Israël en guerre - Jour 148

Rechercher

Le silence du Qatar sur la mort d’al-Arouri, bon présage pour les otages – source

Un haut responsable israélien a affirmé que le fait que Doha n'ait pas réagi publiquement est de bon augure pour la poursuite des pourparlers sur la libération des otages

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Des enquêteurs se tenant prêt dans un immeuble où une frappe imputée à Israël a tué le chef terroriste du Hamas, Saleh al-Arouri, dans la banlieue sud de Beyrouth, un bastion du Hezbollah, au Liban, le 3 janvier 2024. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)
Des enquêteurs se tenant prêt dans un immeuble où une frappe imputée à Israël a tué le chef terroriste du Hamas, Saleh al-Arouri, dans la banlieue sud de Beyrouth, un bastion du Hezbollah, au Liban, le 3 janvier 2024. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)

Un haut responsable israélien a indiqué mercredi que le fait que le Qatar n’ait pas réagi publiquement à la frappe dont a été victime le chef du groupe terroriste palestinien du Hamas, Saleh al-Arouri, dans la nuit de mardi à mercredi, est un signe positif pour la poursuite des pourparlers sur la libération d’autres otages toujours détenus à Gaza.

« S’ils n’annoncent rien, c’est en fin de compte quelque chose de positif », a indiqué le fonctionnaire.

Israël n’a pas revendiqué la responsabilité de la frappe, malgré les nombreuses spéculations selon lesquelles il serait à l’origine de l’assassinat du numero 2 du groupe terroriste palestinien.

Le fonctionnaire a fait savoir qu’une réunion de haut niveau au cours de laquelle le Conseil de sécurité nationale et le ministère des Affaires stratégiques devaient présenter des recommandations pour l’après-guerre à Gaza, prévue la veille, a été reportée à la suite de l’assassinat d’al-Arouri à Beyrouth.

Les détails des recommandations seront rendus publics lorsqu’elles seront finalement présentées jeudi soir.

Les fonctionnaires devraient discuter du rôle de l’Office controversé de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) après la guerre.

Le fonctionnaire a fait un rare éloge de l’UNRWA, souvent pointé du doigt.

« Pour l’instant, nous ne voyons pas d’autre acteur international à Gaza qui sache comment transporter des camions vers les zones de refuge », a souligné le fonctionnaire.

« Pour la première fois de son histoire peut-être, l’UNRWA fait quelque chose qui répond aux besoins humanitaires des habitants de Gaza. Ils reçoivent de la nourriture, de l’eau et des médicaments dans le cadre d’activités auxquelles l’UNRWA participe. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.