Israël en guerre - Jour 233

Rechercher
Yom Hazikaron

Israël passe de Yom HaZikaron à Yom HaAtsmaout avec une cérémonie en demi-teinte

Les évènements commencent par l'allumage de flambeaux dans les communautés attaquées le 7 octobre ; 5 soldats grièvement blessés à Gaza

« Am Yisrael Hai » en hébreu, arabe et anglais : 3 influenceurs allument les flambeaux

Trois fervent défenseurs d’Israël – en particulier depuis le massacre perpétré par le Hamas le 7 octobre et la guerre qui s’en est suivie à Gaza – allument un flambeau lors de la cérémonie du 76e anniversaire de l’Indépendance d’Israël, en récitant « Am Yisrael Chai » (le peuple d’Israël est vivant) en anglais, en hébreu et en arabe.

Yoseph Haddad est un influenceur et activiste social israélo-arabe ; Ella Keinan est une blogueuse et influenceuse à l’origine du hashtag #HamasisISIS, et Nathaniel Buzolic est un acteur australien et un chrétien évangélique qui s’est rendu en Israël à plusieurs reprises depuis le 7 octobre.

Pas de « génocide » à Gaza mais Israël doit en faire plus pour les civils, affirme la Maison Blanche

Les Etats-Unis ne considèrent pas qu’Israël se livre à un « génocide » dans la bande de Gaza mais appellent le pays à « en faire plus pour assurer la protection des civils » palestiniens, a déclaré lundi Jake Sullivan, le conseiller du président américain Joe Biden.

« Nous pensons qu’Israël peut et doit faire plus pour assurer la protection des civils innocents. Nous ne pensons pas que ce qu’il se passe à Gaza soit un génocide », a dit M. Sullivan, conseiller à la sécurité nationale, lors d’un point de presse.

 

Le défilé de Tsahal prend la forme du ruban emblématique des otages du Hamas

Les soldats de Tsahal forment le motif du ruban des otages lors de la cérémonie officielle de Yom HaAtsmaout, le 13 mai 2024. (Capture d'écran, utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Les soldats de Tsahal forment le motif du ruban des otages lors de la cérémonie officielle de Yom HaAtsmaout, le 13 mai 2024. (Capture d'écran, utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Lors de la cérémonie annuelle de Yom HaAtsmaout, les soldats des FDI se livrent à un défilé et forment un motif « 76 » en l’honneur de la 76e année du pays, une menorah, une étoile de David, un drapeau israélien et un ruban sur le modèle de celui porté par de nombreux Israéliens en soutien aux otages.

Parmi les participants figurent des membres de la garde de la Knesset, dont la participation avait été initialement annulée en raison d’une querelle entre le président de la Knesset, Amir Ohana, et la ministre des Transports, Miri Regev, qui a organisé l’événement de cette année.

Le doyen des réservistes actifs de Tsahal allume un flambeau pour Yom HaAtsmaout

En allumant une torche représentant la « victoire de l’esprit », Ezra Yachin, 95 ans, le plus ancien réserviste actif de l’armée israélienne, déclare qu’il célèbre « l’esprit d’héroïsme » qui a marqué les Juifs « de génération en génération ».

« Je suis fier de servir jusqu’à ce jour en tant que soldat loyal », déclare-t-il. « Le peuple d’Israël est éternel. »

Ancien membre de la milice clandestine Lehi, enrôlé à l’âge de 15 ans et blessé pendant la guerre d’Indépendance, Yachin a repris l’uniforme le 7 octobre pour partager son expérience avec les soldats actuels de Tsahal.

Le Premier ministre grec dit à Erdogan : « Acceptons d’être en désaccord » sur la question du Hamas groupe terroriste

La Grèce et la Turquie ne peuvent pas s’entendre sur toutes les questions liées à la guerre en cours à Gaza, mais elles peuvent convenir que la violence doit cesser et qu’un cessez-le-feu à long terme est nécessaire, a déclaré le Premier ministre grec après sa rencontre avec le président turc Tayyip Erdogan à Ankara.

« Acceptons d’être en désaccord », a déclaré Kyriakos Mitsotakis, après qu’Erdogan ait exprimé sa tristesse face à la vision grecque qui considère le Hamas comme une organisation terroriste.

Le groupe soutenu par l’Iran est désigné comme organisation terroriste par une multitude de pays, dont Israël, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et le Canada, ainsi que par l’Union européenne.

Des familles d’otages détenus à Gaza célèbrent Yom HaAtsmaout avec une cérémonie alternative

Brandissant des pancartes indiquant « Pas d’otages, pas d’indépendance », plus de 1 000 personnes assistent à une cérémonie alternative de Yom HaAtsmaout dans un amphithéâtre romain près de Binyamina.

L’événement, co-organisé par un proche d’un homme présumé retenu en otage à Gaza, est censé servir d’alternative à la cérémonie annuelle du Jour de l’Indépendance organisée par le gouvernement et qui se tient à Jérusalem.

« Alors que le gouvernement organise un défilé ostentatoire, lâche, méprisant, déconnecté et sans public, les familles des otages et les citoyens inquiets organisent une cérémonie digne et appropriée, connectée à l’opinion publique », peut-on lire dans un communiqué du co-organisateur Noam Dan, dont le cousin Ofer Kalderon a été enlevé à Gaza le 7 octobre au kibboutz Nir Oz.

L’événement comprend une cérémonie d’extinction des torches, une image négative de l’allumage traditionnel des torches lors de la cérémonie de Jérusalem. Les torches signifient « l’abandon, la négligence, le mépris et la désertion », affirment les organisateurs.

Certains proches d’otages ont néanmoins critiqué cette extinction comme étant inappropriée et à contre-courant.

« C’est un geste choquant », a déclaré Yaron Or, dont le fils Avinatan Or est également présumé être retenu en otage. « Si allumer des torches célèbre les succès, alors les éteindre est le message inverse. Nous n’éteignons pas les torches. Ne jetez pas le bébé avec l’eau du bain », a déclaré Yaron au Times of Israel, en réponse à une demande de commentaire.

Des policiers anti-émeute interviennent pour mettre fin à une manifestation anti-Israël à l’université d’Amsterdam

La police est intervenue pour mettre fin à une manifestation anti-Israël à l’Université d’Amsterdam après que des manifestants ont occupé des bâtiments universitaires dans plusieurs villes néerlandaises pour condamner la guerre à Gaza, a rapporté l’agence de presse ANP.

Des vidéos publiées sur X montrent une rangée de policiers en tenue anti-émeute avec des chiens forçant dans une foule de manifestants dans la rue à côté d’un canal d’Amsterdam.

Dans un message publié sur X, la police d’Amsterdam a affirmé que l’université avait déposé une plainte contre les manifestants pour actes de vandalisme.

La police veille à ce que personne ne puisse pénétrer dans les bâtiments universitaires et demandera aux manifestants de quitter volontairement les lieux, ajoute le message.

Un porte-parole de l’Université d’Amsterdam (UvA) a confirmé l’occupation et dit qu’elle avait conseillé aux personnes non affiliées à la manifestation de quitter le bâtiment.

Plus tôt dans la journée, un groupe de protestataires néerlandais a déclaré avoir occupé des bâtiments universitaires dans les villes d’Amsterdam, Groningen et Eindhoven.

Nasrallah : Israël est confronté à un « dilemme historique » dans la guerre à Gaza : soit la défaite, soit l’abîme

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hasan Nasrallah, a déclaré qu’Israël était confronté à un « dilemme historique » à Gaza : « s’il met fin à la guerre, ce sera une défaite majeure, et il s’enfoncera dans un abîme s’il continue la bataille militaire », a rapporté Al-Manar TV, du groupe terroriste basé au Liban.

Dans un discours télévisé, Nasrallah a déclaré que le massacre du Hamas du 7 octobre dans le sud d’Israël était « une opportunité de revitaliser la cause palestinienne ».

Il a également affirmé que « la fermeté des femmes, des enfants et des combattants de la résistance à Gaza » avait contribué à inverser les processus de normalisation entre Israël et les pays arabes modérés, sans les nommer.

« Aujourd’hui, la Palestine et les droits des Palestiniens sont mis en avant partout dans le monde », aurait déclaré Nasrallah.

Depuis le 8 octobre, les forces dirigées par le Hezbollah attaquent presque quotidiennement les communautés israéliennes et les postes militaires le long de la frontière, le groupe affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans la guerre là-bas.

Des images de Tsahal montrent l’interception d’une roquette dans le sud du Liban

Des images diffusées par Tsahal montrent une roquette qui a été tirée depuis un lanceur être ciblée en vol par des avions de combat à Ayta ash-Shab, dans le sud du Liban, il y a peu de temps.

Un autre site de tirs de roquettes a été touché dans la même zone, selon l’armée.

L’armée israélienne affirme avoir identifié des explosions secondaires et des tirs de roquettes depuis le site après la frappe, indiquant que les lanceurs avaient été préparés pour attaquer Israël.

Plusieurs roquettes ont également été lancées sur le nord d’Israël au cours de la dernière heure, déclenchant des sirènes en Haute Galilée.

L’armée israélienne affirme qu’il n’y a pas eu de blessés dans l’attaque.

Le porte-parole de l’ONU défend la baisse du nombre de morts de femmes et d’enfants à Gaza

Des gens inspectent un cratère d'impact sur le site d'un bâtiment touché par des frappes israéliennes à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 8 mai 2024. (Crédit : AFP)
Des gens inspectent un cratère d'impact sur le site d'un bâtiment touché par des frappes israéliennes à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 8 mai 2024. (Crédit : AFP)

Un porte-parole des Nations unies a défendu une récente révision du bilan des morts, citant le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), qui a réduit de près de moitié le nombre de femmes et d’enfants qui auraient été tués pendant la guerre en cours entre Israël et le Hamas à Gaza.

Farhan Aziz Haq, porte-parole du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré à Fox News Digital que les chiffres étaient basés sur les données fournies par le ministère de la Santé contrôlé par le Hamas à Gaza, et que les fluctuations « peuvent varier en fonction de leur propre processus de vérification ».

« Les équipes des Nations unies sur le terrain à Gaza ne sont pas en mesure de vérifier ces chiffres de manière indépendante, compte tenu de la situation qui prévaut sur le terrain et du grand nombre de morts », a ajouté le porte-parole.

Une infographie publiée mercredi par OCHA évalue le bilan total de la guerre à Gaza à 34 844 personnes, dont 7 797 (32 %) sont des enfants et 4 959 (20 %) sont des femmes. Dans une infographie publiée deux jours plus tôt, le bilan global des décès était de 34 735, dont plus de 14 500 (42 %) étaient des enfants et plus de 9 500 (27 %) des femmes.

Fox a noté que l’ONU reprenait le nombre de morts non vérifié « pour formuler ses politiques et son programme ».

Les responsables israéliens affirment qu’environ 15 000 terroristes ont été tués à Gaza au cours de la guerre.

La diffusion de la cérémonie de Yom HaAtsmaout a démarré

La diffusion annuelle de la cérémonie de Yom HaAtsmaout a commencé par l’allumage des flambeaux dans les communautés du sud d’Israël, à Kfar Aza, Hof Zikim, Sderot, Nahal Oz et dans d’autres localités touchées le 7 octobre.

L’un des flambeaux a été allumée dans le Moshav Tekuma, à côté d’un énorme tas de voitures qui ont été incendiées et détruites lors de l’attaque du Hamas.

La majeure partie de la cérémonie de cette année a été préenregistrée.

Israël passe de Yom HaZikaron à Yom HaAtsmaout, avec des célébrations en sourdine

La cérémonie marquant le passage de Yom HaZikaron à Yom HaAtsmaout s’est déroulé au mont Herzl, à Jérusalem, sur un ton feutré, après l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre et la poursuite de la guerre à Gaza.

La cérémonie a été filmée à l’avance sans public.

L’allumage traditionnel des flambeaux par des personnalités, qui a habituellement lieu lors de la cérémonie sur le mont Herzl, a lieu à l’intérieur des communautés frontalières de Gaza attaquées le 7 octobre, ainsi que dans les bases militaires qui ont été visées par le Hamas et qui ont subi de lourdes pertes. Cette mesure vise à refléter « l’atmosphère générale de deuil, de perte et de profonde douleur du peuple d’Israël », selon un communiqué officiel.

À Tel Aviv, a déclaré le maire Ron Huldaï, il n’y aura pas de feux d’artifice et moins d’événements, la plupart d’entre eux étant concentrés dans les quartiers, au lieu de grands rassemblements centraux.

Des célébrations discrètes sont également prévues dans de nombreuses autres villes.

Jérusalem n’aura pas de feux d’artifice cette année, a déclaré un porte-parole de la municipalité, bien que la Cinémathèque de la ville ait annoncé qu’elle poursuivrait sa tradition cinématographique avec des chants et un quiz sur le cinéma israélien mardi après-midi, un événement co-sponsorisé par la municipalité.

Erdogan déclare que plus de 1 000 membres du Hamas sont soignés dans des hôpitaux en Turquie

Le président turc Recep Tayyip Erdogan (à droite) accueille le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis à son arrivée avant une réunion à Ankara, le 13 mai 2024. (Crédit : Service de presse présidentiel turc/AFP)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan (à droite) accueille le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis à son arrivée avant une réunion à Ankara, le 13 mai 2024. (Crédit : Service de presse présidentiel turc/AFP)

Le président turc Tayyip Erdogan a déclaré que plus de 1 000 membres du groupe terroriste palestinien du Hamas étaient soignés dans des hôpitaux à travers la Turquie, réitérant sa position selon laquelle le Hamas est un « mouvement de résistance [nom que se donnent les groupes terroristes islamistes anti-Israël] ».

S’exprimant lors d’une conférence de presse après ses entretiens avec le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis à Ankara, Erdogan s’est également dit attristé par la vision grecque du Hamas comme organisation terroriste.

Le Hamas dispose d’un bureau en Turquie depuis 2011, lorsque la Turquie a contribué à obtenir l’accord qui a conduit le groupe terroriste à libérer le soldat israélien Gilad Shalit.

Le groupe soutenu par l’Iran a été désigné comme organisation terroriste par une multitude de pays, dont Israël, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et le Canada, ainsi que par l’Union européenne.

Israël aurait renvoyé plusieurs diplomates juniors en Turquie, alors que les liens entre Jérusalem et Ankara se sont détériorés en raison de la guerre qui fait rage à Gaza. Le site d’information Ynet a rapporté que l’ambassadrice d’Israël en Turquie, Irit Lillian, n’était pas retournée à Ankara. « Il y a bien une présence diplomatique qui reste sur place », a déclaré une source diplomatique au Times of Israel.

Blinken félicite Israël à la veille du Jour de l’Indépendance : « L’Amérique a été le premier pays à reconnaître Israël en 1948 »

À la veille du Jour de l’Indépendance, le secrétaire d’État américain Antony Blinken est parmi les premiers dirigeants mondiaux à féliciter Israël.

« En ce moment solennel d’immense souffrance de tous ceux touchés par le conflit actuel, de deuil et d’aspiration intense au retour des otages d’Israël, nous restons déterminés à faire avancer une vision de paix, de sécurité et de prospérité pour Israël et la région », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« Les États-Unis ont été le premier pays à reconnaître le statut d’État israélien lorsqu’Israël a déclaré son indépendance en 1948. Notre histoire de valeurs démocratiques communes, de commerce, de liens culturels profonds et d’engagement en faveur de la sécurité régionale a fourni la base d’un partenariat et d’une amitié solides entre nos deux pays », a ajouté Blinken.

« Veuillez recevoir nos félicitations à l’occasion du 76e anniversaire de l’État d’Israël. Yom Atsmaout Sameach ! »

Des militants accrochent de faux avis de décès devant les domiciles des ministres, les accusant d’être responsables de la mort de 620 soldats

Lors d’une manifestation en ce jour de Yom Hazikaron, des mères de soldats de l’armée israélienne ont accroché de faux avis de décès devant les maisons de plusieurs hommes politiques, les accusant d’être responsables de la mort de 620 soldats pendant et depuis le massacre du Hamas du 7 octobre.

« Chacun des soldats tombés au combat et ceux qui seront ajoutés à la liste, chaque famille qui devient une famille en deuil, chaque décès, chaque tombe, chacun d’entre eux est de votre faute », peut-on lire sur l’affiche.

« Il s’avère que la combinaison de la peur et de la rage est un moteur d’action maternel », a déclaré le groupe « Mamans éveillées » dans un message sur Facebook.

Des photos sur les réseaux sociaux montrent les pancartes accrochées près des domiciles de responsables, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le président Isaac Herzog, le ministre de la Défense Yoav Gallant, le ministre des Affaires étrangères Israel Katz, le président de la Knesset Amir Ohana, le ministre du Renseignement Gila Gamliel, le ministre de l’Economie Nir Barkat et le ministre de la Science et de la Technologie, Ofir Akunis, ainsi qu’un certain nombre de députés.

La Haute Cour rejette la requête visant à interrompre l’enquête du contrôleur de l’État sur le 7 octobre

Le contrôleur de l'État Matanyahu Englman lors de la conférence de la Fédération des autorités locales, à Tel Aviv, le 7 décembre 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Le contrôleur de l'État Matanyahu Englman lors de la conférence de la Fédération des autorités locales, à Tel Aviv, le 7 décembre 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

La Haute Cour de justice a décidé de ne pas émettre d’ordonnance provisoire interdisant au contrôleur de l’État Matanyahu Englman de poursuivre son enquête sur les multiples manquements du 7 octobre.

Le Mouvement pour un gouvernement de qualité en Israël a déposé en février une requête auprès du tribunal lui demandant d’ordonner au contrôleur de l’État de geler son enquête jusqu’après la guerre, arguant que cela nuirait à l’effort de guerre en détournant l’attention des commandants de Tsahal de la gestion de la guerre actuelle et en interférant avec une future commission d’enquête d’État sur le désastre militaire, de renseignement et politique qui a rendu possible l’attaque du Hamas.

La juge de la Haute Cour Gila Canfy-Steinitz a demandé au bureau du contrôleur d’État, au chef d’état-major de Tsahal et au chef du Shin Bet de répondre à la requête avant le 8 juin.

« Je ne voyais pas [de raison], à ce stade, pour apporter une aide temporaire », a-t-elle dit à propos de la demande visant à ce que le contrôleur de l’État mette fin à son enquête.

Canfy-Steinitz a cependant demandé au chef d’état-major de Tsahal et au chef du Shin Bet de fournir au contrôleur de l’État d’ici le 20 mai les informations classifiées qui, selon eux, démontrent que l’enquête demandée par Englman nuirait à la sécurité de l’État.

Le bureau d’Englman a répondu : « Le contrôleur de l’État s’attend à ce que le chef d’état-major et tous les autres fonctionnaires examinés donnent instruction à leurs collaborateurs de remplir l’obligation qui leur incombe en vertu de la Loi fondamentale sur le contrôleur de l’État et de coopérer pleinement avec les représentants du contrôleur de l’État, tout comme d’autres agences de sécurité l’ont fait. »

Cinq soldats et un sous-traitant du ministère de la Défense grièvement blessés lors d’incidents distincts à Gaza

Deux soldats de l’unité d’élite du génie de combat Yahalom ont été grièvement blessés par des mortiers lancés par le Hamas à Rafah, dans le sud de Gaza, plus tôt dans la journée, a indiqué l’armée.

Six autres soldats ont été modérément blessés lors du même incident.

Un agent sous-traitant du ministère de la Défense a été grièvement blessé et deux autres employés ont été légèrement blessés lors d’un autre incident survenu dans le sud de Gaza, a ajouté l’armée.

L’armée israélienne a rapporté également qu’hier soir, un soldat du bataillon Rotem de la brigade Givati a été grièvement blessé lors d’une fusillade dans le nord de la bande de Gaza.

L’armée israélienne a par ailleurs déclaré mardi que deux soldats du 51e bataillon de la brigade Golani avaient été grièvement blessés dans un « accident opérationnel » à la frontière de Gaza, près de la communauté frontalière de Nir Am. Les soldats ont été blessés lors de frappes de Tsahal dans la région.

Des sirènes d’alerte de drones retentissent dans les villes du nord près de la frontière libanaise

Des sirènes d’alerte de drones ont retenti dans les villes du nord, près de la frontière avec le Liban, avertissant d’une intrusion présumée d’un appareil hostile.

Les alarmes ont été entendues notamment dans les communautés de Fassuta, Alkosh, Abirim et Netua.

Un véhicule de l’ONU essuie des tirs à Rafah ; 1 mort, 1 blessé – médias

Un véhicule des Nations unies a essuyé des tirs à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, rapportent les médias palestiniens et la chaîne publique israélienne Kan.

Selon les médias palestiniens, un chauffeur palestinien a été tué et un travailleur humanitaire a été blessé. Kan indique que l’employé de l’ONU est dans un état grave.

Kan rapporte que cela s’est produit près du point de passage de Rafah avec l’Égypte, dont la partie palestinienne est actuellement sous contrôle israélien.

On ignore si ce sont les soldats israéliens ou des terroristes qui ont ouvert le feu sur la voiture de l’ONU. Tsahal n’a pas encore fait de commentaire.

Aujourd’hui également, le groupe terroriste palestinien du Hamas a affirmé avoir lancé des mortiers sur les troupes israéliennes dans la zone du point de passage de Rafah.

L’armée de l’air a frappé plus de 120 cibles à Gaza dimanche ; les soldats combattent le Hamas à Rafah

Les troupes de l'armée israélienne en opération dans la région de Rafah, sur une photo autorisée à la publication le 13 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes de l'armée israélienne en opération dans la région de Rafah, sur une photo autorisée à la publication le 13 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée de l’air israélienne a frappé plus de 120 cibles dans la bande de Gaza au cours de la journée écoulée, tandis que les forces terrestres opèrent sur trois sites dans la bande de Gaza, indique l’armée israélienne.

La 162e division combat le groupe terroriste palestinien du Hamas dans l’est de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, ainsi que du côté palestinien du passage frontalier avec l’Égypte.

Tsahal indique que la division du Corps d’Infanterie de la brigade Givati a effectué des raids sur des sites du Hamas dans la région, tuant des terroristes armés et localisant des armes et des lance-roquettes. La 401e brigade du Corps Blindé Mécanisé a effectué des raids et a détruit d’autres sites, et a saisi des armes trouvées dans une école.

La 98e division opère dans le nord de la bande de Gaza, à Jabaliya, après que l’armée a identifié un rassemblement du Hamas dans cette zone.

Un char de l’armée israélienne en opération dans la zone de Jabaliya dans la bande de Gaza, sur une photo autorisée à la publication le 13 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

La 7e brigade du Corps Blindé Mécanisé et la 460e brigade blindée de la division ont tué plusieurs terroristes armés lors de batailles dans la zone, tandis que l’armée de l’air a frappé plusieurs cibles du Hamas, y compris des sites souterrains et un bâtiment où des terroristes étaient regroupés, indique Tsahal.

La 99e division opère entre-temps dans le quartier Zeitoun à Gaza-City, après que l’armée a identifié un regroupement du Hamas dans ce quartier.

Tsahal indique que l’unité multi-domaine de la division a effectué un raid sur un dépôt d’armes au domicile d’un élément du Hamas à Zeitoun, et a dirigé une frappe aérienne contre un tireur d’élite dans la zone.

Choukry à Blinken : Les opérations de Tsahal à Rafah posent de « graves risques de sécurité »

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukry a déclaré au secrétaire d’État américain Antony Blinken que la poursuite des opérations de l’armée israélienne à Gaza, et en particulier dans la ville de Rafah, qui se trouve à la frontière avec l’Égypte, comportait de « graves risques pour la sécurité ».

Lors de son appel téléphonique avec Blinken, Choukry a également souligné la nécessité de reprendre les livraisons d’aide à Gaza après que les deux diplomates ont discuté de la saisie par Tsahal du côté palestinien du poste-frontière de Rafah la semaine dernière, indique le ministère égyptien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Actuellement, le passage de Kerem Shalom est utilisé pour les livraisons d’aide humanitaire au sud de Gaza, tandis que le passage de Nitzana avec l’Égypte est utilisé pour inspecter certains camions.

Le point de passage de Rafah, entre l’Égypte et Gaza, principal point d’entrée de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre, est actuellement fermé pendant les opérations menées par l’armée dans la région. Il est donc essentiel de disposer d’autres points de passage vers Gaza, en particulier dans l’éventualité d’une incursion de grande envergure dans Rafah, qui, selon Israël, est essentielle au démantèlement du groupe terroriste palestinien du Hamas.

En outre, trois points de passage sont actuellement utilisés pour transférer l’aide humanitaire d’Israël aux Palestiniens du nord de la bande de Gaza : Erez Ouest, ouvert dimanche ; Erez Est, ouvert au début du mois et adjacent au point de passage d’Erez existant ; et Gate 96, l’entrée militaire du corridor de Netzarim au centre de Gaza, utilisé pour la première fois pour des livraisons d’aide au mois de mars.

Alerte au drone déclenchée près de la frontière libanaise

Des alertes au drone ont été déclenchées dans plusieurs communautés de la Galilée, près de la frontière libanaise.

Les communautés concernées sont Hagoshrim, Dafna, Snir, She’ar Yashuv, Kibbutz Dan et Ajaar.

Sans le retour des otages, Israël ne pourra jamais être entier – Herzog

Israël ne pourra guérir du 7 octobre que lorsque les otages enlevés ce jour-là seront libérés, a déclaré le président Isaac Herzog après avoir déposé une gerbe lors de la cérémonie annuelle de commémoration des victimes du terrorisme au mont Herzl.

« Ce rétablissement, nécessaire pour nous tous – en tant que nation et pays – ne consiste pas seulement à regarder vers l’avenir et à construire, mais aussi à réparer le présent », déclare-t-il. « Et notre présent ne sera pas complet, et notre blessure ne sera pas guérie, tant que tous les otages ne seront pas revenus – nos frères et sœurs bien-aimés, qui sont en détresse et en captivité. »

Le 7 octobre a été « l’attaque terroriste la plus odieuse » de l’histoire de l’État d’Israël, au cours de laquelle « des familles entières nous ont été cruellement enlevées », déclare-t-il. « L’attaque du 7 octobre était une atteinte à nos droits et à notre souveraineté dans notre patrie, dans notre seul et unique État – Israël. »

S’adressant aux familles des victimes, Herzog a déclaré que « personne ne peut vraiment comprendre l’ampleur du vide qui s’est creusé dans vos vies ».

« Notre rôle, le rôle de tout le peuple d’Israël, est de vous soutenir », a déclaré Herzog. « Cela s’applique bien sûr aussi à l’obligation morale profonde envers les survivants d’actes d’hostilité et de terreur, et envers tous ceux qui ont été touchés par ces actes physiquement et mentalement, et qui ont besoin de soutien, d’assistance, d’accompagnement, de ressources, de connaissances et de soins de la part de nous tous pour essayer de se rétablir et de retourner à la vie ».

Gallant à Blinken : l’offensive à Rafah est une « opération précise »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a déclaré au secrétaire d’Etat américain Antony Blinken que l’offensive à Rafah était une « opération précise », tout en indiquant que Jérusalem ne se laisserait pas dissuader d’atteindre ses objectifs de guerre, à savoir le retour des otages et l’élimination du Hamas « en tant qu’autorité militaire et gouvernementale », a déclaré le bureau de Gallant dans un communiqué sur l’appel de dimanche soir.

Le communiqué indique que Gallant a discuté de « l’évolution de la situation à Gaza, y compris les opérations de Tsahal à travers la bande face aux lieux sensibles du terrorisme, et l’opération précise dans la zone de Rafah contre les bataillons restants du Hamas, tout en sécurisant le point de passage », en référence au point de passage de Rafah avec l’Égypte, dont les troupes israéliennes ont pris le contrôle du côté de la bande de Gaza.

Lors de cet appel, Blinken a de nouveau mis en garde Gallant contre une offensive israélienne de grande envergure à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, selon une déclaration antérieure du porte-parole du département d’État, Matthew Miller.

« Le ministre a exprimé sa gratitude au secrétaire Blinken pour le soutien continu apporté par l’administration américaine à la sécurité d’Israël », ajoute le bureau de Gallant.

De petites manifestations ponctuent le discours de Netanyahu

Le discours du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une cérémonie au mont Herzl en hommage aux victimes israéliennes du terrorisme se déroule en grande partie sans encombre, mais on peut entendre des cris dans la foule à la fin du discours.

Dans une vidéo, on entend une personne crier « ordures », tandis que dans une autre, un homme plus âgé semble crier « il a pris mes enfants ».

Le début du discours a également été marqué par une protestation : un participant s’est levé et a brandi un drapeau israélien sur lequel était inscrit « 7.10 », en référence à la date de l’attaque du Hamas du 7 octobre.

Au cours de son discours, Netanyahu a promis que son gouvernement s’efforcerait de ramener les otages détenus à Gaza.

« Nous travaillons sans relâche pour ramener tout le monde, ceux qui sont vivants comme ceux qui ont été tués », a-t-il déclaré. « Nous avons déjà ramené la moitié d’entre eux, et nous les ramènerons tous. »

La mère d’un otage interpelle Smotrich en sortant d’une cérémonie de Yom HaZikaron

Einav Zangauker, la mère de l’otage Matan Zangauker, a interpellé le ministre des Finances Bezalel Smotrich à la sortie d’une cérémonie qui a eu lieu dans un cimetière militaire d’Ofakim, une ville du sud du pays, le pressant d’accepter un accord avec le Hamas qui permettrait aux captifs qui se trouvent encore à Gaza d’être libérés.

« Faites au moins cet effort monumental pour ceux qui sont encore en vie, pour ceux qui peuvent être sauvés », lui a-t-elle dit d’un ton calme.

Smotrich, le regard fuyant, a répondu que le gouvernement œuvrait à obtenir la remise en liberté de son fils.

« Je vous prends dans mes bras. Nous avons l’obligation de le faire revenir et nous faisons tout ce que nous pouvons à cette fin », a-t-il dit.

Matan Zangauker, 24 ans, et sa conjointe Ilana Gritzewsky, 30 ans, ont été kidnappés dans leur habitation du kibboutz Nir Oz, le 7 octobre, lors du massacre commis par les terroristes du Hamas dans le sud d’Israël. Le kibboutz a payé un prix particulièrement élevé dans cet assaut. Zangauker est encore en captivité tandis que Gritzewsky a été relâchée au cours d’une trêve d’une semaine, au mois de novembre.

Ces dernières semaines, Einav Zangauker est devenue une voix particulièrement forte du mouvement de protestation anti-gouvernemental.

Au cours de son discours prononcé lors de la cérémonie, Smotrich a assumé ses responsabilités dans les échecs qui ont ouvert la porte au 7 octobre, disant que « le leadership, à la tête de l’État et des services de sécurité, ont échoué dans leur tâche de protection des citoyens d’Israël et moi-même, en tant que membre du gouvernement, j’assume la responsabilité de ce qui s’est passé et de ce qui se passera ».

Les Druzes protestent contre la loi accélérant l’application des permis de construire lors de la cérémonie d’Isfiya

Une cérémonie commémorative dans la ville d’Isfiya, au nord d’Israël, s’est déroulée sans heurts, malgré les tensions suscitées par les lois adoptées ces dernières années et considérées comme discriminatoires par la communauté druze.

Lors de la cérémonie, le député et ministre de l’Économie et de l’Industrie, Nir Barkat (Likud), a assumé la responsabilité des massacres du 7 octobre au nom du gouvernement.

« Le gouvernement d’Israël porte l’entière responsabilité de tout ce qui se passe dans l’État », a-t-il déclaré.

L’année dernière, la ministre des Renseignements Gila Gamliel (Likud) a été empêchée d’entrer dans le cimetière militaire de la ville en partie à cause de son soutien à une loi qui consacre Israël comme l’État-nation du peuple juif.

Des militants manifestent pacifiquement devant le cimetière contre une autre loi – un amendement de 2017 à une loi d’urbanisme accélérant les mesures d’application contre les constructions illégales, en supprimant la nécessité de passer par les tribunaux.

Les permis de construire sont difficiles à obtenir dans la communauté arabe, ce qui favorise les constructions illégales.

Prenant la parole lors de la cérémonie, le chef spirituel druze, cheikh Mowafaq Ṭarīf, a déclaré que le gouvernement devait « cesser de parler », honorer le « pacte de sang » entre les Druzes et le peuple juif, en vertu duquel tous les hommes druzes sont enrôlés dans l’armée israélienne, et prendre des mesures pour permettre aux jeunes Druzes de construire légalement sur leurs terres – en attribuant des terres aux vivants, et non pas seulement aux morts.

Alerte à la roquette dans les villes du nord

De nouvelles sirènes de roquettes ont retenti dans les villes de Fassuta, Netua, Matat et Elkosh, en Haute Galilée, près de la frontière avec le Liban.

Quatre soldats blessés dans une attaque de missiles du Hezbollah

Quatre soldats ont été blessés dans le nord d’Israël par des tirs de missiles guidés anti-char en provenance du Liban, selon l’armée et l’hôpital.

L’hôpital Ziv de Safed indique que quatre soldats ont été admis après avoir été blessés dans l’attaque près du kibboutz Yiftah.

Tsahal dit avoir identifié deux missiles antichars lancés dans la zone de Yiftah, qui ont blessé quatre soldats.

L’hôpital et Tsahal indiquent que trois des soldats sont légèrement blessés et que le quatrième est dans un état modéré.

Le Hezbollah revendique ce tir de missile, affirmant qu’il visait une position militaire près de Yiftah.

Les sirènes ont retenti à Yiftah au moment de l’attaque.

Un autre drone lancé depuis le Liban a frappé une zone près de Zarit, sans faire de blessés, ajoute Tsahal.

 

Des ministres hués lors de cérémonies organisées à travers le pays

Outre le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, d’autres membres du cabinet sont malmenés lors des cérémonies de Yom HaZikaron.

Au cimetière militaire de Tel Aviv, le ministre de la Défense Yoav Gallant, est accueilli par une protestation silencieuse de la part de trois personnes portant des pancartes sur lesquelles on peut lire « Leur sang est sur vos mains ». Une personne lui a également intimé l’ordre de démissionner, selon un activiste qui a publié un message sur les réseaux sociaux.

À Netanya, la ministre des Renseignements Gila Gamliel s’exprime alors qu’une femme dans la foule lui hurle de rentrer chez elle. La manifestante se dispute brièvement avec un homme en uniforme militaire qui semble assurer la sécurité, alors que d’autres personnes dans la foule tentent de lui dire de se taire.

Dans le cimetière militaire de Rehovot, des manifestants scandent « honte » et d’autres chants à l’adresse du ministre du Logement, Yitzhak Goldknopf, alors qu’il est en train de s’exprimer.

D’autres tentent de calmer les manifestants, ce qui entraîne des disputes, dont certaines tournent à l’affrontement physique, selon un article paru dans la presse locale.

À Holon, une femme âgée est aperçue en train de crier sa colère contre la ministre des Transports Miri Regev à la fin d’une cérémonie, la traitant notamment de « merde ».

Gantz prêt à « d’importantes concessions » pour ramener les otages ; Ben Gvir ne les mentionne pas

Lors d’une cérémonie à l’occasion de Yom HaZikaron dans un cimetière de sa ville natale de Rosh Haayin, le ministre du cabinet de guerre, Benny Gantz, a indiqué qu’Israël était prêt à faire des concessions très importantes pour récupérer ses otages.

« Nous reviendrons à Beeri et à Metula forts mais blessés », a-t-il déclaré, en faisant référence aux communautés durement touchées près des frontières de la bande de Gaza et du Liban. « Nous reverrons des jours meilleurs et plus calmes. Nous reverrons nos otages, pour lesquels nous prions tous et que nous sommes déterminés à ramener, même si le prix à payer est extrêmement douloureux ».

Les 132 otages détenus à Gaza n’ont pas été évoqués dans le discours du ministre de la Sécurité nationale, Ben Gvir, qui a déclaré qu’Israël devait continuer à se battre en mémoire de ceux qui ont été tués.

« Le sang de nos frères crie depuis le sol et nous ordonne de continuer et de nous souvenir, de continuer et de nous battre. Avec le bouclier et l’épée, jusqu’à la victoire. Et elle arrive », a-t-il déclaré, selon une transcription envoyée par son bureau.

Ben Gvir s’est publiquement opposé à un accord sur la libération des otages, qui impliquerait probablement une pause dans les combats.

Discussions houleuses et rixes éclatent après les huées contre Ben Gvir au cimetière

Des bagarres ont éclaté entre les participants à une cérémonie commémorative à Ashdod, comme le montre la vidéo. Certains d’entre eux ont été irrités par les huées adressées au ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, qui ont perturbé l’événement solennel.

Les affrontements se sont poursuivis à l’extérieur du cimetière après la brève cérémonie, les participants contestant avec véhémence les protestations.

« Récitez le Kaddish pour Israël ! Regardez ce qui nous est arrivé », a crié un homme à un opposant au gouvernement, alors que la police tentait de les séparer. « Pourquoi nous dérangez-vous ? Allez vous faire foutre. Regardez où vous êtes ».

Le manifestant a été entouré par un groupe d’agents de sécurité tandis que d’autres lui criaient dessus alors qu’il se déplaçait dans le parking bondé.

Ben Gvir chahuté lors d’une cérémonie à Ashdod

Le ministre de la sécurité nationale Itamar ben Gvir est chahuté par un petit groupe de personnes lors d’une cérémonie commémorative au cimetière militaire d’Ashdod, provoquant des tensions au sein de la foule.

« Sortez d’ici, criminel », crie quelqu’un alors que Ben Gvir entre.

Dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, on peut voir une femme âgée crier à plusieurs reprises après Ben Gvir, tandis qu’un policier tente d’éloigner la foule d’elle.

« Traître, jetez-la dehors », crie un homme en direction de la femme et du policier, tandis qu’une autre personne crie ; « Ne la jetez pas dehors ».

D’autres personnes autour d’elle commencent également à se disputer, certaines se présentant comme des familles endeuillées.

Le Hezbollah revendique une double attaque de drone près de Beit Hillel

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, soutenu par l’Iran a revendiqué le lancement de drones chargés d’explosifs sur le nord d’Israël ce matin.

Le Hezbollah affirme avoir touché directement une position militaire près de la communauté de Beit Hillel lors de l’attaque menée à 6h30.

Tsahal a indiqué que les deux drones chargés d’explosifs ont frappé une zone proche de Beit Hillel, provoquant un petit incendie qui a été éteint.

L’attaque n’a pas fait de blessés.

Des photos montrent les restes du drone.

Netanyahu : C’est nous ou les monstres du Hamas

« C’est nous, Israël, ou eux, les monstres du Hamas », a affirmé le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la principale cérémonie organisée par l’État pour marquer Yom HaZikaron, au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem.

La campagne à Gaza, a-t-il dit, est un choix entre la liberté et la prospérité, d’une part, et le désespoir, le meurtre et la violence, d’autre part.

« Nous sommes déterminés à gagner ce combat », a souligné Netanyahu devant un parterre de ministres, de grands rabbins, de chefs d’état-major de Tsahal, de diplomates et de familles endeuillées.

« Nous atteindrons les objectifs de la victoire, avant tout en ramenant tous nos otages à la maison », a assuré Netanyahu.

Il a également déclaré que l’unité était essentielle dans cette guerre, qui, selon lui, est la continuation de la guerre d’indépendance d’Israël.

« Ce n’est qu’ensemble que nous gagnerons », a-t-il déclaré.

Le 7/10 aurait pu être évité : Ronen Bar souligne les échecs du Shin Bet

Le chef du Shin Bet, Ronen Bar, s'exprime lors d'une cérémonie du Yom HaZikaron au siège de l'agence à Tel Aviv, le 13 mai 2024. (Crédit : Capture d'écran/Shin Bet)
Le chef du Shin Bet, Ronen Bar, s'exprime lors d'une cérémonie du Yom HaZikaron au siège de l'agence à Tel Aviv, le 13 mai 2024. (Crédit : Capture d'écran/Shin Bet)

Lors d’une cérémonie organisée le jour de Yom HaZikaron en l’honneur des membres du Shin Bet tués, le chef de l’agence de sécurité Ronen Bar, s’est engagé à ce que le service de sécurité tire les leçons de ses échecs face aux événements qui ont précédé l’attaque terroriste menée par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre.

« C’est un jour difficile pour toutes les familles endeuillées, pour tous les citoyens, pour tous les employés du Shin Bet, mais aussi pour moi personnellement », a déclaré Ronen Bar.

Depuis le dernier Yom Hazikaron, dix membres et vétérans du Shin Bet ont été tués, tous lors de l’assaut meurtrier du 7 octobre.

Bar a dit que le Shin Bet avait failli à sa mission de protection de la nation le 7 octobre.

« Nous ressentons tous cette perte, le sentiment que cela aurait pu être évité, et en tant que chef de l’agence et responsable des activités de l’agence, je le ressens peut-être plus que quiconque », a poursuivi Bar.

Il a également indiqué que le Shin Bet menait une enquête « approfondie » sur les responsabilités de l’agence dans les échecs du 7 octobre.

« Il s’agit d’une enquête douloureuse mais importante. Nous en tirerons les leçons et corrigerons ce qui doit l’être. C’est notre devoir envers le peuple d’Israël et envers ceux qui sont tombés au combat. Sans la confiance du public dans les institutions de l’État et en nous, nous n’avons pas le droit d’exister », a déclaré Bar.

Bar a ajouté que le rôle de l’agence dans la guerre « n’est pas encore terminé ».

« Nous ne nous reposerons pas tant que nous n’aurons pas ramené les 128 otages chez eux, ainsi que les quatre otages qui s’y trouvaient auparavant. Ceux qui sont vivants et ceux qui ne le sont pas. Tous. Car c’est là que réside la véritable différence entre nous et eux : Nous sommes prêts à sacrifier notre vie pour nos citoyens, alors qu’eux sacrifient la vie des citoyens pour leurs propres intérêts », a-t-il déclaré.

Les Israéliens s’immobilisent en hommage à leurs morts

Des familles endeuillées, des amis et des soldats israéliens se rendent sur les tombes des soldats tombés au combat lors de Yom HaZikaron au cimetière de Kiryat Shaul à Tel Aviv, le 13 mai 2024. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des familles endeuillées, des amis et des soldats israéliens se rendent sur les tombes des soldats tombés au combat lors de Yom HaZikaron au cimetière de Kiryat Shaul à Tel Aviv, le 13 mai 2024. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

La nation s’immobilise lorsqu’une sirène de deux minutes retentit pour marquer Yom HaZikaron en hommage aux soldats et autres membres des services de sécurité tués dans l’exercice de leurs fonctions, ainsi qu’aux victimes d’attaques terroristes.

La sirène marque le début de la plupart des grandes cérémonies commémoratives dans les cimetières et les sites commémoratifs du pays. Sur le mont Herzl à Jérusalem, la cérémonie principale commence par un survol par des avions de chasse sous le regard du président Isaac Herzog et du premier ministre Benjamin Netanyahu.

Violents combats et entrée de chars à Jabaliya, dans le nord de Gaza

Sous le couvert de tirs aériens et terrestres nourris, les chars israéliens ont continué à avancer lundi dans Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, selon des habitants et les médias du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les chars ont avancé vers le cœur du camp, le plus grand des huit camps de réfugiés historiques de la bande de Gaza, selon les résidents. Ces derniers ont ajouté que des obus de chars étaient tombés dans le centre du camp et que des frappes aériennes avaient détruit des groupes de maisons.

L’armée a déclaré dimanche avoir lancé une nouvelle offensive contre le Hamas à Jabaliya, après avoir identifié des terroristes du groupe qui s’y étaient regroupés.

Un jour plus tôt, Tsahal avait émis un avis d’évacuation pour Jabaliya, où selon ses estimations, 100 000 à 150 000 Palestiniens se seraient réfugiés.

Selon médecins et secouristes, plusieurs personnes auraient été tuées et blessées lors d’une série de frappes aériennes sur le camp au cours de la nuit. Les chiffres communiqués par les responsables du Hamas n’ont pas pu être vérifiés.

À Rafah, près de la frontière avec l’Égypte, les habitants font état de bombardements intensifs et de frappes aériennes sur la partie est de la ville.

Tsahal opère dans la partie est de Rafah depuis la semaine dernière.

Des drones explosifs déclenchent un petit incendie dans le nord

Des drones transportant des explosifs, lancés depuis le Liban, se sont abattus à proximité de Beit Hillel, une communauté du nord, dans la matinée, a confirmé Tsahal.

L’armée a ajouté que les explosions avaient déclenché un petit incendie qui a été rapidement maîtrisé.

Il n’y a pas eu de blessé dans le cadre de cette attaque.

Les sirènes n’ont pas été activées. Les militaires ont indiqué avoir ouvert une enquête à ce sujet.

Gallant: la guerre à Gaza va façonner la vie des Israéliens pour les prochaines décennies

Les familles en deuil sur les tombes des soldats disparus pendant une cérémonie de commémoration sur le mont Herzl de Jérusalem, le 13 mai 2022. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
Les familles en deuil sur les tombes des soldats disparus pendant une cérémonie de commémoration sur le mont Herzl de Jérusalem, le 13 mai 2022. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a déclaré que la guerre que mène Israël à Gaza ne se terminera pas avant que les Israéliens soient à nouveau en mesure de vivre de manière heureuse, notant que les répercussions des combats se feront ressentir pendant de longues années.

« C’est une guerre de non-choix, c’est une guerre qui façonnera nos vies pour les prochaines décennies », a-t-il déclaré lors d’une cérémonie de commémoration qui était organisée sur le mont Herzl.

La guerre continuera, a-t-il ajouté, « jusqu’à ce que tous les otages soient libérés, jusqu’à ce que la gouvernance et les capacités militaires du Hamas soient démantelées et jusqu’à ce que nous ayons ramené la prospérité et la créativité au sein de l’État d’Israël, et un sourire sur le visage de ses citoyens ».

Des drones explosifs s’abattent à proximité d’une ville du nord – médias

Deux drones apparemment remplis d’explosifs, en provenance du Liban, sont retombés à proximité de Beit Hillel, une ville du nord du pays, ont indiqué les médias israéliens.

Il n’y aurait pas eu de blessé et aucun dégât n’a été signalé pour le moment.

Les sirènes d’alerte n’ont pas été activées.

Le Hezbollah a lancé des dizaines de drones explosifs en direction du nord d’Israël, ces derniers mois, même si le groupe terroriste n’a pas revendiqué l’attaque au drone.

L’armée n’a pas fait de commentaire sur l’incident.

EN DIRECT : Lecture des noms des soldats israéliens tombés au combat au mont Herzl

Les noms des soldats, policiers, gardiens de prison et secouristes israéliens tombés au combat sont récités lors d’une cérémonie dans la salle du mémorial national des soldats tombés au combat au mont Herzl, à Jérusalem.

Cette cérémonie est la première cérémonie officielle de Yom HaZikaron , après celle d’hier soir au mur occidental.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant est présent, ainsi que le directeur général du ministère de la Défense Eyal Zamir, le chef de la direction du personnel de l’armée israélienne, le général de division Yaniv Assur, et des représentants de la police israélienne et de l’administration pénitentiaire israélienne.

Suivez la cérémonie en direct en hébreu ci-dessous :

Tsahal confirme que des roquettes ont été tirées sur des communautés du sud

Deux roquettes ont été lancées depuis la bande de Gaza sur le sud d’Israël il y a peu de temps, selon l’armée.

L’un d’eux a été tiré sur la communauté frontalière de Mefalsim, et le second sur Netiv H’asara. Les sirènes avaient retenti dans les deux communautés.

Les deux roquettes ont touché des zones ouvertes, et aucun blessé ou dégât n’a été signalé.

Les sirènes  retentissent à Netiv Haasara et Mefalsim

Les sirènes d’alerte aux roquettes retentissent à Netiv Haasara et Mefalsim, près de la frontière de Gaza, avertissant de l’arrivée de tirs de roquettes.

Ofir Akunis : Chaque foyer connaît une victime

Le consul général d’Israël à New York, l’ancien député du Likud Ofir Akunis, s’est exprimé lors d’un événement organisé pour Yom HaZikaron dans la ville américaine. Il a présenté ses condoléances pour les 20 soldats de Tsahal tués au combat à Gaza la semaine dernière, qui viennent s’ajouter aux 30 140 soldats tués en service ou lors d’attaques terroristes avant et après la création de l’État d’Israël.

« Israël est le seul pays au monde où chaque foyer connaît quelqu’un qui a perdu la vie dans une guerre ou un acte de terrorisme », a déclaré Akunis.

« Qu’il s’agisse d’un membre de la famille, d’un ami ou d’un voisin. Chacun d’entre eux représente une vie entière. Chacun d’entre eux laisse un trou béant dans nos cœurs ».

Yom HaZikaron : sirènes et cérémonies nationales à 11 heures

Un soldat de Tsahal dépose des fleurs et des drapeaux sur les tombes des soldats tombés au combat au cimetière militaire de Kiryat Shmona, le 12 mai 2024, à l'approche de Yom HaZikaron. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
Un soldat de Tsahal dépose des fleurs et des drapeaux sur les tombes des soldats tombés au combat au cimetière militaire de Kiryat Shmona, le 12 mai 2024, à l'approche de Yom HaZikaron. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

D’autres événements sont prévus aujourd’hui à partir de 11 heures, lorsqu’une sirène de deux minutes retentira dans tout le pays pour commémorer les soldats tombés au combat et les victimes du terrorisme, cette année assombrie par le massacre du Hamas du 7 octobre et la guerre de plusieurs mois qui s’en est suivie dans la bande de Gaza.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu assistera à la cérémonie principale au mont Herzl à Jérusalem à 11 heures, suivie d’une autre cérémonie à la mémoire des victimes du terrorisme à 13 heures.

D’autres ministres participeront à des cérémonies à 11 heures dans tout le pays, bien que certaines familles endeuillées les aient exhortés à rester à l’écart.

Des hommes politiques de tous bords ont demandé que les profondes divisions politiques et les discours enflammés soient tenus à l’écart des cérémonies de ce Yom HaZikaron, dans l’espoir de s’unir solennellement avant le passage brutal, dans la soirée, aux festivités de Yom HaAtsmaout.

Les médias palestiniens font état de frappes israéliennes, y compris sur la police du Hamas à Rafah

Les médias palestiniens rapportent des frappes aériennes israéliennes sur les quartiers est de la ville de Rafah dans le sud de la bande de Gaza.

Tsahal utiliserait des drones pour cibler les véhicules de la police du Hamas à Rafah.

Des frappes aériennes nocturnes ont également été signalées dans le quartier de Shejaiya de la ville de Gaza, dans le nord de la bande, qui auraient fait au moins un mort et d’autres blessés.

Blinken exhorte Gallant à protéger les civils de Gaza et à augmenter l’aide

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, à gauche, s'entretenant avec le secrétaire d'État américain Antony Blinken, devant le QG militaire de la Kirya, à Tel Aviv, le 9 janvier 2024. (Crédit : Elad Malka/ Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant, à gauche, s'entretenant avec le secrétaire d'État américain Antony Blinken, devant le QG militaire de la Kirya, à Tel Aviv, le 9 janvier 2024. (Crédit : Elad Malka/ Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s’est entretenu au téléphone avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken au sujet de la situation à Gaza. Le haut diplomate américain a réitéré ses récents avertissements contre une offensive majeure dans la ville de Rafah.

Selon un communiqué publié par le porte-parole du département d’État, Matthew Miller, Blinken « a souligné le besoin urgent de protéger les civils et les travailleurs humanitaires à Gaza », et a exhorté Gallant à « s’assurer que l’aide puisse être acheminée à Gaza et aider à résoudre les problèmes de distribution à l’intérieur de Gaza, alors qu’Israël poursuit les cibles du Hamas ».

Blinken a également « affirmé l’engagement inébranlable des États-Unis en faveur de la sécurité d’Israël et de l’objectif commun de la défaite du Hamas », selon le communiqué.

Le bureau de Gallant n’a pas fait de commentaires.

Une vidéo montre des centaines de soldats de Tsahal chantant l’hymne national à Gaza

De nombreux soldats israéliens actuellement stationnés dans la bande de Gaza ont été filmés alors qu’ils chantaient l’hymne national « Hatikva » à l’occasion de Yom HaZikaron.

Une vidéo publiée par la chaîne publique Kan montre des centaines de soldats chantant devant un drapeau israélien dans le corridor de Netzarim, situé au centre de la bande de Gaza, qui sépare le nord et le sud de Gaza.

Gaza : Une frappe aérienne tue un haut placé du groupe terroriste du Front démocratique

Selon les médias palestiniens et arabes, un membre important du petit groupe terroriste palestinien du Front démocratique a été tué lors d’une frappe aérienne israélienne dans le quartier de Sabra, dans la ville de Gaza.

Les médias ont identifié l’homme visé comme étant Talal Abu Zarifa, membre du bureau politique de l’organisation.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.