième plus grande quantité de pollution plastique sur son littoral parmi les villes de 22 pays méditerranéens, selon le Fonds mondial pour la nature, avec une moyenne de 21 kilogrammes de débris plastiques par kilomètre de côte.

Les plastiques qui finissent dans les mers et les océans sont un problème de plus en plus courant, qui tue la vie marine, contamine les poissons et les fruits de mer entrant dans la chaîne alimentaire, et entraîne des centaines de millions de dollars de pertes dans le tourisme et les industries liées à la mer.

Selon un sondage réalisé par l’Institut israélien pour la démocratie en novembre 2019, les Israéliens sont désireux de changer leurs habitudes, la plupart étant favorables à une interdiction par l’État de la vaisselle jetable.

En l’absence de législation nationale sur la question, certaines autorités locales ont pris des mesures pour éliminer progressivement les plastiques à usage unique dans les écoles et les jardins d’enfants, et un certain nombre de magasins privés ont également cessé volontairement d’utiliser des articles en plastique jetables.

Vaisselle en plastique jetable en vente à Givat Shaul, Jérusalem, 27 octobre 2021 (Yonatan Sindel/Flash90).

En plus de la hausse des prix de la vaisselle jetable en plastique, le prix de l’essence a augmenté de 23 agorot à minuit dimanche, marquant une hausse de 3,6 % du coût du carburant à la pompe en libre-service.

Le nouveau prix de 6,62 shekels par litre d’essence 95 octane (TVA incluse), poursuit une tendance à la hausse depuis mai de l’année dernière, lorsque le prix était de 4,79 shekels.

Bien que le nouveau prix soit le plus haut enregistré sur les trois dernières années, il était encore loin du record de 8,25 shekels en 2012, selon les médias israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...