Likud : Yuli Edelstein arrive en tête de liste derrière Netanyahu
Rechercher

Likud : Yuli Edelstein arrive en tête de liste derrière Netanyahu

Les adhérents du Likud ont ignoré le mépris de Netanyahu pour l'ancien président de la Knesset ; les nouveaux venus Galant et Barkat se hissent en haut de la liste

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, assiste à une réunion de la Commission à la Knesset, le 2 juillet 2018. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, assiste à une réunion de la Commission à la Knesset, le 2 juillet 2018. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Les résultats finaux des primaires du Likud sont tombés mercredi soir. C’est le président de la Knesset Yuli Edelstein qui s’est octroyé la première place de la liste (derrière le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui avait été réélu à la tête du parti en 2016), suivi du ministre des Transports Israel Katz, du ministre de la Securité publique Gilad Erdan et de l’ancien ministre de l’Intérieur Gideon Saar.

Ces résultats semblent indiquer un rejet de Benjamin Netanyahu par ses propres rangs.

Le Premier ministre s’était lancé dans une attaque frontale suite à la candidature de Gideon Saar, qui faisait son retour à la politique après un retrait de quatre ans. Dans une vidéo publiée avant les primaires, il avait ainsi accusé l’ancien ministre de comploter pour le remplacer après le scrutin électoral d’avril.

Benjamin Netanyahu avait également refusé d’inclure Yuli Edelstein, qui préside la Knesset depuis 2013, dans ses recommandations de vote pour le scrutin interne de son parti.

Dans le même temps, ses plus grands soutiens, le chef de la coalition David Amsalem et son prédécesseur David Bitan, n’ont pas réussi à se hisser aux plus hautes places de la liste, ou, dans le cas de Bitan, ont été rétrogradé en bas de la liste. Ils ont néanmoins obtenu suffisamment de voix pour figurer dans la liste électorale.

L’ancien directeur de cabinet de Netanyahu, David Sharan, un suspect dans l’Affaire 3 000 portant sur le financement d’un sous-marin, a été battu par l’allié de Gideon Saar dans la circonscription de Tel Aviv (la place n°31 sur la liste pour la Knesset), Michal Shir.

Dans les dix premières places, on retrouve également : la ministre de la Culture Miri Regev, celui de l’Immigration Yoav Gallant (récent transfuge du parti Koulanou), le ministre du Tourisme Yariv Levin, l’ancien maire de Jérusalem Nir Barkat, qui fait ses débuts en politique nationale, et la ministre de l’Egalité sociale Gila Gamliel.

Gideon Saar (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Ce sont environ 119 000 adhérents du Likud qui se sont rendus aux urnes dans le cadre d’un système de classement compliqué visant à désigner les candidats régionaux et de districts, dans 113 bureaux répartis dans tout le pays.

En tout, 58 % des votants potentiels se sont prononcés, ce qui représente une hausse par rapport au taux de participation – 52 % – enregistré lors des dernières primaires en 2014.

La liste finale inclut à la fois les vainqueurs des primaires, les places réservées faisant l’objet d’élections régionales spéciales ainsi que des candidats de la minorité qui bénéficient de places garanties.

Les places réservées aux candidats régionaux sont les numéros 19, 22, 23, 27, 31, 35, 36 et 39 ; Netanyahu a droit à trois désignations – les places n°21, 28 et 38 (ce droit lui a été accordé par les 56 % de membres qui se sont exprimés pour lors des primaires, contre 32 % qui y étaient opposés) ; trois places sont réservées à de nouvelles candidates, les n°23, 33 et 37 ; la place n°30 revient à un nouvel immigré, la n°32 à un candidat issu d’une minorité et la n°34 à un jeune candidat.

Voici donc les 40 premiers candidats qui représenteront le Likud lors des élections législatives du 9 avril :

1. Benjamin Netanyahu
2. Yuli Edelstein
3. Yisrael Katz
4. Gilad Erdan
5. Gidon Saar
6. Miri Regev
7. Yoav Galant
8. Yariv Levin
9. Nir Barkat
10. Gila Gamliel
11. Avi Dichter
12. Ze’ev Elkin
13. Tzachi Hanegbi
14. Ofir Akunis
15. Chaim Katz
16. Tzipi Hotovely
17. Yuval Steinitz
18. David Amsalem
19. Pinchas Idan (région de Shfela)
20. Amir Ohana
21. Désigné.e par Netanyahu
22. Ofir Katz (Galilée)
23. Eti Atiah (région de Dan et nouvelle candidate)
24. Yoav Kisch
25. David Bitan
26. Keren Barak (nouvelle candidate)
27. Shlomo Karai (région du Néguev)
28. Désigné.e par Netanyahu
29. Miki Zohar
30. Avraham Neguise (immigré récent)
31. Michal Shir (région de Tel Aviv)
32. Mulla Petin (minorité)
33. Kati Shitrit (nouvelle candidate)
34. Mai Golan (jeune candidate)
35. Uzi Dayan (région côtière)
36. Désigné.e par Netanyahu
37. Ariel Kallner (région de Haïfa)
38. Nouvelle candidate
39. Candidat.e de la région de Jérusalem
40. Sharren Haskel

Notons qu’à partir de la place n°25, les candidats ne sont pas définitifs, des questions subsistant encore en ce qui concerne l’interprétation de nombreux aspects de ces places réservées. Le comité juridique interne du Likud se prononcera à ce sujet dans les prochains jours.

Les sondages les plus optimistes octroient au parti 34 sièges maximum à la Knesset.

Au total, ce sont 69 719 adhérents du Likud qui sont allés mettre leur bulletin dans l’urne. Chaque bulletin est composé de 12 candidats favoris, ce qui porte à 836 628 le nombre de votes décomptés – chaque candidat ne pouvant obtenir plus de 39 719 voies.

Ils étaient 142 candidats au total à prétendre aux premières places sur la liste électorale, tous espérant obtenir suffisamment de voix pour s’assurer une entrée à la Knesset, qui compte 120 sièges en tout. La compétition pour les meilleures places fut féroce entre les députés déjà en exercice et les nouveaux-venus influents – elles ne garantissent pas pour autant une place dans le gouvernement.

En bas du classement, plusieurs députés en exercice sont déjà pratiquement voués à perdre leur poste à la Knesset. C’est le cas notamment de Yehuda Glick, d’Anat Berko, de Nurit Koren et de Nava Boker, qui avaient été désignés par Benjamin Netanyahu.

Le ministre des Communications Ayoub Kara, le seul candidat du Likud issu de la minorité druze, n’a pas réussi à se hisser dans les 40 premières places de la liste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...