Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Netanyahu : Les Palestiniens bénéficient d’une « liberté de mouvement maximale »

Le Premier ministre a déclaré que Ben Gvir faisait référence aux mesures de sécurité pour prévenir les attaques lorsqu'il affirmait que la sécurité des Juifs passe avant tout

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, saluant le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, à la Knesset, à Jérusalem, le 23 mai 2023. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, saluant le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, à la Knesset, à Jérusalem, le 23 mai 2023. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a cherché vendredi soir à clarifier les propos du ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir sur la liberté de mouvement des Palestiniens en Cisjordanie, alors que les critiques se multiplient à l’étranger sur les commentaires de son allié d’extrême-droite selon lesquels le droit des Juifs à se déplacer en toute sécurité en Cisjordanie a la préséance.

Les commentaires de Netanyahu sur Ben Gvir, qui dirige le parti ultra-nationaliste Otzma Yehudit, sont survenus après que l’Administration Biden et des groupes juifs américains ont dénoncé les commentaires de ce dernier, le Département d’État américain l’appelant même nommément – ce qui est plutôt rare.

Dans le même temps, une source gouvernementale de haut rang a critiqué le ministre de la Sécurité nationale, déclarant à la Douzième chaîne que sa déclaration était un cadeau aux militants anti-Israël du monde entier et avait donné un élan « spectaculaire » pour les accusations d’apartheid israélien.

Mercredi, alors qu’il expliquait son soutien au renforcement des restrictions imposées aux Palestiniens dans le cadre de la vague de terrorisme actuelle, Ben Gvir a déclaré à la Douzième chaîne : « Mon droit, ainsi que celui de mon épouse et de mes enfants, de circuler sur les routes de Judée et de Samarie, est plus important que le droit de circuler des Arabes », se référant à la Cisjordanie par son nom biblique.

« Désolé Mohammad, mais c’est la réalité », a-t-il dit au journaliste de la Douzième chaîne Mohammad Magadli. « C’est la vérité. Mon droit à la vie passe avant leur droit de circuler. »

Dans son premier commentaire public sur les remarques de Ben Gvir, le Bureau de Netanyahu a insisté sur le fait qu’Israël autorise « une liberté de mouvement maximale » en Cisjordanie, tant pour les Israéliens que pour les Palestiniens.

« Malheureusement, les terroristes palestiniens profitent de cette liberté de mouvement pour assassiner des femmes, des enfants et des familles israéliennes en leur tendant des embuscades à certains endroits sur différents itinéraires », a déclaré le Bureau de Netanyahu dans un communiqué, tout en rappelant les attaques meurtrières perpétrées cette année sur les routes de Cisjordanie, la dernière en date étant l’assassinat d’une Israélienne lundi.

Le Bureau du Premier ministre a déclaré que pour prévenir de telles attaques, les forces de sécurité ont mis en place des « mesures de sécurité spéciales dans ces zones ».

« C’est ce qu’a voulu dire le ministre Ben Gvir », poursuit le communiqué. « Israël poursuivra sa politique de maintien de la sécurité tout en assurant la liberté de mouvement des Israéliens et des Palestiniens. »

Les commentateurs des médias ont noté que la publication de la déclaration de Netanyahu, uniquement en anglais et peu avant le début de Shabbat, semblait avoir été programmée de sorte à éviter une réaction de la part de Ben Gvir, lui-même pratiquant.

Sur la Douzième chaîne, un haut fonctionnaire anonyme a qualifié les commentaires de Ben Gvir de « désastre en matière de relations publiques ».

Il a déclaré que le mouvement anti-Israël Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) « a obtenu ce dont il avait besoin, un atout qui sera utilisé – et qui a déjà été utilisé – pour attaquer Israël ».

« L’affirmation selon laquelle Israël est un État d’apartheid – que nous combattons de toutes nos forces sur toutes les tribunes possibles – a été renforcée de manière spectaculaire à l’intérieur d’Israël, par un ministre de haut rang. »

S’adressant à la Treizième chaîne vendredi, Ben Gvir a déclaré qu’il y avait « un lâche » au sein du gouvernement qui s’exprimait contre lui.

« J’ai une idée de qui il s’agit. Ce n’est pas quelqu’un de haut placé. J’attends de ce lâche qu’il dise des choses en son nom propre. J’attends de lui qu’il dise que les résidents d’implantations ont le droit de vivre sans être blessés. J’attends de tout le gouvernement israélien qu’il dise ce que je dis. »

L’American Jewish Committee (AJC) s’est joint aux condamnations vendredi, qualifiant les commentaires de Ben Gvir « d’inacceptables ».

« Bien sûr que la sécurité est vitale, mais l’utilisation par le ministre Ben Gvir d’un langage qui sème la discorde ne fait qu’attiser les tensions et la haine », a écrit l’AJC sur X – anciennement Twitter.

Le conseiller à la Sécurité nationale, Tzahi Hanegbi, a quant à lui refusé de commenter les remarques de Ben Gvir lors d’une interview accordée à la télévision israélienne.

« Je n’aborderai pas les propos des hommes politiques », a déclaré Hanegbi, membre de longue date du Likud, le parti de Netanyahu, à la Douzième chaîne. « Je ne parlerai pas de cette remarque, c’est dommage de perdre du temps (…). Passons à autre chose. »

Des soldats de Tsahal montant la garde à un point de contrôle dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, le 22 août 2023 (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Ben Gvir est revenu sur ses propos plus tôt dans la journée de vendredi, alors qu’il se disputait avec le mannequin connue pour être anti-Israël Bella Hadid après qu’elle eut partagé un extrait de ses remarques avec ses abonnés sur Instagram – près de 60 millions. La publication était légendée : « Nulle part, et à aucun moment, surtout en 2023, une vie ne devrait avoir plus de valeur qu’une autre, au simple motif de son appartenance ethnique, de sa culture ou de sa haine pure et simple. »

Le ministre a déclaré que ses propos avaient été sortis de leur contexte, tout en réaffirmant sa conviction que la sécurité des Juifs passait avant la liberté de circulation des Palestiniens.

« Oui, c’est mon droit et celui de mes compatriotes juifs d’aller et de revenir de nos maisons sur les routes de Judée et de Samarie en paix, et ce droit est plus important que celui des terroristes qui nous jettent des pierres et nous assassinent », a-t-il déclaré. « Je ne m’excuse pas et je ne reviens pas sur mes propos. Je les répéterai mille fois. »

Vendredi, un haut fonctionnaire diplomatique a également déclaré au site d’information Ynet que les commentaires de Ben Gvir constituaient « une méga-attaque contre la diplomatie publique d’Israël qui révèle le vrai visage du gouvernement ».

« Les dommages sont immenses », a déclaré la source anonyme, ajoutant que les commentaires de Ben Gvir avaient fourni aux détracteurs d’Israël des « preuves en or » pour étayer leurs affirmations selon lesquelles Israël est un État raciste et un État d’apartheid.

Ils ont également noté que ni Netanyahu – au moment où les propos ont été tenus – ni d’autres ministres de haut rang n’avaient réfuté les commentaires de Ben Gvir, ce qui rend difficile d’affirmer qu’il ne s’agissait pas d’une politique officielle du gouvernement.

Ben Gvir fait depuis longtemps l’objet d’accusations de racisme en raison de ses commentaires incendiaires à l’égard des Arabes et des Palestiniens et de son identification comme disciple du rabbin extrémiste Meïr Kahane.

Comme feu Kahane, Ben Gvir a été condamné pour activités anti-arabes dans le cadre d’une affaire de terrorisme. Il insiste sur le fait qu’il est devenu plus modéré ces dernières années et qu’il ne partage pas toutes les opinions de son mentor, notamment l’appel de Kahane à expulser tous les Arabes. Ben Gvir a déclaré qu’il ne soutenait que l’expulsion des Arabes « déloyaux ».

Il convient de noter que le chef du parti d’extrême-droite Otzma Yehudit continue néanmoins à prendre la parole lors des cérémonies annuelles organisées à la mémoire de Kahane.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.