Marek Halter dans un monde sans prophètes
Rechercher

Marek Halter dans un monde sans prophètes

Dans son nouvel ouvrage, l'écrivain français livre "un cri, la formulation d’un malaise", et cherche "une lueur dans les ténèbres"

Marek Halter, à Strasbourg, en 2010. (Crédit : Ji-Elle / CC BY-SA 3.0)
Marek Halter, à Strasbourg, en 2010. (Crédit : Ji-Elle / CC BY-SA 3.0)

Qui est un prophète ? Vivons-nous dans un monde sans prophètes ? Telles sont les questions que posent l’écrivain Marek Halter dans son nouvel ouvrage publié le 4 mars, Un monde sans prophètes, aux éditions Hugo Doc.

Dans cet essai inspirant aux nombreuses références, il convoque de nombreux « prophètes » de leur temps : Moïse, Abraham, Samuel, Jésus, Mahomet, mais aussi Voltaire, La Fayette, Mounier, Mirabeau, Hugo, Jaurès, Gandhi, Mandela, Luther King ou encore l’abbé Pierre. Tandis que les premiers parlaient au nom de Dieu, les autres le faisaient au nom de l’Humanité telle qu’ils la concevaient, avec toujours le même objectif : dénoncer l’injustice.

« Le vieux Samuel, le dernier des juges d’Israël, avait eu l’idée de créer la première école de prophètes : on y enseignait tant aux hommes qu’aux femmes doués d’un charisme exemplaire comment rappeler le peuple à l’ordre et les rois au respect de leurs promesses et de leurs devoirs », écrit-il. « Le prophète, c’est l’homme qui crie : un lanceur d’alertes avant la lettre mais d’une formidable envergure ! Des êtres doués d’une étonnante présence, d’un incroyable courage, d’une force d’âme à toute épreuve et qui souvent finissent expulsés ou assassinés par les pouvoirs qu’ils ont dénoncés. »

« Ce livre est un cri, la formulation d’un malaise qui m’habite depuis un certain temps. Il s’adresse à toutes celles et ceux, nombreux, qui, comme moi, cherchent une lueur dans les ténèbres », a expliqué Marek Halter dans une interview fleuve donnée à CNews au début du mois.

Son essai, qui vise à « réveiller » ses lecteurs, montre que la parole des guides éclairés est mise à mal par celle d’imposteurs, omniprésents dans le débat public. Il s’attaque ainsi aux « faux prophètes qui fourmillent aujourd’hui dans les gazettes et sur les plateaux TV », et promet de « décoder à la fois l’impressionnant silence et le terrible brouhaha qui composent la bande son de notre planète ».

« Nous ne nous sentons plus représentés par ceux qui tentent de parler en notre nom. Ce qui est d’autant plus vrai face au défi que nous vivons actuellement. À force de voir un certain nombre de faux prophètes s’affronter lors de débats sans lendemains, bien que souvent honorables, nous nous mettons à rêver d’un Mauriac, d’un Camus ou d’un Sartre… D’une parole qui émeut, réveille, fait agir », a-t-il expliqué.

« Les réseaux sociaux remplissent le vide. Quand on n’entend plus le cri de la vérité, ce sont les fausses nouvelles, le complotisme qui prend le pouvoir. Le prophète a un visage. Tandis que les réseaux sociaux sont occupés par des anonymes qui avancent masqués, cagoulés. »

Marek Halter a été victime d’une agression à son domicile parisien dans la nuit du 12 au 13 février dernier et a déposé plainte. Dans son interview pour CNews, il explique qu’on peut « éventuellement lier cette agression avec le climat de violence qui s’installe tout doucement dans notre pays. Ou avec la quête de nouvelles aventures. S’habiller en Arsène Lupin, escalader un immeuble parisien et pénétrer par la fenêtre d’un écrivain pourrait être une aventure ».

Il y a un an, des affiches de son livre Pourquoi les Juifs ? avaient été vandalisées avec des tags antisémites.

D’origine polonaise, Marek Halter a fui le ghetto de Varsovie avec ses parents pendant la Seconde Guerre mondiale, avant que la famille ne soit évacuée en République socialiste soviétique d’Ouzbékistan. Il a écrit de nombreux livres sur le judaïsme et l’histoire du peuple juif et est un défenseur du dialogue interreligieux. Il a été fait Officier de la Légion d’honneur et Commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres.

Un monde sans prophètes, Marek Halter, éditions Hugo Doc, 141 pages, 9,95 €

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...