Nouvelle vaccination dans 6 mois : Nachman Ash contredit Netanyahu
Rechercher

Nouvelle vaccination dans 6 mois : Nachman Ash contredit Netanyahu

Selon le responsable de la lutte contre la COVID, les Israéliens auront besoin d'un rappel - mais le calendrier reste encore indéterminé, contrairement à ce qu'a dit Netanyahu

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le responsable israélien de la lutte contre le coronavirus, Nachman Ash, visite la municipalité de Jérusalem, le 22 novembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le responsable israélien de la lutte contre le coronavirus, Nachman Ash, visite la municipalité de Jérusalem, le 22 novembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Contredisant les affirmations faites par le Premier ministre Netanyahu, hier, qui a déclaré que les Israéliens devraient se refaire vacciner contre le coronavirus dans six mois, le responsable de la lutte contre la COVID-19 dans le pays, Nachman Ash, a expliqué mercredi qu’il ignorait quand cette campagne devrait avoir lieu.

« Je ne peux pas dire quand il faudra réadministrer une nouvelle dose : peut-être dans six mois, peut-être dans un an, peut-être même plus tard », a déclaré Ash au micro de la radio militaire.

Il a indiqué que les hypothèses actuelles laissaient penser que la protection assurée par la vaccination finirait par perdre son efficacité et que les vaccins actuels pourraient ne pas garantir une immunité contre les nouvelles souches du virus, ce qui rendrait nécessaire l’administration de nouvelles doses.

« Si nous constatons, bonne surprise, que le vaccin s’avère bon et qu’il reste longtemps efficace » et sans nouveau variant susceptible de représenter une menace, les Israéliens pourraient « disposer de plus de temps » avant de se refaire vacciner, a continué Ash.

Il y a d’ores et déjà des inquiétudes sur l’efficacité des vaccins face à la nouvelle mutation du coronavirus qui a d’abord fait son apparition en Inde avant d’être récemment détectée chez une poignée de malades au sein de l’État juif.

Ash a indiqué que les officiels de la Santé s’efforçaient encore d’évaluer la situation et que des réponses nécessaires seraient apportées d’ici quelques semaines.

La recrudescence soudaine du nombre d’infections, au début de l’année, avait été attribuée à l’émergence du variant anglais et elle avait contribué à l’imposition d’un troisième confinement national, qui a été largement allégé au cours des derniers mois.

Ash a aussi répété que la vaccination des enfants de moins de seize ans contre la maladie ne commencerait qu’après l’autorisation donnée par la FDA (Food and Drug Administration) concernant l’utilisation d’un vaccin anti-coronavirus dans cette classe d’âge.

Il a ajouté que même si les symptômes de la COVID-19 paraissaient plus légers chez les enfants, il était toujours important de les faire immuniser, le moment venu.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au cours d’une conférence de presse au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 20 avril 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)

Ash a aussi confirmé à la chaîne qu’Israël tentait de faire annuler ses commandes de vaccin AstraZeneca, disant qu’ils n’étaient « pas nécessaires » mais sans donner d’explications.

Mardi, Netanyahu a déclaré que l’État juif se préparait à une autre campagne de vaccination dans six mois qui comprendrait les enfants, dans le sillage de la campagne de vaccination unique au monde qui a permis d’immuniser jusqu’à présent plus de la moitié de la population.

« Préparez vos bras… et vos enfants », a-t-il commenté au cours d’une conférence de presse, prédisant que l’utilisation des vaccins anti-COVID sera approuvée, d’ici-là, chez les plus jeunes.

Les propos de Netanyahu ont paru s’inspirer de ceux qui ont été tenus par le directeur-général de Pfizer, Albert Bourla, la semaine dernière, qui a déclaré penser qu’une troisième dose du vaccin développé par sa firme serait nécessaire « six à douze mois » après l’injection des deux premières doses, et une fois par an après. Pfizer a indiqué que son vaccin, produit l’entreprise allemande BioNTech, restait efficace à 91 % après six mois.

L’annonce faite par le Premier ministre a eu lieu au lendemain d’accords conclus avec Pfizer et Moderna, concernant des approvisionnements en nouvelles doses. Le nombre exact de vaccins fournis par chacune des deux firmes reste indéterminé mais, selon les médias israéliens, le pays aurait acquis un total de 18 millions de doses auprès des deux compagnies américaines, avec l’option d’en acheter encore des millions de plus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...