Rechercher

Pays-Bas : Shai Avital, accusé d’abus sexuels, refuse d’être extradé vers Israël

La citoyenneté européenne de Shai Avital pourrait compliquer le processus de retour en Israël ; la demande de la police s'appuie sur deux des 26 plaintes déposées

L'agent israélien, Shai Avital s'entretenant avec la Douzième chaîne. (Crédit : La Douzième chaîne)
L'agent israélien, Shai Avital s'entretenant avec la Douzième chaîne. (Crédit : La Douzième chaîne)

L’extradition de l’agent de mannequins Shai Avital, arrêté jeudi à Amsterdam suite à 26 plaintes déposées contre lui en Israël pour harcèlement sexuel, risque d’être un processus long, le suspect se préparant à une sérieuse bataille juridique.

Selon un reportage de la Treizième chaîne diffusé vendredi, Avital possède un passeport portugais, ce qui fait de lui un citoyen de l’Union européenne. Cela complique les démarches pour le transférer de la garde des autorités des Pays-Bas – un État membre de l’UE – vers Israël.

« Shai Avital se battra pour son innocence. Il n’a pas fui Israël. Il est parti en toute légalité, il clame son innocence et son innocence sera prouvée », a déclaré vendredi la représentante légale d’Avital, Shoshi Gaz.

La demande d’extradition adressée par Israël aux autorités néerlandaises se fonde sur deux des vingt-six plaintes déposées contre lui pour harcèlement sexuel. Toutefois, les responsables de l’application de la loi affirment qu’ils possèdent des preuves solides contre le suspect dans sept incidents, a rapporté le site d’information Ynet.

La police et les procureurs étaient apparemment divisés sur la question de savoir s’il fallait ou non demander aux autorités néerlandaises d’arrêter Avital, qui a été repéré par un officier israélien, à Amsterdam.

Alors que la police craignait que le dossier contre Avital soit encore trop léger et que davantage de preuves soient nécessaires, les procureurs ont insisté pour que la demande d’extradition soit immédiatement déposée auprès des autorités néerlandaises, selon le reportage.

Son arrestation aux Pays-Bas intervient plus d’un an après que la police a émis un premier mandat d’arrêt contre Avital, qui représentait certains des plus grands mannequins du pays.

Illustration : L’agent de mannequins israélien Shai Avital, à droite, posant pour une photo avec des mannequins lors d’un événement sur un toit de Tel Aviv, le 17 septembre 2017 (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90 )

Un mandat d’arrêt d’Interpol a été émis il y a environ trois mois, à la suite d’une opération de renseignement visant à surveiller ses déplacements entre plusieurs pays européens, selon la police.

Il y a un an, Avital vivait en Hongrie et les autorités israéliennes lui ont demandé de rentrer instamment en Israël où il serait placé en détention et interrogé sur les allégations portées contre lui. Bien que ses avocats aient précédemment déclaré qu’il viendrait en Israël s’il était convoqué, il est resté à l’étranger.

Selon le radiodiffuseur public Kan, Avital a également voyagé entre la Turquie, la France, le Portugal et la Belgique lors de son séjour à l’étranger.

Avital était avec des amis lorsqu’il a été remarqué par Yael Reichard, un officier de police israélien en civil en poste aux Pays-Bas, alors qu’il quittait le restaurant Korte Leidsedwarsstraat, à Amsterdam.

Photo illustrative d’Amsterdam, Pays-Bas, le 19 décembre 2011. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Reichard a suivi le suspect sur 160 mètres pour confirmer son identité, puis a contacté la police néerlandaise pour qu’elle procède à son arrestation. Bien qu’Avital n’ait pas résisté, il a été « très surpris d’être embarqué », selon l’un de ses avocats, Me Sharon Nahari.

Avital restera en détention au moins jusqu’à son audience lundi matin après qu’une session du tribunal initialement prévue vendredi après-midi a dû être reportée en raison de l’indisponibilité d’un interprète, a déclaré son avocat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...