Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

Tsahal publie des images d’une cache d’armes découverte à Khan Younès à côté d’une école gérée par l’ONU

Le principal conseiller de Joe Biden pour le Moyen-Orient se rendra en Israël et en Égypte cette semaine pour discuter d'une éventuelle offensive à Rafah et des efforts visant à libérer les otages

  • Cette photo prise à Rafah montre de la fumée au-dessus de Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza pendant les frappes israéliennes le 20 février 2024. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)
    Cette photo prise à Rafah montre de la fumée au-dessus de Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza pendant les frappes israéliennes le 20 février 2024. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)
  • Des manifestantes appelant à de nouvelles élections et à la libération des Israéliens kidnappés par les terroristes du Hamas à Gaza, devant la Knesset, le parlement israélien à Jérusalem, le 19 février 2024. (Crédit 
: Chaim Goldberg/Flash90)
    Des manifestantes appelant à de nouvelles élections et à la libération des Israéliens kidnappés par les terroristes du Hamas à Gaza, devant la Knesset, le parlement israélien à Jérusalem, le 19 février 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
  • Les soldats en opération dans la bande de Gaza sur une photo non-datée diffusée le 20 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Les soldats en opération dans la bande de Gaza sur une photo non-datée diffusée le 20 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le père d’une otage à Smotrich : « qu’ils kidnappent vos enfants et ensuite vous pourrez parler »

Eli Albag s'exprimant lors d'une conférence de presse, à Tel Aviv le 18 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran Facebook)
Eli Albag s'exprimant lors d'une conférence de presse, à Tel Aviv le 18 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran Facebook)

Le père de Liri Albag, 18 ans, qui a été capturée par le Hamas le 7 octobre, critiquement le ministre des Finances Bezalel Smotrich pour avoir suggéré que les efforts visant à ramener les otages en Israël sont moins importants que la destruction du Hamas.

« Qu’ils kidnappent vos enfants ! » déclare Eli Albag lors d’une manifestation devant la base militaire de Kirya à Tel-Aviv contre la décision du gouvernement de ne pas envoyer de délégation israélienne aux négociations sur les otages au Caire.

« Qu’ils kidnappent vos enfants et je crierai dans la rue : ‘Ce n’est pas le plus important !' ».

« Je m’adresse à tous les citoyens d’Israël – ceux qui pensent que les citoyens, les otages ne sont pas importants, qu’ils kidnappent vos enfants et vous pourrez alors parler », poursuit-il.

« Nous souffrons depuis 137 jours, jour après jour, minute après minute, nous ne dormons pas la nuit », ajoute-t-il en parlant de sa famille et des familles des 134 autres otages détenus par le Hamas, qui ne sont pas tous en vie.

Appelant la population à descendre dans la rue pour protester, Albag affirme que sa fille a été attaquée alors qu’elle protégeait l’État d’Israël, mais que ce dernier ne l’a pas protégée en retour.

« Il ne vous protégera pas », déclare Albag à la foule des manifestants. « Ils nous abandonnent en haut. Ils se moquent de nous, ils traînent les pieds, ils ne vont pas négocier. Je vous dis, citoyens, descendez dans la rue parce qu’aujourd’hui c’est nous et demain ce sera vous ».

Elections municipales : des bureaux de vote pour les soldats dans la bande de Gaza

Des soldates de Tsahal tiennent un bureau de vote militaire dans lequel les soldats peuvent voter, dans une image publiée le 20 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldates de Tsahal tiennent un bureau de vote militaire dans lequel les soldats peuvent voter, dans une image publiée le 20 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Les soldats de Tsahal déployés dans la bande de Gaza ont commencé à voter pour les municipales israéliennes suite à l’ouverture des bureaux de vote dans la journée, a fait savoir l’armée israélienne.

Selon Tsahal, douze bureaux de vote ont ouvert dans la bande de Gaza pour permettre aux soldats de voter même s’ils se trouvent en territoire ennemi.

Les bureaux de vote resteront ouverts jusqu’au 27 février, date à laquelle le reste du pays votera pour les municipales initialement qui auraient dû se tenir le 31 octobre dernier.

L’armée israélienne a fait indiqué son intention d’ouvrir 925 bureaux de vote militaires, parmi lesquels 150 mobiles, de façon ä permettre aux soldats – conscrits et réservistes – stationnés dans des endroits éloignés de voter.

Qatar : Le Hamas confirme avoir reçu des médicaments pour les otages et avoir commencé à les livrer

Des ouvriers et du personnel déchargent l'aide médicale livrée par le Comité international de la Croix-Rouge à l'hôpital Nasser de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 9 décembre 2023, alors que les batailles entre Israël et le Hamas se poursuivent. (Crédit : AFP)
Des ouvriers et du personnel déchargent l'aide médicale livrée par le Comité international de la Croix-Rouge à l'hôpital Nasser de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 9 décembre 2023, alors que les batailles entre Israël et le Hamas se poursuivent. (Crédit : AFP)

Le Qatar a reçu la confirmation du Hamas que le groupe terroriste a reçu les médicaments pour les otages à Gaza et qu’il a commencé à les livrer aux Israéliens enlevés, a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de Doha dans un communiqué.

À la mi-janvier, le Qatar a annoncé qu’il avait réussi à négocier un accord entre Israël et le Hamas qui prévoyait la livraison de médicaments à certains otages dans le besoin, ainsi que de fournitures médicales pour les civils de Gaza.

Depuis l’annonce, cependant, il n’y a eu aucune confirmation que les médicaments étaient parvenus aux otages.

L’annonce faite par le Qatar semble être ce qui se rapproche le plus d’une telle confirmation, mais elle ne contient aucune preuve que les médicaments ont effectivement été reçus.

Un diplomate au fait des négociations a déclaré au Times of Israel au début du mois que la présentation d’une telle preuve ne faisait pas partie de l’accord et qu’il était peu probable qu’elle soit présentée. Cependant, ils ont noté que le Hamas veut garder les otages en vie, car ils ont plus de valeur pour le groupe terroriste que s’ils n’étaient pas en vie. Il a donc intérêt à ce que les otages reçoivent les médicaments, a déclaré le diplomate.

En outre, ils ont noté que les affirmations des familles de certains otages selon lesquelles leurs proches n’avaient pas reçu de médicaments pouvaient être dues au fait qu’ils ne figuraient pas sur la liste des quelques dizaines d’otages désignés pour recevoir des médicaments.

En début de semaine, la Douzième chaîne a fait état d’une initiative indépendante de plusieurs familles d’otages qui ont réussi à faire parvenir des médicaments à Gaza pour leurs proches en novembre, mais là encore, on ignore si les médicaments étaient arrivés à destination.

Gallant : Les plans de Nasrallah pour le Hezbollah « s’effondrent » grâce à Tsahal

Le ministre de la Défense Yoav Gallant rencontre des soldats de l'armée de l'air israélienne sur une base dans le nord d'Israël abritant un ballon géant de détection de missiles, le 20 février 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant rencontre des soldats de l'armée de l'air israélienne sur une base dans le nord d'Israël abritant un ballon géant de détection de missiles, le 20 février 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Lors d’une visite du nouveau ballon géant de détection de missiles de l’armée de l’air israélienne dans le nord d’Israël, le ministre de la Défense Yoav Gallant déclare que les « équations » du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah s’effondrent, car l’armée de l’air israélienne opère au-dessus de toutes les zones du Liban.

« Les équations que le Hezbollah pensait avoir créées s’effondrent lorsque l’armée de l’air et l’armée israélienne décident d’attaquer, à Damas, à Beyrouth, à Sidon, à Nabatieh, partout, ils font ce travail et aucune équation ne s’y oppose », explique M. Gallant sur la base abritant le système de détection, baptisé « Elevated Sensor », ou « Sky Dew » en Israël.

« Chaque jour que Tsahal gagne et que le Hezbollah perd, j’espère qu’il n’y aura pas de jours plus difficiles, mais s’il y en a, vous êtes prêts », ajoute-t-il à l’intention des soldats de l’armée de l’air.

Tsahal publie des images d’une cache d’armes découverte à Khan Younès à côté d’une école gérée par l’ONU

Tsahal publie des images montrant une cache d’armes trouvée par la brigade des parachutistes dans le sud de Gaza, à Khan Younès, dans un bâtiment adjacent à une école des Nations Unies.

Selon l’armée israélienne, les membres du Hamas se cachaient dans l’école des Nations unies, qui servait d’abri aux civils palestiniens, et se faufilaient dans le bâtiment voisin par un trou dans le mur pour s’emparer d’armes afin d’attaquer les troupes israéliennes.

Dans un autre bâtiment voisin, Tsahal indique que les troupes ont trouvé une autre cache d’armes à feu, de munitions et d’équipements militaires.

La brigade des parachutistes a également perquisitionné le domicile d’un haut commandant du Hamas, le chef de l’unité antichar de la brigade de Khan Younis, et a saisi des armes et du matériel de renseignement, selon Tsahal.

La brigade s’est également efforcée de faciliter l’évacuation des civils palestiniens de leurs zones d’opérations à Khan Younès.

Tsahal indique que lors d’une opération, les parachutistes ont arrêté une soixantaine d’agents qui s’étaient cachés dans une école aux côtés de civils palestiniens.

 

Un drone du Hezbollah s’est écrasé dans la cour d’une maison près d’Akko

Un drone du Hezbollah est vu près d'Akko dans le nord d'Israël, le 20 février 2024. (Capture d'écran : X)
Un drone du Hezbollah est vu près d'Akko dans le nord d'Israël, le 20 février 2024. (Capture d'écran : X)

Un drone lancé par le groupe terroriste du Hezbollah au Liban s’est écrasé dans la cour d’une maison dans une communauté près d’Akko il y a peu, selon Tsahal.

Tsahal précise que l’incident fait l’objet d’une enquête et que des forces militaires et de police se trouvent sur les lieux.

L’incident n’a fait ni dégâts ni blessés.

Aucune sirène d’alerte n’a retenti.

Hier, un drone du Hezbollah chargé d’explosifs a explosé dans un champ près de la ville d’Arbel en Galilée, sans faire de blessés.

Gantz : le retour des otages est un « impératif moral »

Le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz s’en prend au ministre des Finances Bezalel Smotrich après que le politicien ultranationaliste a déclaré que le retour des otages retenus en captivité à Gaza n’était pas la priorité d’Israël, mais que la destruction du Hamas l’était.

« Le retour des otages n’est pas seulement notre objectif dans la guerre, c’est notre impératif moral en tant que pays et en tant que peuple », écrit M. Gantz sur X, anciennement Twitter. « C’est la chose la plus urgente. Nous ne manquerons aucune occasion de les ramener à la maison ».

Smotrich: La libération des otages « n’est pas le plus important » aujourd’hui

Le ministre des Finances et chef du parti HaTzionout HaDatit, Bezalel Smotrich, dirigeant une réunion de faction ,à la Knesset, à Jérusalem, le 12 février 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Finances et chef du parti HaTzionout HaDatit, Bezalel Smotrich, dirigeant une réunion de faction ,à la Knesset, à Jérusalem, le 12 février 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les otages qui sont actuellement retenus en captivité par le Hamas à Gaza « ne sont pas le plus important », a déclaré le ministre des Finances Bezalel Smotrich au micro de la station de radio publique Kan au cours d’un entretien qui était consacré aux négociations en cours qui portent sur la remise en liberté des 134 otages qui se trouvent encore dans la bande de Gaza. Tous ne sont plus tous en vie.

Alors qu’il lui était demandé s’il considérait le rapatriement des otages comme l’objectif le plus important dans la guerre contre le Hamas – une guerre qui a commencé dans le sillage de l’assaut meurtrier du 7 octobre sur le sol israélien – le ministre d’extrême-droite a répondu par la négative, disant que ce qui importait le plus était de détruire le Hamas.

« Pourquoi mettre les choses en compétition ? », a-t-il demandé. « Qu’est-ce qui est important aujourd’hui ? Nous devons détruire le Hamas ».

« C’est extrêmement important », a-t-il dit en évoquant les efforts visant à faire libérer les otages. « Mais vous devez comprendre que dire que ce sera ‘à n’importe quel prix’ est problématique. Nous devons libérer les otages, nous devons exercer des pressions sur le Hamas ».

Tsahal déclare avoir touché des terroristes lors de nouvelles frappes sur des cibles du Hezbollah au Liban

L’armée israélienne déclare avoir mené de nouvelles frappes sur des positions du Hezbollah dans le sud du Liban.

Les sites touchés par les avions de combat à Blida et Ayta ash-Shab comprenaient plusieurs bâtiments et autres infrastructures utilisés par le groupe terroriste.

Un autre bâtiment où des agents du Hezbollah étaient rassemblés à Kafr Kila a également été frappé, ajoute Tsahal.

Ces frappes interviennent après des tirs de roquettes et de missiles du Hezbollah sur le nord d’Israël aujourd’hui, qui n’ont pas fait de blessés.

 

L’ONU suspend l’aide alimentaire dans le nord de Gaza, en proie « au chaos et à la violence »

Un Palestinien marche au milieu des destructions causées par l'offensive aérienne et terrestre israélienne sur la bande de Gaza, dans la ville de Gaza, le 10 février 2024. (Crédit : AP/Mohammed Hajjar)
Un Palestinien marche au milieu des destructions causées par l'offensive aérienne et terrestre israélienne sur la bande de Gaza, dans la ville de Gaza, le 10 février 2024. (Crédit : AP/Mohammed Hajjar)

Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies a annoncé mardi suspendre de nouveau la distribution de l’aide dans le nord de la bande de Gaza en proie « au chaos et à la violence ».

Le PAM avait déjà suspendu il y a trois semaines l’envoi d’aide alimentaire dans le nord de Gaza ravagé par plus de quatre mois de guerre après une frappe israélienne contre un camion d’une autre agence onusienne.

Il a repris ses livraisons dimanche mais, depuis, ses camions ont été « pillés » ou visés par des tirs dans un contexte de « chaos total et de violence », a-t-il indiqué dans un communiqué.

L’objectif était de faire entrer dans cette région du petit territoire palestinien 10 camions d’aide alimentaire par jour pendant sept jours consécutifs afin « d’aider à endiguer la vague de faim et de désespoir et de commencer à bâtir la confiance parmi la population dans le fait qu’il y aurait suffisamment de nourriture pour tous ».

Mais dimanche, un convoi faisant route vers la ville de Gaza « a été cerné par une foule de gens affamés ». Les personnels du PAM sont parvenus à repousser les assaillants tentant de monter à bord des camions avant d' »essuyer des tirs » dans Gaza.

Et lundi, plusieurs camions « ont été pillés » entre les villes de Khan Younès et Deir el-Balah, et un chauffeur a été molesté.

« La décision de suspendre les livraisons dans le nord de la bande de Gaza n’a pas été prise à la légère, car nous savons que cela signifie que la situation sur place va se détériorer davantage et un plus grand nombre de personnes seront menacées de mourir de fin », souligne l’agence.

Le PAM a averti lundi qu’un manque de nourriture alarmant, une malnutrition galopante et une propagation rapide des maladies pourraient entraîner une « explosion » du nombre de décès d’enfants dans la bande.

« Contrairement à notre ennemi, nous conservons notre humanité », dit Halevi aux soldats

Le chef d'état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, faisant une déclaration aux médias, depuis une base de l'armée dans le sud d'Israël, le 26 décembre 2023. (Crédit : Flash90)
Le chef d'état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, faisant une déclaration aux médias, depuis une base de l'armée dans le sud d'Israël, le 26 décembre 2023. (Crédit : Flash90)

Dans une missive adressée aux soldats, le chef d’état-major de Tsahal Herzi Halevi a indiqué que l’armée n’était pas dans un esprit « de frénésie meurtrière », qu’elle n’agissait pas par esprit de vengeance et qu’elle ne commettait pas de génocide dans la bande de Gaza alors que la guerre contre le Hamas est bien entrée dans son cinquième mois.

« Cela fait quatre mois que nous nous battons et il reste beaucoup de chemin à parcourir », a écrit Halevi.

Il a ajouté que les combats s’illustrent dans le cadre « d’une guerre longue et juste. Chaque initiative prise est très importante, chaque avancée locale contribue à atteindre nos objectifs de guerre. Faites-le avec détermination et avec professionnalisme ».

« Nous agissons comme des êtres humains et contrairement à notre ennemi, nous conservons notre humanité. Nous devons prendre garde à ne pas utiliser la force là où elle n’est pas nécessaire, à faire la distinction entre un terroriste et un civil, à ne pas prendre quelque chose qui ne nous appartient pas – un souvenir ou une arme – et à ne pas filmer de vidéo pour nous venger », a continué le chef d’état-major.

« Nous ne sommes pas dans un esprit de frénésie meurtrière, de vengeance et nous ne commettons pas de génocide. Nous sommes venus pour vaincre et pour gagner contre un ennemi cruel qui mérite de connaître une défaite amère », a-t-il dit.

Sur les enquêtes de l’armée consacrées aux manquements, de la part de Tsahal, qui ont précédé le massacre du 7 octobre, Halevi a déclaré que « nous mènerons les investigations avec cinq valeurs déterminantes : la vérité, la pertinence, la transparence, le sens de la responsabilité et un esprit d’unité ».

Tsahal revendique des frappes sur le Hezbollah dans le Sud-Liban, notamment sur des lance-roquettes

Illustration : Cette photo prise depuis une position israélienne le long de la frontière avec le Sud-Liban montre de la fumée s'échappant d'un site entre les villages libanais d'Odaisseh et de Markaba lors de frappes israéliennes le 19 février 2024. (Crédit : Jalaa MAREY / AFP)
Illustration : Cette photo prise depuis une position israélienne le long de la frontière avec le Sud-Liban montre de la fumée s'échappant d'un site entre les villages libanais d'Odaisseh et de Markaba lors de frappes israéliennes le 19 février 2024. (Crédit : Jalaa MAREY / AFP)

L’armée israélienne a revendiqué une série de frappes aériennes sur plusieurs cibles du Hezbollah dans le Sud-Liban, ce matin.

Parmi les cibles confirmées par Tsahal figurent deux lance-roquettes à Yaroun et Marwahin, deux sites appartenant au groupe terroriste à Dhayra et Yaroun, et deux bâtiments utilisés par le Hezbollah à Houla et Blida.

Ces frappes font suite à des attaques répétées du Hezbollah contre le nord d’Israël, les plus récentes, aujourd’hui-même.

Haniyeh au Caire pour discuter une nouvelle trêve – Hamas

Le chef du politburo du Hamas basé au Qatar, Ismail Haniyeh, s'adressant aux journalistes alors qu'il accueille le ministre iranien des Affaires étrangères (absent sur la photo), à Doha, le 20 décembre 2023. (Crédit : Ministère iranien des Affaires étrangères / AFP)
Le chef du politburo du Hamas basé au Qatar, Ismail Haniyeh, s'adressant aux journalistes alors qu'il accueille le ministre iranien des Affaires étrangères (absent sur la photo), à Doha, le 20 décembre 2023. (Crédit : Ministère iranien des Affaires étrangères / AFP)

Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, est arrivé mardi au Caire pour discuter d’une nouvelle trêve à Gaza, a indiqué le groupe terroriste islamiste palestinien, sur fond de pression internationale pour un cessez-le-feu dans la guerre entre Israël et le Hamas.

Le chef du bureau politique du Hamas, basé au Qatar, « discutera avec des responsables égyptiens de la situation politique et sur le terrain », précise dans un communiqué le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza.

M. Haniyeh et sa délégation entendent se prononcer sur une initiative présentée lors d’une réunion le weekend dernier à Paris entre le directeur de la CIA, William Burns, et des responsables égyptiens, israéliens et qataris.

Selon une source du Hamas, le mouvement examine une proposition en trois phases, dont la première porte sur une trêve de six semaines durant laquelle Israël devra libérer de 200 à 300 prisonniers palestiniens en échange de 35 à 40 otages retenus à Gaza, et 200 à 300 camions d’aide pourront entrer chaque jour dans le territoire palestinien.

Le Hamas fait de l’entrée de davantage d’aide dans ce petit territoire une condition sine qua non à toute trêve.

Pour appuyer les efforts en vue d’une possible deuxième trêve, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, va retourner « dans les prochains jours » au Moyen-Orient, a indiqué un responsable américain sans préciser dans quels pays.

L’offensive de Khan Younès touche à sa fin, la dernière brigade de réservistes quitte Gaza

Les troupes de la 646e brigade de parachutistes de réserve opèrent dans la bande de Gaza, dans une image publiée le 20 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes de la 646e brigade de parachutistes de réserve opèrent dans la bande de Gaza, dans une image publiée le 20 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

La semaine dernière, Tsahal a retiré sa dernière brigade de réservistes de la bande de Gaza, la 646e brigade, alors que l’armée est sur le point de conclure son offensive à Khan Younès.

Les troupes de la brigade parachutiste de réserve ont initialement opéré dans le centre de Gaza, avant d’être déployées à Khan Younès, dans le sud, ces derniers mois, où elles ont éliminé de nombreux terroristes du Hamas, localisé des armes et détruit des tunnels, d’après Tsahal.

Ces dernières semaines, Tsahal a retiré une grande partie des réservistes de la bande de Gaza, laissant à l’armée permanente le soin de poursuivre les combats contre le Hamas.

Selon des responsables militaires, Tsahal a l’intention de libérer les réservistes afin de contribuer à la relance de l’économie israélienne et de permettre aux réservistes de souffler un peu avant d’être à nouveau appelés, car les combats à Gaza risquent de durer toute l’année et l’on craint une escalade dans le nord du pays, en raison des attaques quotidiennes du Hezbollah.

Par ailleurs, la principale offensive de Tsahal à Khan Younès est sur le point de se conclure, bien qu’aucune date précise n’ait été fixée pour sa fin, selon des responsables militaires.

Les bataillons du Hamas dans la région ont été démantelés, mais Tsahal devrait continuer à opérer dans la région pour atteindre plusieurs objectifs plus modestes.

Tsahal dit n’avoir aucun renseignement sur une fuite de Sinwar vers l’Égypte

L’armée israélienne affirme qu’elle ne dispose d’aucune information suggérant que le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, responsable des attaques du 7 octobre, aurait fui vers l’Égypte via des tunnels depuis la bande de Gaza.

Plus tôt, des responsables israéliens avaient également infirmé les informations reprenant ces renseignements, publiées par le site de presse saoudien Elaph.

Miki Zohar : En pénétrant dans Rafah, les troupes mettront les otages en danger

Le ministre de la Culture et des Sports Miki Zohar arrivant à une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 10 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Culture et des Sports Miki Zohar arrivant à une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 10 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Culture, Miki Zohar, affirme que l’envoi de troupes dans la ville de Rafah, au sud de Gaza, mettra en danger les otages détenus par les terroristes.

Il a été demandé au ministre, membre du parti Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu, lors d’une réunion de la commission de la Knesset, si l’entrée éventuelle de troupes dans la ville pouvait mettre en danger les otages.

« La réponse est oui », a affirmé Zohar. « Il est évident que nous ne voulons mettre personne en danger, pas même un seul otage. Mais la réponse est oui, entrer à Gaza [Rafah] les exposera au danger. »

Dans une tentative de nuancer ses propos, M. Zohar a écrit peu après sur X qu’une offensive terrestre à Rafah était nécessaire pour exercer une pression sur le Hamas.

« Le seul moyen de parvenir à un accord est d’exercer une pression militaire significative sur le Hamas, ce qui inclut une offensive terrestre à Rafah », a écrit Zohar. « C’est le seul moyen d’amener le Hamas à conclure un accord. Malgré les risques liés aux opérations militaires, c’est le moyen de ramener tous les otages à la maison et d’assurer l’élimination complète du Hamas ».

Rafah, qui se trouve à la frontière entre Gaza et l’Égypte, est le dernier bastion du Hamas dans l’enclave, mais c’est aussi là que plus d’un million de Palestiniens déplacés ont fui pour se mettre à l’abri des combats qui ont lieu ailleurs.

En réponse à la pression croissante des dirigeants du monde entier pour éviter une opération terrestre à Rafah, Netanyahu a indiqué samedi que cela reviendrait à déclarer la défaite dans la guerre contre le Hamas.

Des alertes retentissent à Arab al-Aramshe, près de la frontière libanaise

Des sirènes retentissent à Arab al-Aramshe près de la frontière libanaise, avertissant de l’arrivée de tirs de roquettes.

Les villes proches de la frontière nord ont été en grande partie évacuées depuis le 8 octobre, date à laquelle les forces dirigées par le Hezbollah ont commencé à lancer des attaques quotidiennes contre les communautés israéliennes et les postes militaires situés le long de la frontière.

Le groupe terroriste affirme qu’il agit ainsi pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre d’Israël contre le groupe terroriste Hamas, déclenchée par le massacre du 7 octobre.

Des missiles antichars ont été tirés sur Israël depuis le sud du Liban

Plusieurs missiles guidés antichars ont été tirés depuis le Liban vers le nord d’Israël, et ont frappé une zone ouverte près de la communauté de Margaliot.

Selon l’armée israélienne et les autorités locales, il n’y a pas de dégâts ni de blessés.

L’attaque a vraisemblablement été perpétrée par le Hezbollah.

Le ministère de la Défense demande aux habitants de deux quartiers de Gaza City d’évacuer

L’armée israélienne demande aux habitants de deux quartiers de la ville de Gaza d’évacuer vers la « zone humanitaire » d’al-Mawasi, sur la côte du sud de Gaza, alors que l’armée semble lancer une nouvelle offensive dans la région.

Le lieutenant-colonel Avichay Adraee, porte-parole de Tsahal en langue arabe, publie une carte des zones à évacuer en même temps que l’annonce.

Ces zones comprennent les quartiers Zeitoun et Turkmen de Gaza City.

Les médias palestiniens font état de victimes dans les frappes israéliennes sur Zeitoun au cours de la dernière heure.

Au début de l’offensive terrestre d’Israël contre le groupe terroriste Hamas, l’armée a appelé tous les civils palestiniens du nord de la bande de Gaza à évacuer le sud, bien que certains y soient restés.

 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.