L’envoyé d’Israël a « hâte » de travailler avec Trump et Bannon
Rechercher

L’envoyé d’Israël a « hâte » de travailler avec Trump et Bannon

Ron Dermer n'a pas réagi au fait que le stratège du président élu est considéré comme un héraut de l'extrême droite

Ron Dermer, ambassadeur d'Israël auprès des Etats-Unis. (Crédit : Ron Sachs)
Ron Dermer, ambassadeur d'Israël auprès des Etats-Unis. (Crédit : Ron Sachs)

L’ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis a rendu visite jeudi à New York à Donald Trump en le qualifiant de « véritable ami » de l’Etat hébreu.

« Israël n’a aucun doute sur le fait que le président élu est un véritable ami d’Israël », a lancé Ron Dermer après avoir vu M. Trump dans son QG de la Trump Tower à Manhattan.

« Nous avons hâte de travailler avec l’administration Trump, avec tous les membres de l’administration Trump, y compris avec Steve Bannon, et de rendre l’alliance entre les Etats-Unis et Israël, plus forte que jamais », a ajouté le diplomate israélien.

Steve Bannon, 62 ans, dirigeait le site d’informations Breitbart — proche de l’extrême droite — jusqu’à son recrutement en août par Donald Trump en tant que directeur général de sa campagne.

Breitbart est considéré comme la plaque tournante de la « droite alternative », mouvement associé aux idées nationalistes et partisan de la supériorité de la race blanche.

Bannon est aussi accusé d’avoir permis l’expression de propos antisémites et racistes.

Dimanche, le milliardaire de l’immobilier qui a remporté la présidentielle du 8 novembre a annoncé qu’il garderait M. Bannon à ses côtés à la Maison Blanche, en tant que chef de la stratégie et haut conseiller, aux côtés de Reince Priebus, figure de l’establishment du parti républicain nommé secrétaire général, avec lequel il devra travailler en tandem.

Cette nomination de Steve Bannon a suscité une très vive controverse aux Etats-Unis.

Du côté d’Israël, son Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a des relations personnelles notoirement exécrables avec le président Barack Obama, a fait preuve d’une certaine prudence après la victoire du républicain Trump.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...