Près de 10 000 policiers se préparent à l’arrivée de 47 délégations en Israël
Rechercher

Près de 10 000 policiers se préparent à l’arrivée de 47 délégations en Israël

De fortes perturbations de circulation sont à prévoir à Jérusalem en raison des 75 ans de la libération du camp d'Auschwitz

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Illustration. Un policier monte la garde à un barrage routier à Jérusalem sur une photographie non datée. (Police d'Israël)
Illustration. Un policier monte la garde à un barrage routier à Jérusalem sur une photographie non datée. (Police d'Israël)

Quelque 10 000 policiers seront déployés à Jérusalem et sur les routes y conduisant cette semaine, alors que 47 délégations de rois, présidents et autres dirigeants du monde entier se rendront en Israël pour marquer le 75e anniversaire de la libération du camp de concentration d’Auschwitz, a fait savoir la police dimanche.

Selon le chef des opérations de police, le commandant Yishai Shalem, le 5e Forum mondial sur la Shoah qui se tiendra jeudi au mémorial et musée de Yad Vashem devrait être l’une des opérations de sécurité les plus importantes et les plus complexes jamais menées par la police israélienne.

Cet événement n’a eu de portée similaire dans le pays qu’à trois autres occasions, qui ont vu plusieurs dirigeants ou dignitaires de haut rang se rendre en Israël : les funérailles d’Yitzhak Rabin et de Shimon Peres et la Conférence présidentielle annuelle, que Shimon Peres envisageait comme un « Davos juif », et qui s’est déroulée de 2009 à 2013.

« Les choses devront être réglées comme du papier à musique », a indiqué M. Shalem.

Les opérations de sécurité – baptisées « Opération Future » – seront menées par la police, avec l’aide de l’unité 730 du service de sécurité Shin Bet, chargée de la protection des hauts fonctionnaires. L’armée israélienne assurera également la sécurité des dirigeants en visite en Cisjordanie, notamment le président russe Vladimir Poutine et le prince Charles du Royaume-Uni, qui doivent tous deux rencontrer le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à l’instar du président français, Emmanuel Macron.

M. Shalem a précisé que la police ne disposait pas de renseignements indiquant que des manifestations à grande échelle, des émeutes ou d’autres perturbations étaient attendues pendant ces visites d’État, mais qu’elle prenait les précautions nécessaires au cas où de tels événements se produiraient.

Selon la Treizième chaîne d’information israélienne, des avertissements ont été envoyés au groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza, Israël menaçant de répondre sévèrement à toute tentative de perturbation du rassemblement, alors que les tensions frontalières ont augmenté ces derniers jours.

A LIRE / AP : Une tribune appelle à perturber le 5e Forum mondial de la Shoah

La police craignait initialement que certaines personnes ne protestent contre la visite de Poutine en raison de l’emprisonnement de l’Américaine d’origine israélienne Naama Issachar en Russie, même si des informations récentes ont fait état d’une possible percée dans les négociations pour obtenir sa libération.

Illustration. La police monte la garde à un barrage routier à Jérusalem sur une photographie non datée. (Police d’Israël)

Les rassemblements devraient causer d’importants problèmes de circulation dans le centre de Jérusalem de mercredi à vendredi et le long de la Route 1 menant à la capitale jeudi matin, alors que Poutine et le vice-président américain Mike Pence se rendront à Jérusalem depuis l’aéroport, ont prévenu les forces de l’ordre.

La police a déclaré qu’elle orienterait les automobilistes vers des itinéraires alternatifs pendant les déplacements des deux responsables, mais encourage les gens à éviter de se rendre dans la capitale à ce moment-là.

« De 9 à 11 heures du matin jeudi, ne prenez pas la voiture pour vous rendre à Jérusalem, sauf si vous y êtes obligé », a ainsi conseillé dimanche soir le commissaire Erez Amar, chef du district central de la police routière.

M. Amar a indiqué que les perturbations pourraient être minimes le long de l’autoroute de la route 1 mercredi, à l’arrivée des autres délégations, mais qu’un arrêt complet n’était pas prévu. Il a également ajouté que l’autoroute ne serait fermée que dans les voies allant de l’aéroport vers la capitale et non dans l’autre sens.

Illustration. Des policiers roulent en moto dans les rues de Jérusalem sur une photo non datée. (Police d’Israël)

Comme la majorité des dignitaires en visite doivent arriver en avion privé, les événements ne devraient pas perturber de manière significative les déplacements à destination et en provenance de l’aéroport international Ben Gurion, a-t-il précisé.

En général, la police appelle les usagers de la route à utiliser l’application de navigation Waze et la ligne téléphonique d’information de la police – disponible en composant le 110 – afin de recevoir des mises à jour sur les fermetures de routes et les changements dans la circulation.

Au total, 47 délégations de dirigeants mondiaux, dont 26 présidents, quatre rois et quatre Premiers ministres, arriveront en Israël cette semaine. La première – celle emmenée par le gouverneur général d’Australie David Hurley – atterrira mardi. La plupart des autres devraient arriver mercredi tout au long de la journée.

La première partie de l’événement – un dîner d’État organisé à la résidence du président – aura lieu mercredi soir et sera diffusée en direct. Une inauguration commémorative – en souvenir de la victoire de l’Union soviétique à Leningrad – aura lieu le jeudi vers 11 heures dans le parc Sacher de Jérusalem, suivie de la cérémonie principale à Yad Vashem le jeudi après-midi.

Parmi les personnalités internationales présentes figureront le vice-président américain Mike Pence, la chef de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi, le président russe Vladimir Poutine, Emmanuel Macron, leur homologue allemand Frank-Walter Steinmeier, le chef de l’État ukrainien Volodymyr Zelensky, le prince Charles du Royaume-Uni, et les dirigeants de Roumanie, d’Italie, d’Autriche, de Grèce, de Chypre, d’Albanie, de Croatie, de Géorgie, de Bulgarie, de Suède, du Danemark, de République tchèque, d’Hongrie, de Finlande, de Bosnie, d’Islande, d’Arménie, d’Australie, du Canada et d’autres pays.

Nombre d’entre eux séjourneront à l’hôtel King David au centre-ville de Jérusalem. La police a déjà prévenu les résidents que les déplacements et événements dans la capitale perturberont probablement la circulation pendant 5 jours, du 20 au 24 janvier.

Vue de la rue King David dans le centre-ville de Jérusalem, le 29 octobre 2010. (Abir Sultan/Flash 90/File)

En outre, les rues entre ces hôtels et la résidence du président, le Sacher Park et Yad Vashem seront fermées à différents endroits pendant la nuit de mercredi à jeudi. Les horaires spécifiques de ces fermetures sont susceptibles d’être modifiés.

La sortie du quartier de Har Homa devrait également être fermée le jeudi après-midi et le soir, selon la police.

Pendant cette période, les habitants de Jérusalem sont encouragés à utiliser les transports publics, en particulier le tramway, autant que possible afin de limiter la circulation, a indiqué le commissaire Erez Tavor de la police du district de Jérusalem.

Mike Pence au mur Occidental, le 23 janvier 2018. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

Les compagnies de bus opérant dans la capitale ont également été informées des fermetures de routes prévues et ont mis à jour leurs itinéraires en conséquence, a ajouté M. Tavor.

Après les événements officiels de commémoration de la Shoah, Mike Pence a prévu de visiter le mur Occidental jeudi après-midi, avant de quitter Israël à la première heure vendredi matin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...