Rechercher

Masqué, un commandant de Yamam a allumé la torche de Yom HaAtsmaout

Le chef de la police antiterroriste a dissimulé son visage et devient la première personne à prendre part à une cérémonie d'État tout en gardant son identité secrète

Le commandant de l'unité antiterroriste de la police de Yamam allume une torche lors de la cérémonie du 74e anniversaire du Jour de l'Indépendance, organisée au Mont Herzl, à Jérusalem, le 4 mai 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
Le commandant de l'unité antiterroriste de la police de Yamam allume une torche lors de la cérémonie du 74e anniversaire du Jour de l'Indépendance, organisée au Mont Herzl, à Jérusalem, le 4 mai 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Plusieurs Israéliens ont été mis à l’honneur mercredi soir lors de la cérémonie officielle du 74e anniversaire de l’indépendance d’Israël, en allumant les torches habituelles en reconnaissance de leurs contributions au pays et aux communautés juives.

Parmi les porteurs de flambeaux se trouvait le commandant de l’unité anti-terroriste Yamam de la police, dont le visage était caché par un masque et une casquette.

L’homme, dont le nom complet n’a pas été révélé, a été choisi pour représenter les membres des forces de sécurité israéliennes travaillant sous couverture ou à des postes sensibles et ne pouvant révéler leur identité – geste très inhabituel.

Alors qu’il était appelé à allumer la torche, l’un des animateurs de la cérémonie a déclaré que « H » – l’initiale de son prénom – avait risqué sa vie « d’innombrables fois » dans des opérations secrètes.

« J’allume cette torche en l’honneur de mes frères et sœurs… qui mettent leur vie en danger chaque jour et chaque nuit pour la sécurité d’Israël », a déclaré le commandant de police derrière son masque.

« Pour les enfants à l’école, les jeunes à la plage, les agriculteurs dans les champs et les gens dans la rue – c’est notre vision de la victoire », a-t-il ajouté.

« H » a été choisi pour cet honneur le mois dernier. Il est décrit comme étant âgé de 53 ans, marié et père de trois enfants, et est un « officier audacieux et accompli qui a commencé son service à Yamam en 1990 ». Il a été choisi pour allumer le flambeau « au nom des policiers israéliens, des agents de la police des frontières, des volontaires et des réservistes qui sont à l’avant-garde de la protection de la sécurité de l’État et de ses citoyens ».

Sa sélection intervient au milieu d’une série d’attaques terroristes meurtrières qui ont coûté la vie à seize personnes. Dans l’une d’elles, deux agents de la police des frontières ont été abattus à Hadera lors d’une attaque terroriste avant que les terroristes ne soient tués par d’autres agents à proximité. Et à Bnei Brak, deux jours plus tard, cinq personnes, dont un officier répondant, ont été tuées juste avant que la police n’abatte l’agresseur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...