Israël en guerre - Jour 148

Rechercher

À minuit, plus de 20 roquettes ont été tirées par le Hamas sur le sud et le centre d’Israël

Hagari : les combats à Gaza se poursuivront toute l'année 2024, avec des ajustements ; Un navire de guerre américain abat deux missiles tirés sur des navires ; Le bras droit d'un artificier du Hamas tué ; Le bilan des opérations terrestres à Gaza s'élève à 172

  • Des manifestants leur solidarité avec la population de Gaza, dans les rues de Sanaa, la capitale du Yémen contrôlée par les Houthis, pour exprimer , le 29 décembre 2023. (Crédit : MOHAMMED HUWAIS / AFP)
    Des manifestants leur solidarité avec la population de Gaza, dans les rues de Sanaa, la capitale du Yémen contrôlée par les Houthis, pour exprimer , le 29 décembre 2023. (Crédit : MOHAMMED HUWAIS / AFP)
  • Des soldats de Tsahal interviennent dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Des soldats de Tsahal interviennent dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Manifestation pour la libération des otages israéliens détenus à Gaza depuis les attaques du 7 octobre par le Hamas dans le sud d'Israël, à Tel Aviv, le 30 décembre 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
    Manifestation pour la libération des otages israéliens détenus à Gaza depuis les attaques du 7 octobre par le Hamas dans le sud d'Israël, à Tel Aviv, le 30 décembre 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
  • Des soldats de Tsahal interviennent dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Des soldats de Tsahal interviennent dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des soldats de l’armée israélienne intervenant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Des soldats de l’armée israélienne intervenant dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des soldats de Tsahal interviennent dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Des soldats de Tsahal interviennent dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des soldats de Tsahal interviennent dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 décembre 2023. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
    Des soldats de Tsahal interviennent dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 décembre 2023. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, assistant à la réunion hebdomadaire du cabinet à la Kirya, à Tel Aviv, le 31 décembre 2023. (Crédit : Abir Sultan/Pool Photo via AP)
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, assistant à la réunion hebdomadaire du cabinet à la Kirya, à Tel Aviv, le 31 décembre 2023. (Crédit : Abir Sultan/Pool Photo via AP)
  • Des véhicules de l'armée arrivent à une zone de rassemblement après des combats dans la bande de Gaza, dans le sud d'Israël, le 30 décembre 2023.(Crédit : AP/Tsafrir Abayov)
    Des véhicules de l'armée arrivent à une zone de rassemblement après des combats dans la bande de Gaza, dans le sud d'Israël, le 30 décembre 2023.(Crédit : AP/Tsafrir Abayov)

Plus de 20 roquettes ont été tirées par le Hamas sur le sud et le centre d’Israël

Plus de 20 roquettes ont été tirées par le Hamas sur le sud et le centre d’Israël au début de la nouvelle année.

La plupart ont été interceptées par le système de défense antimissile du Dôme de fer. Des sirènes ont retenti dans diverses localités situées dans le centre du pays, notamment à Rehovot, Ness Ziona, Holon, Lod et Modiin, ainsi qu’à Ashdod, Sderot et dans d’autres villes du sud.

Selon les services de secours du Magen David Adom, aucun blessé n’est à déplorer.

Au moment où l’année 2024 commence, le Hamas revendique des tirs de roquettes

A l’aube de la nouvelle année civile, le groupe terroriste palestinien du Hamas tire des roquettes sur Tel Aviv.

Des sirènes retentissent dans le centre d’Israël, ainsi qu’à Sderot, dans le sud.

Dans un communiqué, le Hamas revendique les tirs de roquettes.

Aucun blessé ou dommage n’a été signalé dans l’immédiat.

Tsahal déclare avoir abattu un deuxième drone qui se dirigeait vers Israël depuis l’est

Tsahal déclare qu’une « cible aérienne suspecte » – vraisemblablement un drone – qui se dirigeait vers l’espace aérien israélien depuis « la direction orientale » a été abattue par un avion de chasse en dehors de l’espace aérien israélien.

Il n’est pas précisé si le drone a été abattu au-dessus de la Syrie ou de la Jordanie.

Une autre cible aérienne qui a pénétré dans l’espace aérien israélien depuis la Syrie a également été abattue par un avion de chasse, selon Tsahal.

Dans le second incident, qui a été rapporté précédemment, une alarme d’infiltration de drone a été déclenchée dans deux communautés du plateau du Golan.

La Résistance islamique en Irak, une coalition de groupes paramilitaires soutenus par l’Iran, a affirmé avoir ciblé Israël ce soir avec des « armes appropriées ».

Un groupe pro-Iran en Irak revendique le lancement d’un drone sur le plateau du Golan

La « Résistance islamique en Irak », un groupe qui chapeaute les milices pro-Iran dans le pays, revendique le lancement d’un drone sur le plateau du Golan ce soir.

Un peu plus tôt, l’alarme d’une infiltration présumée de drone a retenti dans les communautés israéliennes de Keshet et Katzrin.

Un porte-parole militaire a déclaré au Times of Israel qu’une « cible aérienne » avait été interceptée par un avion de chasse.

L’attaque n’a pas fait de blessés ni de dégâts.

L’incident de ce soir marque au moins la troisième attaque de drone contre Israël menée par la milice irakienne soutenue par l’Iran dans le cadre de la guerre dans la bande de Gaza.

Otages du Hamas: « nous ne les oublions pas », assure Macron lors de ses voeux

Emmanuel Macron a adressé dimanche lors de ses vœux aux Français ses pensées aux familles des otages toujours retenus par le Hamas, assurant ne pas les oublier.

« Nous ne les oublions pas », a déclaré le chef de l’État. « 41 Français ont été assassinés, et je pense ce soir à leurs familles comme je pense aux familles de nos compatriotes encore retenus en otage », a ajouté le président.

Trois Français sont « retenus, disparus ou otages dans la bande de Gaza », avait indiqué mi-décembre la ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna.

Hagari: Tsahal adapte ses tactiques de combat à une guerre de longue haleine

Le porte-parole de l’armée israélienne, Daniel Hagari, faisant une déclaration aux médias, à Tel Aviv, le 16 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Le porte-parole de l’armée israélienne, Daniel Hagari, faisant une déclaration aux médias, à Tel Aviv, le 16 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, déclare que Tsahal procède à des ajustements dans son déploiement dans la bande de Gaza, car elle anticipe une longue guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, qui s’étendra sur toute l’année à venir.

« Nous adaptons les tactiques de combat à chaque zone de la bande de Gaza, ainsi que les forces nécessaires pour mener à bien la mission de la meilleure façon possible. Chaque zone a des caractéristiques et des besoins opérationnels différents », explique-t-il.

« Ce soir, 2024 commence. Les objectifs de la guerre exigent des combats de longue durée, et nous sommes préparés en conséquence », affirme Hagari.

Il ajoute que l’armée procédera à une gestion « intelligente » des effectifs à Gaza, en autorisant les réservistes à rentrer chez eux pour aider à relancer l’économie, et en laissant les soldats permanents s’entraîner pour devenir des commandants.

« Nous poursuivons la formation des officiers et des commandants (…). Après leur expérience au combat, ils retournent à l’entraînement et rejoindront la ligne de commandement de l’armée lorsqu’ils auront terminé », explique Hagari.

Il précise que « certains réservistes retourneront dans leurs familles et à leur travail cette semaine ».

« Cela soulagera considérablement l’économie et leur permettra de reprendre des forces pour les opérations de l’année prochaine, car les combats se poursuivront et nous aurons besoin d’eux. »

« Ces ajustements visent à assurer la planification et les préparatifs pour 2024. Tsahal doit planifier à l’avance, en partant du principe que nous serons nécessaires pour des missions supplémentaires et des combats continus pendant toute l’année à venir », explique Hagri.

Hagari indique que des terroristes de la force d’élite Nukhba du Hamas ont été tués par les soldats et que d’autres se sont rendus aujourd’hui dans la région de Khan Younès. Il affirme que certains d’entre eux ont participé aux massacres du 7 octobre.

En ce qui concerne les affirmations de certains ministres selon lesquelles les troupes au sol ne bénéficient pas d’un soutien aérien suffisant, Hagari affirme qu’il n’y a « jamais eu une telle coordination dans aucune opération ».

« Il n’y a pas un seul cas où les forces terrestres n’ont pas reçu de soutien aérien ou d’extraction sous le feu de l’ennemi », ajoute-t-il.

Des images inédites de terroristes du Hamas se déplaçant librement le 7 octobre – média

Des terroristes du Hamas à l'entrée du kibboutz Sufa, dans le sud d'Israël, le 7 octobre 2023, sur des images filmées par le Hamas et diffusées sur la Douzième chaîne le 31 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Des terroristes du Hamas à l'entrée du kibboutz Sufa, dans le sud d'Israël, le 7 octobre 2023, sur des images filmées par le Hamas et diffusées sur la Douzième chaîne le 31 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Des images inédites de l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre sont diffusées par la Douzième chaîne, montrant des terroristes errant librement dans le sud d’Israël pendant des heures et infiltrant le kibboutz Sufa et d’autres communautés.

Ces images ont été filmées par des hommes du Hamas eux-mêmes, Israël ayant récupéré les vidéos des caméras corporelles des terroristes.

Tsahal a frappé 3 cellules antichars du Hezbollah et a bombardé la source de tirs au Liban

L’armée israélienne affirme que des chars et des hélicoptères d’attaque ont frappé aujourd’hui trois escadrons antichars du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban.

Deux missiles ont également été tirés depuis le Liban vers le nord d’Israël. Tsahal affirme avoir bombardé la source des tirs avec de l’artillerie.

Halevi assure aux soldats à Gaza que le soutien aérien est fort

Le chef d'état-major de l'armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, s'adressant aux commandants à Khuzaa, dans le sud de la bande de Gaza, le 31 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de l'armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, s'adressant aux commandants à Khuzaa, dans le sud de la bande de Gaza, le 31 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi s’est adressé à des réservistes dans le sud de la bande de Gaza à Khuzaa.

« Chaque mouvement que vous faites sera appuyé par le feu le plus puissant qui soit », déclare le chef d’état-major de Tsahal, faisant apparemment allusion aux critiques formulées par certains ministres sur le manque présumé de puissance de feu aérienne pour les forces terrestres.

« Khirbat Ikhzaa (Khuzaa) a également fait régner le terrorisme ici pendant de très nombreuses années, et c’est d’ici qu’a été menée l’attaque contre Nir Oz. Et nous tuons à la fois les terroristes qui y ont participé et les terroristes qui voudront commettre des actes de terrorisme à l’avenir », explique Halevi aux troupes et aux commandants de la 5e Brigade de réserve.

« Nous organisons ici une zone de sécurité afin que le retour à Nir Oz se fasse en toute sécurité, et qu’il le soit pendant de très nombreuses années », ajoute-t-il.

« Chaque mouvement que vous ferez sera soutenu par le feu le plus puissant possible. Planifiez-le avec les capacités dont vous disposez, allez toujours de l’avant avec force (…) et utilisez les règles en matière d’ouverture du feu avec bon sens », poursuit Halevi.

Il ajoute que les règles relatives à l’ouverture du feu ne « lient les mains de personne ».

« Les règles en matière d’ouverture du feu ont pour but de nous protéger de nous-mêmes. »

Le commandant de la 5e Brigade, le colonel Tal Kuritsky, affirme que la coopération avec l’armée de l’air n’est « pas anodine » et qu’elle est « excellente », dans une vidéo diffusée par Tsahal.

Tsahal libère 5 unités ; des combats à prévoir tout au long de 2024

Des roquettes tirées vers Israël depuis la bande de Gaza, le 15 décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)
Des roquettes tirées vers Israël depuis la bande de Gaza, le 15 décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)

L’armée israélienne a libéré cinq brigades des combats dans la bande de Gaza, les tirs de roquettes du groupe terroriste palestinien du Hamas ayant considérablement diminué, et les combats devant se poursuivre tout au long de l’année 2024.

Tsahal estime que la guerre contre le Hamas se poursuivra probablement tout au long de l’année 2024, et se dit prête à des combats de longue durée.

L’armée israélienne a libéré cinq brigades des combats dans la bande de Gaza, les tirs de roquettes du groupe terroriste palestinien du Hamas ayant considérablement diminué, et les combats devant se poursuivre tout au long de l’année 2024.

L’armée estime que la guerre contre le Hamas se poursuivra probablement tout au long de l’année 2024, et se dit prête à des combats de longue durée.

La 460e brigade Blindée, responsable de la base d’entraînement du Corps Blindé Mécanisé ; la 261e brigade, l’École des officiers Bahad 1 en temps de guerre ; la 828e brigade, l’école des métiers du Corps d’Infanterie et des commandants d’escadrons ; la 14e brigade Blindée de réserve ; et la 551e brigade de parachutistes de réserve, ont toutes été retirées de Gaza.

Les brigades chargées de la formation des soldats reprendront leur activité habituelle, tandis que les réservistes sont démobilisés en vue de contribuer à la relance de l’économie israélienne.

À Gaza, la 162e division reste concentrée sur les quartiers de Daraj et Tuffah de Gaza City ; la 36e division combat le Hamas dans le centre de Gaza, à al-Bureij ; et les 98e, 99e et Gaza divisions opèrent dans le sud de la bande, dans la région de Khan Younès.

Les opérations terrestres menées ces dernières semaines ont entraîné une baisse significative du nombre de roquettes lancées depuis Gaza sur Israël.

Selon les données de Tsahal, au cours de la première semaine de décembre, après la rupture de la trêve avec le Hamas, 75 roquettes en moyenne ont été tirées vers Israël chaque jour.

La semaine suivante, ce chiffre est tombé à 23 roquettes en moyenne quotidienne ; entre le 15 et le 21 décembre, seules 16 roquettes ont été tirées en moyenne par jour ; et entre le 22 et le 27 décembre, ce chiffre est tombé à 14.

Ces données ne tiennent pas compte des mortiers lancés sur les troupes au sol à Gaza, des roquettes tirées vers la mer et des lancements ratés.

En 10 langues, Isaac Herzog exhorte le monde à demander la libération des 133 otages

Dans une publication à l’occasion du Nouvel An, le président Isaac Herzog écrit en 10 langues que le monde doit faire libérer en 2024 les 133 otages encore détenus par des terroristes dans la bande de Gaza.

Le message est rédigé en hébreu, anglais, arabe, espagnol, russe, français, italien, hindi, allemand et portugais.

Cheikh Naïm Qassem: Israël « n’est pas en mesure » de repousser le Hezbollah vers le nord

Le cheikh Naïm Qassem, chef adjoint du Hezbollah, s'exprimant lors de la commémoration d'un terroriste du Hezbollah tué au Sud-Liban par une frappe aérienne israélienne, à Beyrouth, au Liban, le 28 décembre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP)
Le cheikh Naïm Qassem, chef adjoint du Hezbollah, s'exprimant lors de la commémoration d'un terroriste du Hezbollah tué au Sud-Liban par une frappe aérienne israélienne, à Beyrouth, au Liban, le 28 décembre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP)

Le numéro deux du groupe terroriste islamiste libanais Hezbollah, cheikh Naïm Qassem, a déclaré dimanche qu’Israël n’était « pas en mesure » d’imposer ses conditions sur la présence de la formation pro-Iran à la frontière libano-israélienne et de faire rentrer chez eux des dizaines de milliers de personnes déplacées dans le nord d’Israël.

« Israël fait des propositions (…) et essaie de faire croire qu’il a des options » pour aider au retour des Israéliens déplacés et éloigner de la frontière les combattants du Hezbollah, a déclaré M. Qassem dimanche.

Mais « Israël n’est pas en mesure d’imposer ses options », a-t-il souligné en précisant qu’Israël devait « d’abord arrêter la guerre à Gaza » pour que les hostilités avec le Liban « cessent ».

« Les bombardements persistants de civils au Liban signifient que la réponse sera plus forte et proportionnelle à l’agression israélienne », a mis en garde le numéro deux du groupe terroriste chiite proche de l’Iran.

L’entrée de carburant à Gaza « prolonge la vie du Hamas », selon Nir Barkat

Le ministre de l'Économie Nir Barkat s’exprimant à la Knesset, à Jérusalem, le 6 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de l'Économie Nir Barkat s’exprimant à la Knesset, à Jérusalem, le 6 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de l’Economie Nir Barkat, un membre du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui fait régulièrement par de son opposition aux politiques de guerre du gouvernement, dénonce le maintien de l’autorisation des livraisons de carburant dans la bande de Gaza pendant la guerre contre le groupe terroriste du Hamas.

Dans ses commentaires aux journalistes à l’extérieur de la réunion du cabinet de ce matin, Barkat a déclaré que « 133 otages sont toujours détenus à Gaza par le Hamas. Pendant qu’ils sont là-bas, l’État d’Israël continue de transférer des marchandises et du carburant entre les mains du Hamas. »

« Israël combat le Hamas d’une main et, de l’autre, envoie chaque jour des centaines de camions qui prolongent la vie du Hamas et lui permettent de continuer à combattre nos soldats. C’est absurde. Cela doit cesser aujourd’hui.

Les coups de semonce sur le convoi de l’ONU vendredi dus à une mauvaise communication – Tsahal

L’armée israélienne a répondu aux allégations selon lesquelles des soldats de la bande de Gaza ont ouvert le feu sur un convoi d’aide des Nations Unies dans la bande de Gaza la semaine dernière, en affirmant que les troupes ont tiré des coups de semonce parce qu’elles ne savaient pas que les véhicules allaient les dépasser.

Citant une enquête sur l’incident de vendredi, l’unité des porte-parole de Tsahal déclare dans une déclaration au Times of Israel qu’après que le convoi humanitaire de l’ONU avait fini de livrer de l’aide à des abris dans le nord de Gaza, l’armée lui a demandé d’emprunter un itinéraire différent pour retourner vers le sud.

« Il s’agissait de préserver sa sécurité compte tenu des combats qui se déroulaient à proximité de la zone », explique Tsahal.

Les troupes présentes dans la zone n’étaient pas au courant du changement d’itinéraire et « par conséquent, lorsque les véhicules sont arrivés, les troupes sur le terrain ont agi pour arrêter [le convoi] selon une procédure comprenant un tir d’avertissement qui n’était pas dirigé contre les véhicules ».

« Lorsque les véhicules se sont arrêtés, les tirs ont cessé », précise Tsahal, ajoutant qu’il n’y a pas eu de victimes mais que des éclats d’obus provenant des tirs d’avertissement ont touché l’un des véhicules.

Tsahal déclare avoir tiré des leçons de l’enquête sur l’incident, « afin d’éviter que de tels cas ne se reproduisent ».

Elle précise que les règles de tir à découvert et le comportement des troupes à l’égard des convois d’aide humanitaire « ont été affinés ».

« Depuis le début de la guerre, Tsahal travaille en étroite coordination avec les agences d’aide internationale opérant dans la bande de Gaza et a coordonné des centaines de mouvements humanitaires dans des conditions de combat très complexes », ajoute Tsahal.

Tsahal diffuse des images de son unité canine maîtrisant des terroristes à Gaza

L’armée israélienne diffuse de nouvelles images de l’unité canine Oketz opérant dans la bande de Gaza.

Tsahal indique que l’unité a « dans un grand nombre de cas » envoyé ses chiens pour scanner les bâtiments avant que les troupes ne fassent un raid sur le site. Les chiens ont repéré des menaces, cartographié des bâtiments et découvert des armes.

Lors d’une opération de la 460e Brigade Blindée dans le nord de Gaza, à Jabaliya, un chien de l’unité Oketz nommé Patrick a été envoyé pour scanner un bâtiment avant que les soldats n’y pénètrent.

Patrick a localisé et maîtrisé un tireur du groupe terroriste palestinien du Hamas qui avait prévu de tendre une embuscade aux troupes, selon Tsahal.

Lors d’une autre opération dans le quartier Rimal de Gaza City, un chien de l’unité Oketz nommé Toy a découvert un passage entre un bâtiment dans lequel se trouvaient des soldats et un autre bâtiment où se trouvait un terroriste armé du Hamas.

Toy a attaqué le tireur, empêchant ainsi les troupes de tomber dans une embuscade, souligne l’armée israélienne.

Orit Strouk insinue que les pilotes ne soutiennent pas les fantassins pour des « raisons de conscience »

Orit Strock, ministre des Missions nationales et membre HaTzionout HaDatit, arrive à une conférence gouvernementale au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 27 septembre 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
Orit Strock, ministre des Missions nationales et membre HaTzionout HaDatit, arrive à une conférence gouvernementale au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 27 septembre 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

La ministre d’extrême droite chargée des implantations, Orit Strouk, se serait disputée avec un haut responsable militaire lors de la réunion du cabinet au sujet du soutien aérien aux troupes au sol dans la bande de Gaza.

« Est-il vrai qu’il y a des pilotes qui n’assistent pas les forces terrestres pour des raisons de conscience ? » demande-t-elle.

Le général de division Eliezer Toledano, responsable militaire des affaires iraniennes, aurait été outré par cette accusation et aurait déclaré : « À mon avis, il s’agit d’une question épouvantable ».

« La réponse courte est qu’il n’y a rien de tel », dit Toledano. « La réponse plus longue est que l’assistance aérienne aux forces terrestres dans la guerre est sans précédent. Je suis sûr que si vous posez la question aux commandants sur le terrain, vous obtiendrez la même réponse ».

Mme Strouk aurait répondu qu’elle avait posé la question en se basant sur des « preuves recueillies sur le terrain ».

Le site d’information Ynet affirme que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a dit à Toledano qu’il ne lui appartenait pas de répondre à la question.

La semaine dernière, le ministre de l’Economie, Nir Barkat, a affirmé que les troupes au sol à Gaza étaient mises en danger parce qu’elles ne recevaient pas le soutien aérien nécessaire.

Netanyahu est dans un « état de santé tout à fait normal », selon son bilan médical annuel

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu au QG militaire de la Kirya à Tel Aviv, le 17 décembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu au QG militaire de la Kirya à Tel Aviv, le 17 décembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est dans un « état de santé tout à fait normal », selon le bilan de santé annuel réalisé par l’équipe médicale du Premier ministre, publié par le bureau du Premier ministre.

Le bilan indique que le Premier ministre fait l’objet d’une surveillance de routine pour sa santé et qu’il maintient un mode de vie sain.

Le bilan précisé que depuis l’implantation du simulateur cardiaque ou pacemaker de Netanyahu au début de l’année, il n’y a eu aucun signe d’arythmie ou d’autres troubles.

Le Premier ministre a fait l’objet d’un « suivi de routine » en octobre, indique le bilan, sans préciser la date. Au cours de cet examen, il a été constaté que le pacemaker fonctionnait correctement.

Netanyahu s’est fait poser un pacemaker au début de l’année, une semaine après avoir été hospitalisé et s’être fait implanter un dispositif de surveillance cardiaque. Les médecins ont révélé par la suite que le moniteur cardiaque de Netanyahu indiquait qu’il souffrait d’un « bloc cardiaque transitoire », ce qui nécessitait la pose d’un stimulateur cardiaque.

À l’époque, des questions ont circulé sur l’état de santé du Premier ministre, âgé de 74 ans, et sur le fait de savoir si la gravité de la situation avait été cachée aux Israéliens.

Tsahal publie des images d’une unité d’élite opérant à Khan Younès

Tsahal publie de nouvelles images de l’unité Maglan de la Brigade Commando opérant dans le sud de Gaza, à Khan Younès.

L’armée indique que les troupes ont récemment effectué un raid dans un institut d’enseignement à Khan Younès à partir duquel des terroristes du Hamas ont ouvert le feu sur les troupes.

Elle indique que les troupes ont trouvé dans le complexe un lance-roquettes, des documents et d’autres équipements appartenant au Hamas.

Lors d’autres raids dans la région, les troupes ont trouvé des armes dans des maisons civiles, ajoute Tsahal.

Tsahal accuse le Hezbollah d’utiliser des civils comme boucliers humains au Sud-Liban

L’aviation militaire israélienne a effectué des frappes ce matin contre des sites du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban, selon Tsahal.

Selon l’armée, les cibles dans le village de Ramyeh comprenaient des bâtiments militaires et d’autres infrastructures appartenant au groupe terroriste.

Le Hezbollah « opère à partir de la zone du village, qui est utilisée comme un centre de terreur pour le groupe afin d’observer et d’exécuter des actes de terrorisme ».

Tsahal affirme que le Hezbollah a lancé des missiles sur Israël depuis Ramyeh, tout en « exploitant la population civile dans la zone du village et en l’utilisant comme bouclier humain ».

La nuit dernière, l’armée a également frappé des positions du Hezbollah à Aamra et Khiam, près de la frontière israélienne. L’un de ces sites a été utilisé pour tirer un missile antichar sur la Galilée samedi, selon Tsahal.

Après deux mois dans le nord, les parachutistes sont déployés dans le sud de Gaza

Des soldats de la brigade parachutiste opèrent dans le sud de Gaza, dans une image distribuée publiée par Tsahal le 31 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats de la brigade parachutiste opèrent dans le sud de Gaza, dans une image distribuée publiée par Tsahal le 31 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

La brigade parachutiste de Tsahal a été déployée dans le sud de Gaza après deux mois passés dans le nord de la bande de Gaza, pour rejoindre la 98e division qui combat le Hamas dans le secteur de Khan Younès.

L’armée israélienne explique que la brigade parachutiste a lancé la semaine dernière un assaut sur les infrastructures du groupe terroriste, à commencer par des positions d’observation, de tir de missiles antichar et des dépôts d’armes.

Les soldats ont également tué plusieurs hommes armés du Hamas dans des combats rapprochés, ainsi que d’autres par des tirs de snipers, a précisé l’armée israélienne.

Après une accalmie de plus de 24 heures, les sirènes retentissent près de Gaza

Des sirènes d’alerte à la roquette retentissent dans la localité de Kissufim, à la frontière de Gaza.

Cette alerte intervient après une accalmie de plus de 24 heures.

Les habitants des villes limitrophes de la bande de Gaza ont, pour la plupart, quitté les lieux depuis l’assaut du Hamas le 7 octobre.

Mer Rouge: Maersk suspend le transit de ses navires pour 48 heures

Un cargo Maersk au large de Dubaï, le 4 juin 2022. (Crédit : Karim SAHIB / AFP)
Un cargo Maersk au large de Dubaï, le 4 juin 2022. (Crédit : Karim SAHIB / AFP)

Le géant danois du transport maritime Maersk a annoncé dimanche suspendre pendant 48 heures le transit de sa flotte par un détroit stratégique en mer Rouge, après l’attaque des rebelles Houthis du Yémen contre un de ses navires.

Le porte-conteneurs Maersk Hangzhou a rapporté avoir été touché par un missile lors de son passage par le détroit de Bab al-Mandeb puis avoir été attaqué par quatre navires des rebelles Houthis qui tentaient de monter à bord.

Cisjordanie: Frappe au drone contre des terroristes dans le camp de réfugiés de Nur Shams

L’armée israélienne a annoncé qu’elle avait procédé à une frappe au drone contre un groupe d’hommes armés palestiniens qui avaient ouvert le feu et jeté des explosifs en direction des soldats, pendant un raid qui a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche dans le camp de réfugiés de Nur Shams, situé aux abords de Tulkarem, en Cisjordanie.

Pendant l’opération, les réservistes de l’armée et les agents de la police des frontière ont interpellé cinq Palestiniens qui étaient recherchés. Ils ont aussi saisi des armes.

Plusieurs explosifs qui avaient été placés au bord de la route, à Nur Sham, ont été découverts et détruits par les troupes du génie. Des bombes avaient aussi été enfouies dans le sol.

Des Palestiniens armés ont ouvert le feu et jeté des explosifs en direction des soldats, qui ont riposté en tirant. Une bombe artisanale a aussi été lancée sur les militaires depuis une mosquée, a fait remarquer Tsahal.

L’armée israélienne a expliqué que la frappe au drone avait été menée après que les troupes ont été mises en danger par les hommes armés. Plusieurs terroristes ont été blessés par l’attaque et les soldats ont trouvé des armes à feu et des explosifs lorsqu’ils ont ultérieurement ratissé le secteur.

Depuis le 7 octobre, les troupes ont arrêté plus de 2 550 Palestiniens recherchés dans toute la Cisjordanie, notamment plus de 1300 qui étaient affiliés au Hamas.

Le maire de Kiryat Shmona exclut le retour des évacués tant que le Hezbollah est à la frontière

Des dégâts causés à un immeuble résidentiel dans la ville frontalière nord d'Israël de Kiryat Shmona suite à une attaque de roquettes du Hezbollah depuis le Liban, le 27 décembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
Des dégâts causés à un immeuble résidentiel dans la ville frontalière nord d'Israël de Kiryat Shmona suite à une attaque de roquettes du Hezbollah depuis le Liban, le 27 décembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Le maire de Kiryat Shmona a indiqué que les résidents ne pourraient pas rentrer chez eux tant que le Hezbollah n’aurait pas été repoussé de la frontière nord d’Israël.

« Presque 90 % des résidents de la ville ont été évacués et ils sont dorénavant éparpillés dans tout le pays », a dit Avichai Stern à la chaîne publique Kan.

« Tant que l’unité Radwan se trouvera sur la frontière, nous ne rentrerons pas chez nous », a-t-il ajouté, en référence à l’unité d’élite du groupe terroriste. « Et je bloquerai l’entrée de la ville de mon propre corps si cela s’avère être nécessaire ».

Depuis le 8 octobre, les forces terroristes placées sous la direction du Hezbollah ont attaqué presque quotidiennement les communautés et les postes militaires israéliens situés le long de la frontière avec le Liban – des attaques visant à soutenir Gaza dans un contexte de guerre opposant Israël au Hamas, a dit le groupe soutenu par l’Iran.

Ces hostilités ont entraîné la mort de quatre civils du côté israélien, ainsi que de neuf soldats. Il y a également eu plusieurs tirs de roquette en provenance de la Syrie qui n’ont pas fait de blessé.

Le Hezbollah a identifié 133 terroristes qui ont été tués par Israël lors de ces vives agitations, en majorité au Liban mais également en Syrie. Au Liban, 19 membres d’autres groupes terroristes, un soldat et au moins 19 civils – dont trois journalistes – ont perdu la vie.

L’armée américaine dit avoir coulé trois navires Houthis après l’attaque d’un cargo

Des hélicoptères de la marine américaine ont coulé trois bateaux des rebelles Houthis du Yémen, qui avaient attaqué un porte-conteneurs en mer Rouge, a annoncé dimanche l’armée.

Après des tirs houthis visant des hélicoptères américains, ces derniers « ont riposté en état de légitime défense, coulant trois des quatre petits navires, et tuant les équipages », a indiqué le Commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom) dans un communiqué, précisant que le quatrième bateau avait « fui la zone ».

Lecornu va passer le Nouvel An à bord d’un navire où sont soignés des civils de Gaza

Le Dixmude mettant le cap sur Gaza, le 18 novembre 2023. (Crédit : Sébastien Lecornu/X)
Le Dixmude mettant le cap sur Gaza, le 18 novembre 2023. (Crédit : Sébastien Lecornu/X)

Le ministre français des Armées Sebastien Lecornu se rendra dimanche pour le Nouvel An à bord du Dixmude, le porte-hélicoptère français ancré dans le port égyptien d’Al-Arich, où sont soignés des Gazaouis blessés par le conflit qui oppose Israël au groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas.

Arrivé à quai le 27 novembre, le Dixmude a accueilli dès le lendemain des dizaines de blessés, a indiqué le cabinet du ministre. Entre cinq et vingt par jour, selon des sources sanitaires locales.

La France est la « première puissance occidentale à mettre des moyens de soins aussi près de la bande de Gaza », selon le ministère français qui précise que les personnes soignées sont atteintes de pathologies lourdes.

Le Dixmude est ancré à une cinquantaine de kilomètres du point de passage de Rafah entre l’Egypte et la bande de Gaza, où l’aide passe au compte-gouttes.

La structure hospitalière du navire comprend deux blocs opératoires, 40 lits, plus de 80 soignants, des scanners et des laboratoires d’analyses, avait indiqué M. Lecornu lorsque le Dixmude est arrivé en Egypte.

Il accueille des médecins français du service de santé des Armées, très sollicité ces dernières années dans le soutien médical des opérations militaires et par la crise du Covid-19, mais aussi de personnels belges, danois et jordaniens.

Le ministre sera accueilli à 14H15 heure locale sur le navire avec les honneurs militaires puis il échangera avec les équipes du soutien sanitaire avant de se voir présenter les infrastructures médicales lourdes et de rencontrer des blessés, selon le cabinet du ministre.

La France entend mener des actions humanitaires « dans les prochains jours » dans le territoire palestinien, a ajouté la présidence.

Tsahal mène des frappes aériennes à Gaza et neutralise des bombes dans une crèche

Des soldats de Tsahal interviennent dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats de Tsahal interviennent dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’aviation militaire israélienne a effectué une vague de frappes aériennes cette nuit dans la bande de Gaza, alors que les opérations terrestres se poursuivent.

Tsahal indique que les dizaines de cibles comprenaient des bâtiments militaires du Hamas, un tunnel et d’autres infrastructures.

La marine a également effectué des frappes le long de la côte de Gaza, afin d’aider les forces terrestres.

Au sud de la ville de Gaza, Tsahal indique que les troupes de la 179e brigade ont repéré quatre membres du Hamas munis d’engins explosifs qui s’approchaient d’eux. Une frappe aérienne a été menée contre la cellule.

Une demi-heure plus tard, les troupes ont repéré quatre autres membres du Hamas dans la zone, qui ont également été frappés par l’armée de l’air.

Au même moment, un véhicule avec des agents du Hamas à l’intérieur, qui se dirigeait vers les troupes, a également été frappé, selon Tsahal.

Un avion de chasse israélien a également frappé un bâtiment à partir duquel le Hamas a activé un engin explosif contre les troupes, selon Tsahal.

Dans le nord de Gaza, à Beit Lahiya, Tsahal indique que les troupes de la 551e Brigade ont repéré trois terroristes du Hamas entrant dans un bâtiment, et ont demandé une frappe aérienne.

Pendant ce temps, au cours de balayages dans la périphérie du camp de Shati dans le nord de Gaza, Tsahal dit que les troupes de la 14ème Brigade ont localisé et neutralisé des explosifs anti-personnel placés dans une crèche.

Dans le sud de la bande de Gaza, Tsahal indique que plusieurs tunnels du Hamas ont été découverts par l’unité dite des traqueurs bédouins, également connue sous le nom de bataillon de reconnaissance du désert, placée sous le commandement de la brigade sud de la division de Gaza.

Toujours dans le sud de la bande de Gaza, les troupes de la brigade des parachutistes ont identifié trois membres du Hamas dans la région de Khan Younès et ont déclenché une attaque aérienne, tuant l’un d’entre eux. Les deux autres hommes armés, brandissant des RPG, ont été repérés plus tard entre deux bâtiments et ont été tués par des tirs d’obus de chars, selon Tsahal.

Tsahal indique que la 7e brigade blindée, qui opère également dans le sud de Gaza, a repéré trois agents du Hamas et a ordonné une frappe aérienne pour les tuer.

Des affrontements signalés à Tulkarem après l’entrée d’un convoi de Tsahal

Des affrontements sont signalés dans le camp de réfugiés de Nour Shams, à l’est de Tulkarem, en Cisjordanie, après que des images partagées sur les réseaux sociaux ont montré un grand convoi de véhicules militaires israéliens, dont un bulldozer blindé, entrant dans la zone.

Le crépitement des coups de feu et de fortes explosions peuvent être entendus dans une vidéo non vérifiée de la scène. On peut également voir un bulldozer abattre une partie d’un bâtiment.

Selon le média palestinien officiel WAFA, deux personnes ont été blessées lors de deux frappes aériennes distinctes dans le camp.

Les médias affirment qu’un certain nombre d’arrestations ont eu lieu au cours des raids.

L’armée israélienne n’a pas encore communiqué sur ces opérations.

Au large du Yémen, un navire évoque plusieurs explosions

L’organisation United Kingdom Maritime Trade Operations, au Royaume-Uni, a indiqué que le capitaine d’un bateau non-identifié qui naviguait en mer Rouge a « entendu une forte détonation accompagnée d’un éclair de lumière à l’avant du pont, à bâbord, » une déflagration qui a été suivie par plusieurs explosions à proximité.

L’incident est survenu à environ 55 miles nautiques au sud-ouest de Hodeida, un port du Yémen.

Il n’y aurait eu ni blessé, ni dégât et le bateau se dirige actuellement à vitesse maximale vers son prochain port d’escale.

Une information qui survient alors que l’armée américaine a annoncé qu’un cargo, le Maersk Hangzhou, a été victime d’une frappe au missile – un navire de guerre américain a ensuite abattu deux projectiles qui avaient aussi été lancés dans le cadre, apparemment, du même incident.

Un cargo touché par un missile des rebelles yéménites Houtis

Un cargo Maersk au large de Dubaï, le 4 juin 2022. (Crédit : Karim SAHIB / AFP)
Un cargo Maersk au large de Dubaï, le 4 juin 2022. (Crédit : Karim SAHIB / AFP)

Le Commandement central américain a fait savoir qu’un cargo, le Maersk Hangzhou, a été la cible d’une frappe au missile alors qu’il traversait la mer Rouge. Ce serait la première attaque réussie depuis la mise en place, il y a dix jours, d’une coalition internationale chargée de patrouiller dans cette voie maritime majeure.

Un navire de guerre américain, l’USS Gravely, a abattu deux missiles balistiques supplémentaires alors qu’il répondait à un appel de détresse aux côtés de l’USS Labboon, ont précisé les militaires.

Les missiles ont été tirés depuis une partie du Yémen qui est contrôlée par le groupe des rebelles Houthis qui sont soutenus par l’Iran et qui ont lancé des frappes contre presque une vingtaine de navires commerciaux pour tenter d’étouffer le trafic qui traverse le détroit de Bab al Mandeb qui relie la mer Rouge à l’Océan indien.

Selon le Centcom, il n’y a pas eu de blessé sur le cargo Maersk, qui a pu continuer son voyage.

Selon les données disponibles, ce navire danois, qui bat pavillon singapourien, était parti de Singapour pour se rendre à Port Saïd, en Égypte.

Cette attaque a eu lieu 24 heures après que le Danemark a rejoint la coalition internationale qui a été établie pour patrouiller dans la mer Rouge et pour déjouer de telles agressions.

Le HMS Diamond lance un missile Sea Viper pour abattre un drone sur la mer Rouge, une image diffusée par la Royal Navy. (Crédit : Royal Navy/Ministry of Defence via AP, File)

Maersk, qui fait partie des plus grands transporteurs maritimes dans le monde, a récemment indiqué que l’entreprise allait reprendre ses itinéraires les plus efficaces, qui comprennent la mer Rouge, réagissant apparemment à la formation de la coalition. Cela faisait plusieurs semaines que les bateaux passaient par le Cap de bonne espérance, en Afrique, pour éviter les attaques des Houthis.

Les Houthis ont menacé d’attaquer les vaisseaux qui, selon eux, sont à destination ou en provenance d’Israël en représailles contre la campagne militaire menée par l’État juif contre le groupe terroriste islamiste palestinien à Gaza.

Mais ce sont apparemment tous les navires qui sont finalement visés et des cargos ou des pétroliers battant pavillon norvégien ou libérien ont été frappés par des tirs de missile ou agressés.

Le Hezbollah annonce la mort d’un de ses membres au Sud-Liban

Le groupe terroriste Hezbollah affirme qu’une frappe sur la ville frontalière de Bint Jbeil, dans le sud du Liban, a tué l’un de ses membres. Il s’agit d’Ali Ahmed Saad (Jibril).

Saad aurait été tué par des frappes israéliennes sur des sites du Hezbollah dans le sud du Liban samedi après-midi, en réponse à des attaques répétées contre le nord d’Israël.

Des informations antérieures faisaient état de la mort d’un civil. Le Hezbollah affirme qu’il a été tué « sur la route de Jérusalem », euphémisme qu’il utilise pour faire l’éloge de ses terroristes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.