Netanyahu demande à Michel de cesser de financer les associations “anti-Israël”
Rechercher

Netanyahu demande à Michel de cesser de financer les associations “anti-Israël”

Le Premier ministre a demandé à son homologue belge de geler les paiements destinés aux organisations qui “agissent contre les soldats israéliens”

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) avec le Premier ministre belge Charles Michel lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 7 février 2017. (Crédit : GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) avec le Premier ministre belge Charles Michel lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 7 février 2017. (Crédit : GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a demandé mardi à son homologue belge, Charles Michel, d’arrêter de financer les organisations qu’il décrit comme anti-Israël ou nuisibles aux soldats israéliens.

Pendant la rencontre entre les deux dirigeants à Jérusalem, Netanyahu « a demandé que le gouvernement belge cesse de financer des organisations qui agissent contre les soldats israéliens et contre l’Etat d’Israël, y compris de manière indirecte », a déclaré le bureau du Premier ministre dans un communiqué.

La veille de cette demande, Netanyahu avait demandé à la Première ministre britannique Theresa May de cesser de financer des associations qu’il a décrites comme « hostiles à Israël ».

May devrait mener une « réévaluation » de l’approche britannique du financement des ONG, a déclaré Netanyahu aux journalistes qui l’accompagnaient pendant sa visite officielle au Royaume-Uni.

« Je leur ai donné [les noms de] différentes ONG que le gouvernement du Royaume-Uni finance, dont Breaking the Silence, et je lui ai demandé d’arrêter de les financer », a déclaré Netanyahu.

Une conférence d'un membre de Breaking The Silence (Crédit : Gili Getz)
Une conférence d’un membre de Breaking The Silence (Crédit : Gili Getz)

Breaking the Silence collecte des témoignages d’anciens soldats de Tsahal concernant des violations présumées des droits de l’Homme dans les Territoires palestiniens pendant leur service militaire. Elle a souvent affronté les politiques et les militaires israéliens, et ses nombreux détracteurs ont dénoncé ses rapports, considérés comme malhonnêtes, imprécis, et faisant partie d’une campagne conçue pour nuire à l’image d’Israël à l’étranger.

Quand il a été souligné que le gouvernement britannique ne finançait pas Breaking the Silence, le bureau du Premier ministre en Israël s’est précipité pour préciser que le Royaume-Uni finançait indirectement Breaking the Silence et d’autres ONG, en passant par des organisations comme Christian Aid et CAFOD, une œuvre de charité catholique de développement international.

Pendant la rencontre de mardi, Michel a interrogé Netanyahu sur la loi dite de Régulation, adoptée lundi par la Knesset, qui légalise les constructions israéliennes en Cisjordanie sur des terrains privés palestiniens. Israël a été très critiqué pour cette loi, notamment par le Royaume-Uni, la France, les Nations unies, et la Jordanie voisine.

Les Etats-Unis quant à eux attendent la décision de la cour suprême israélienne et la rencontre avec Netanyahu, prévue le 15 février, avant de se prononcer.

« Le Premier ministre Netanyahu a répété la position israélienne, les implantations israéliennes ne sont pas un obstacle à la paix, le réel obstacle est le refus palestinien de reconnaître l’Etat juif dans n’importe quelle frontière », a déclaré le bureau du Premier ministre dans un communiqué.

Pendant sa visite officielle dans l’Etat juif, Michel a également rencontré le président Reuven Rivlin et de jeunes Belges vivant en Israël. Il a également visité le mémorial de Yad Vashem.

Charles Michel et Reuven Rivlin, à Jérusalem, le 6 février 2017 (Crédit : Mark Neiman/GPO)
Charles Michel et Reuven Rivlin, à Jérusalem, le 6 février 2017 (Crédit : Mark Neiman/GPO)

Netanyahu a également dit à Michel que la lutte d’Israël contre le terrorisme jihadiste empêchait une crise des migrants encore pire en Europe.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...