Netanyahu nomme Avi Simhon conseiller économique
Rechercher

Netanyahu nomme Avi Simhon conseiller économique

Les élus orthodoxes et de l'opposition contestent la nomination du professeur de l'université hébraïque, qui "détesterait les familles nombreuses et les pauvres"

Le professeur d'économie Avi Simchon le 16 juin  2010 (Crédit photo: Flash90)
Le professeur d'économie Avi Simchon le 16 juin 2010 (Crédit photo: Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé samedi la nomination du professeur Avi Simhon comme nouveau chef du Conseil économique national, mais des objections pour l’économiste ont rapidement suivi.

Le conseil sert de haut organe consultatif du Premier ministre sur toutes les questions économiques et est actuellement dirigé par Eugene Kandel.

Simhon, professeur d’économie à l’université hébraïque de Jérusalem, a autrefois siégé au Comité Trajtenberg chargé de la réforme de la justice sociale suite aux manifestations de 2011.

Il a auparavant été conseiller économique du ministre de l’Énergie Yuval Steinitz lorsque ce dernier était ministre des Finances.

« J’espère aider le Premier ministre à faire avancer des initiatives importantes pour renforcer la position de l’économie israélienne et améliorer le bien-être des citoyens israéliens, et je suis conscient de la responsabilité nécessaire à la tête du Conseil économique national », a déclaré Simhon dans un communiqué.

Sa nomination a été contestée par plusieurs élus ultra-orthodoxes et de l’opposition, qui l’accusent d’être un économiste qui « déteste les pauvres. »

Simhon avait provoqué des vagues en 2010 lorsqu’il s’était exprimé contre l’immigration en provenance de l’ancienne Union soviétique, en disant que les immigrants soviétiques « n’ont jamais été juifs. Peut-être qu’ils avaient un grand-père qui était autrefois juif. Ils sont venus ici pour des motifs économiques. S’ils avaient eu l’oppportunité d’aller dans un pays plus développé, ils y seraient allés. »

La même année, il avait également irrité les ultra-orthodoxes quand il avait appelé les parents Haredi à arrêter d’avoir autant d’enfants.

« Vous devriez leur dire : ‘C’est irresponsable, vous faites du mal à vos enfants, à votre société. Quelqu’un de normal vérifie combien d’enfants il peut se permettre, et les impôts qu’il paie sont transférés à ceux qui ont huit enfants, sans être en mesure de les élever », avait déclaré Simhon lors d’une conférence en 2010.

Les familles ultra-orthodoxes en Israël ont un enfant de plus que la moyenne nationale, selon les statistiques de 2010, mais gagnent moins que le revenu moyen.

Le député Uri Maklev de Yahadout HaTorah a déclaré samedi soir que la nomination de Simhon était « une erreur et inappropriée », le qualifiant de membre du « un pour cent », a rapporté le site d’information ultra-orthodoxe Kikar Hashabbat.

« Simhon est non seulement une de ces personnes rassasiées qui ne ressentent rien pour les affamés et pauvres, mais sont encore convaincues que les pauvres les empêchent de mieux se nourrir, » a déclaré Maklev, un membre de la coalition au pouvoir.

« Les gens partageant ses opinions sont égoïstes, déconnectés et cruels. »

Son collègue de Yahadout HaTorah le député Yisrael Eichler a demandé au secrétaire du cabinet de dire à Netanyahu que la nomination de Simhon provenait d’un « mauvais conseil » et que Simhon « déteste les familles bénies par des enfants » [les familles nomreuses].

« Il y a une grande colère parmi les familles bénies avec des enfants, » aurait dit Eichler selon Kikar Hashabbat en référence à ses électeurs ultra-orthodoxes.

« Netanyahu doit exiger qu’Avi Simhon présente des excuses publiques pour ses remarques abominables contre les familles bénies avec des enfants. »

La députée Shelly Yachimovich de l’Union sioniste a écrit sur Twitter que Simhon était « un capitaliste de la vieille école plein de clichés obsolètes, qui déteste les pauvres en général et les ultra-orthodoxes en particulier. »

Invoquant des chiffres récents montrant une légère hausse de la pauvreté en Israël, elle a qualifié sa nomination « de façon intéressante pour Netanyahu de se moquer de nous et du rapport sur la pauvreté. »

La nomination de Simhon nécessite l’approbation d’un comité de nomination de la fonction publique et du cabinet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...