Rechercher

Les cérémonies de passation de pouvoir (quand il y en a eu)

Le ministre sortant de la Santé a prévenu son remplaçant que la politique ne doit pas empiéter sur la santé

De gauche à droite : Le vice-ministre de la Santé, Moshe Arbel, le ministre sortant de la Santé, Nitzan Horowitz, le ministre de la Santé, Aryeh Deri et le directeur général sortant du ministère de la Santé Nachman Ash lors d'une cérémonie de passation de pouvoirs au ministère, le 1er janvier 2023. (Crédit : Bureau du Premier ministre)
De gauche à droite : Le vice-ministre de la Santé, Moshe Arbel, le ministre sortant de la Santé, Nitzan Horowitz, le ministre de la Santé, Aryeh Deri et le directeur général sortant du ministère de la Santé Nachman Ash lors d'une cérémonie de passation de pouvoirs au ministère, le 1er janvier 2023. (Crédit : Bureau du Premier ministre)

Les cérémonies traditionnelles de passation de pouvoirs ont eu lieu dimanche, alors que les ministres nouvellement installés prenaient officiellement leurs fonctions, bien que certains aient choisi de renoncer aux événements publics et de tenir des réunions privées.

Au ministère de la Santé, le ministre sortant, Nitzan Horowitz, a demandé à son remplaçant, Aryeh Deri, de ne pas laisser la discrimination s’infiltrer dans le système de santé, a rapporté le site d’information Ynet.

Horowitz faisait référence à la législation prévue par le nouveau gouvernement qui ouvrirait la porte à la discrimination contre la communauté LGBTQ. La semaine dernière, la nouvelle ministre des Missions nationales, Orit Strouk, du parti d’extrême-droite HaTzionout HaDatit, a affirmé que les médecins devraient pouvoir refuser de traiter un patient si cela offense leur foi et à condition qu’un autre médecin soit disponible. Ses remarques ont notamment suscité l’indignation des professionnels de la santé.

« L’égalité en matière de santé est une valeur suprême que nous devons préserver à tout prix », a déclaré Horowitz lors de la cérémonie, qui était fermée aux médias mais dont Ynet a rendu compte.

« Nous ne devons pas introduire la politique dans les soins médicaux. Dieu nous en préserve. Ce serait un désastre », a-t-il ajouté.

Le système de santé devrait-il permettre à un médecin « de ne pas donner de traitement à telle ou telle personne parce que cela va à l’encontre de sa foi ? » a demandé Horowitz, qui est ouvertement homosexuel.

« Ce serait la fin du système de santé, de la moralité juive et israélienne », aurait-il déclaré. « Cela ne se produira jamais. Cette idée terrible ne sera pas appliquée dans le système de santé. »

Des membres de la communauté LGBTQ et des sympathisants participant à une manifestation contre le nouveau gouvernement israélien, à Tel Aviv, le 29 décembre 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le directeur-général sortant du ministère de la Santé, Nachman Ash, a également lancé un appel à Deri pour prévenir tout préjudice éventuel.

« J’ai honte qu’il soit nécessaire de lancer un appel pour prévenir d’une éventuelle discrimination dans le système de santé », a-t-il déclaré.

Des dizaines d’entreprises et d’autres entités, y compris des associations médicales, se sont opposées à la modification des lois anti-discrimination, et certaines ont déclaré qu’elles boycotteraient les « bondieusards ».

Le ministre de l’Intérieur et de la Santé, Aryeh Deri, lors d’une cérémonie du nouveau ministre des Affaires sociales, Yaacov Margi, au ministère des Affaires sociales, à Jérusalem le 1er janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)

Dans ses propres remarques lors de la cérémonie de passation de pouvoirs, Deri, chef du parti ultra-orthodoxe Shas, a déclaré que le ministère de la Santé « est un immense défi ». « J’ai accepté ce poste parce que j’y vois une grande importance et un sens profond. Nous sommes venus pour travailler et faire le bien pour tous les citoyens d’Israël et avec l’aide de Dieu, nous y parviendrons. »

Pour leur part, le ministre de la Justice, Yariv Levin, et la ministre des Transports, Miri Regev, ont tous deux refusé d’organiser des cérémonies publiques de passation de pouvoirs en présence de leurs prédécesseurs.

Levin a rencontré le ministre sortant de la Justice, Gideon Saar, en privé. Levin a déclaré dans un communiqué qu’il remerciait Saar pour ses services et lui souhaitait bonne chance pour l’avenir, tandis que le ministre sortant a souligné l’importance du ministère.

Le ministre de la Justice sortant, Gideon Saar, et son successeur, Yariv Levin, à Jérusalem, le 1er janvier 2023. (Crédit : Michael Dimenstein/Bureau du Premier ministre)

La raison pour laquelle Regev a choisi de ne pas participer à la cérémonie publique de passation des pouvoirs avec la ministre sortante des Transports, Merav Michaeli, n’est pas claire. Regev a occupé le poste de ministre des Transports dans le dernier gouvernement de Netanyahu et avait été remplacée par Michaeli après les élections législatives de 2021.

Plus tard dans la journée de dimanche, le ministre sortant de la Défense, Benny Gantz, devait passer le relais au nouveau ministre de la Défense, Yoav Gallant, sur la base militaire de la Kirya, à Tel Aviv. En 2010, Gallant était l’un des principaux candidats au poste de chef d’état-major de Tsahal, mais il a dû renoncer à ce poste après avoir été mêlé à un scandale concernant l’empiètement de sa maison et de son jardin sur des terrains publics. Gantz avait été nommé à la place en 2011.

A LIRE – Smotrich : « Si nous suivons la Torah, nous serons récompensés par une abondance financière »

Au ministère des Finances, où l’ancien ministre Avigdor Liberman passe le relais à son successeur, Bezalel Smotrich, une cérémonie est organisée en présence des membres de la famille du nouveau ministre.

Au cours de la cérémonie, Smotrich a félicité Liberman pour certaines de ses politiques et s’est qualifié d' »homme du libre marché ».

« Je ne suis pas sûr que toutes nos mesures seront populaires, mais j’espère qu’elles se révéleront correctes au fil du temps, » a déclaré Smotrich, alors que le coût de la vie ne cesse de grimper.

Liberman, à son tour, a fait allusion aux accords de coalition signés par le nouveau gouvernement qui – malgré les craintes d’une récession imminente – augmenteraient les prestations sociales pour les ultra-orthodoxes, dont beaucoup ne travaillent pas.

« Sans farine [de quoi se nourrir], il ne peut y avoir de Torah, c’est pourquoi vous devrez produire beaucoup de farine au vu des demandes de vos partenaires [les partis ultra-orthodoxes Shas et Yahadout HaTorah] », prévient-il, en référence à une phrase figurant dans les Pirkei avot et attribuée au rabbin Eléazar ben Azariah.

Le nouveau ministre du Tourisme, Haim Katz, a lui promis d’augmenter les investissements dans les régions du pays qui, selon lui, ont été mal desservies, y compris la Cisjordanie, qu’il compare à la campagne pastorale italienne.

« Nous investirons dans des domaines qui n’ont peut-être pas reçu suffisamment d’attention jusqu’à présent, y compris notre Toscane locale en Judée-Samarie », a-t-il déclaré lors d’une cérémonie de passation de pouvoir avec son prédécesseur Yoel Razvozov.

À l’occasion d’une passation de pouvoir houleuse, le nouveau ministre de l’Education, Yoav Kisch, a annoncé son intention de revenir sur la réforme du bagrout [NDLT : équivalent du baccalauréat] que sa prédécesseure, Yifat Shasha-Biton, a tenté de mettre en œuvre.

« Ce n’est un secret pour personne que nous ne sommes pas sur la même ligne et que le ministère de l’Éducation va changer d’orientation », a-t-il affirmé. « J’ai l’intention de faire le nécessaire pour rétablir les humanités, y compris l’étude de la Bible et l’histoire, au programme du secondaire », a ajouté Kisch. « Nous allons rétablir ces matières au programme du secondaire et pour le bagrout. »

Au cours de son discours, Shasha-Biton a reproché à Kisch de ne pas écouter ce qu’elle avait à dire. « Vous devriez écouter », a-t-elle dit. « Cela vous ferait gagner beaucoup de temps à l’avenir. » Kisch lui a rétorqué : « Nous vous écoutons depuis un an et demi. »

Le nouveau ministre de l’Éducation Yoav Kisch (à gauche) lors d’une cérémonie de passation de pouvoir avec le ministre sortant Yifat Shasha-Biton, au ministère de l’Éducation à Jérusalem le 1er janvier 2023. (CRédit : Olivier Fitoussil/FLASH90)

Le nouveau gouvernement de Netanyahu a prêté serment jeudi. Le Premier ministre a tenu une réunion de transition relativement courte avec le Premier ministre sortant, Yair Lapid, après la prestation de serment du 37e gouvernement d’Israël, sautant la cérémonie traditionnelle de passation de pouvoirs.

Ni le bureau de Netanyahu ni celui de Lapid n’ont fait de déclaration sur ce dont les deux hommes ont discuté et aucune image d’eux ensemble n’a été diffusée.

Netanyahu avait refusé d’organiser une cérémonie de passation de pouvoirs lorsque l’ancien Premier ministre Naftali Bennett l’avait remplacé en 2021. Bennett a ensuite rendu le poste de Premier ministre à Lapid, conformément à leur accord de coalition.

Deri, qui revient en tant que ministre de l’Intérieur, a également organisé une cérémonie de passation de pouvoirs avec la ministre sortante, Ayelet Shaked. Cette dernière avait reçu le ministère de Deri lors de sa nomination en 2021.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, à gauche, lors de la cérémonie de passation des pouvoirs avec son prédécesseur, Ayelet Shaked, à Jérusalem, le 1er janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)

Le mois dernier, la Knesset a adopté une loi permettant à Deri de devenir ministre malgré sa récente condamnation avec sursis pour des fraudes fiscales.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.