Nucléaire iranien : Netanyahu va rencontrer Poutine à Moscou
Rechercher

Nucléaire iranien : Netanyahu va rencontrer Poutine à Moscou

Poutine estime que le pacte est "d'une importance primordiale pour assurer la stabilité et la sécurité internationales"

Le président russe Vladimir Poutine, (à gauche), serre la main du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'un événement marquant la Journée internationale de commémoration des victimes de l'Holocauste au Musée juif et Centre de la tolérance à Moscou, le 29 janvier 2018. (Vasily MAXIMOV/AFP)
Le président russe Vladimir Poutine, (à gauche), serre la main du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'un événement marquant la Journée internationale de commémoration des victimes de l'Holocauste au Musée juif et Centre de la tolérance à Moscou, le 29 janvier 2018. (Vasily MAXIMOV/AFP)

Benjamin Netanyahu rencontrera le président russe Vladimir Poutine à Moscou la semaine prochaine, avant un éventuel retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien, a annoncé le bureau du Premier ministre israélien.

Cette rencontre abordera les « développements régionaux », a indiqué le bureau de Netanyahu.

Lundi, ce dernier a affirmé devant les télévisions israéliennes qu’Israël disposait de « preuves concluantes » sur l’existence d’un plan « secret » que l’Iran pourrait activer à tout moment pour se doter de la bombe atomique.

Il s’est ensuite entretenu au téléphone avec Poutine au sujet de l’accord nucléaire iranien ainsi que de la situation en Syrie.

Israël est accusé par la Syrie d’avoir mené des frappes meurtrières sur son territoire, notamment le 9 et le 30 avril, qui ont tué des Iraniens ainsi que des soldats syriens.

Poutine – dont les troupes soutiennent le régime de Damas – a appelé Netanyahu à ne pas déstabiliser la situation, car l’Etat hébreu cherche à empêcher l’Iran et son allié libanais le Hezbollah de renforcer leur présence militaire.

De son côté, Moscou a réitéré son soutien à l’accord nucléaire, Poutine estimant qu’il est « d’une importance primordiale pour assurer la stabilité et la sécurité internationales ».

Le président américain Donald Trump et ses alliés au Moyen-Orient estiment que l’accord, approuvé par Barack Obama, est trop faible et doit être complété. Il a donné aux Européens jusqu’au 12 mai pour trouver un nouveau texte qui remédierait aux « terribles lacunes » selon lui de l’accord, faute de quoi les Etats-Unis s’en retireront.

Pourfendu depuis le début par Netanyahu, l’accord sur le nucléaire, signé en 2015 par Téhéran et le Groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne), est présenté par ses partisans comme le meilleur moyen d’éviter que l’Iran n’obtienne l’arme nucléaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...