Netanyahu et des ministres assistent aux funérailles de Yaakov Weinroth
Rechercher

Netanyahu et des ministres assistent aux funérailles de Yaakov Weinroth

Le Premier ministre, ancien client de l'avocat, a rappelé la mémoire d'une "grand homme à la personnalité unique", de qui émanait "une grande lumière"

Benjamin Netanyahu prononce une oraison funèbre de Yaakov Weinroth à Netanya, le 16 octobre 2018. (Crédit : Flash 90)
Benjamin Netanyahu prononce une oraison funèbre de Yaakov Weinroth à Netanya, le 16 octobre 2018. (Crédit : Flash 90)

Plusieurs membres du gouvernement, y compris le Premier ministre Benjamin Netanyahu, ont rejoint les centaines de personnes qui sont venues rendre un dernier hommage mardi au docteur Yaakov Weinroth, l’un des avocats les plus éminents d’Israël.

Weinroth a succombé lundi à un cancer, à l’âge de 71 ans. Durant sa carrière, il a représenté Netanyahu et sa famille, mais aussi des ministres, des présidents, des juges et des célébrités.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, la ministre de la Justice Ayelet Shaked et l’ancien grand-rabbin d’Israël le rabbin Israel Meir Lau, ont assisté aux oraisons funèbres de Weinroth, à son domicile de Ramat Gan, avant l’enterrement, qui s’est déroulé à Netanya.

Weinroth, qui a défendu Netanyahu dans ses affaires de corruption et qui a récemment quitté son équipe juridique pour rejoindre celle de sa femme Sara, laisse derrière lui son épouse Giselle et leurs six enfants.

« Tout le monde a le sentiment qu’un grand homme et une personnalité unique est partie », a déclaré Netanyahu durant les funérailles. « Je doute qu’il y ait quelqu’un comme lui dans le pays. Yaakov n’est plus parmi nous mais il diffusait une grande lumière qui continuera à nous éclairer. Une lumière d’amour pour Israël, une recherche de la vérité. »

Weinroth est né en 1947 à Ansbach, en Allemagne. Ses parents ont émigré en Israël alors qu’il était âgé de deux ans, et se sont installés à Netanya. Bien que sa famille ne soit pas ultra-orthodoxe, il a étudié à la yeshiva de Poniovitz, à Bné Brak et à celle de Mir, à Jérusalem. Il a même reçu une ordination de rabbin.

À l’âge de 20 ans, quand la guerre des Six Jours éclate, il décide de rejoindre l’armée israélienne, puis d’étudier le droit. Weinroth a obtenu son doctorat à l’Université de Tel Aviv en 1981.

Dr. Yaakov Weinroth à la Cour suprême, le 24 février 2014. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La thèse de doctorat de Weinroth a servi de base à une loi adoptée par la Knesset dans les années 90, qui a introduit de nouvelles façons d’aborder la problématique des maris récalcitrants à l’idée d’accorder l’acte de divorce religieux. Cette problématique est un enjeu majeur de la loi juive.

Weinroth a ensuite ouvert son cabinet, Dr. J. Weinroth & Co., qui au fil des ans, s’est spécialisé dans la défense de la criminalité des cols blancs.

L’avocat a représenté Netanyahu durant son premier mandat de Premier ministre dans les années 90, et l’a défendu avec succès face à des allégations de corruption. Son cabinet le représente toujours dans plusieurs enquêtes. La police a recommandé la mise en examen pour deux de ces affaires.

Il a également représenté le chef du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman, actuel ministre de la Défense, dans plusieurs affaires pour corruption au fil des années, sans qu’il y ait inculpation au final.

Liberman a déclaré lundi que le décès de Weinroth était « une perte pour le peuple d’Israël, et pour moi, à titre personnel ». Il a ajouté qu’il était « une personne unique et spéciale. Intelligent, intellectuel, et avec une compréhension de l’humain exceptionnelle ».

Weinroth a également représenté l’ancien président Ezer Weizman, les anciens ministres Meir Sheetrit, Avraham Hirschson, Tsachi Hanegbi et Binyamin Ben Eliezer ; les chanteurs Eyal Golan et Kobi Peretz et plusieurs membres des forces de police.

Bien qu’il ait défendu des personnalités publiques accusées de corruption, Weinrtoh condamnait ce phénomène, ainsi que le copinage, dans de nombreuses interviews accordées aux médias.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...