Rechercher

Première comparution du tueur de Pittsburgh au tribunal

Selon l'acte d'accusation, Robert Bowers a dit à la police qu'il voulait "que tous les Juifs meurent et qu'ils (les Juifs) étaient en train de commettre un génocide de son peuple"

Photo du permis de conduire de Robert Bowers, meurtrier présumé de la synagogue de Pittsburgh. (DOT de Pennsylvanie)
Photo du permis de conduire de Robert Bowers, meurtrier présumé de la synagogue de Pittsburgh. (DOT de Pennsylvanie)

L’homme accusé d’avoir tué onze personnes samedi matin dans une synagogue de Pittsburgh (Pennsylvanie) a comparu pour la première fois lundi devant un tribunal de la ville, assis dans un fauteuil roulant après avoir été blessé par balle dans un échange de tirs avec la police.

Robert Bowers, 46 ans, vêtu d’un pull bleu, n’a répondu que par l’affirmative, ou par « oui, monsieur », aux questions posées par le juge fédéral lors de cette très brève audience de trois minutes à peine.

Le procureur général Scott Brady a indiqué lors d’une courte déclaration à la presse, tenue dès la fin de cette audience, que la prochaine comparution devant la cour était prévue jeudi à 10 heures.

M. Bowers a été inculpé samedi de 29 chefs d’accusation, dont certains passibles de la peine de mort. Il a tué onze personnes et en a blessé six autres, dont quatre policiers.

Il vivait dans la banlieue sud de Pittsburgh, à moins de trente minutes de route de la synagogue.

Selon son acte d’accusation, il a déclaré à la police qu’il voulait « que tous les Juifs meurent et qu’ils (les Juifs) étaient en train de commettre un génocide de son peuple. »

La fusillade, qui a duré vingt minutes, a commencé quand l’homme a fait irruption dans le bâtiment tôt samedi et a ouvert le feu, armé de deux pistolets Glock et d’un fusil d’assaut semi-automatique AR-15.

A lire : Pourquoi le tueur de Pittsburgh n’est pas poursuivi pour terrorisme

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...