Raphaël Enthoven : la kippa soulève un questionnement universel
Rechercher

Raphaël Enthoven : la kippa soulève un questionnement universel

"Enlever la kippa maintenant, c’est prendre le risque de l’enlever pour toujours," explique le philosophe

Raphael Enthoven dans l'ex-matinale de Thomas Sotto (Crédit : Capture d'écran : Europe 1)
Raphael Enthoven dans l'ex-matinale de Thomas Sotto (Crédit : Capture d'écran : Europe 1)

Le débat sur le port de la kippa continue en France après les déclarations controversées du président du consistoire de Marseille à la suite d’une agression antisémite dans la cité phocéenne.

Zvi Ammar, a vivement incité mardi les juifs de la ville à ne plus porter la kippa dans la rue, par mesure de précaution.

Raphaël Enthoven est intervenue ce matin sur Europe 1 à ce propos.

« Le grand rabbin de France a, à mon sens, raison (sans juger ceux qui l’enlève) de s’opposer au retrait de la kippa. Nul ne doit, ou nul ne devrait, en République se cacher d’être juif,» explique le philosophe.

Zvi Ammar avait déclaré qu’il fallait enlevé la kippa en attendant des jours meilleurs. Selon Raphaël Enthoven « il n’y aura jamais de jours meilleurs. Jamais l’humanité sera débarrassée de ces démons, pour qu’un juif puisse porter la kippa sans prendre un risque. »

Alarmiste le philosophe explique « qu’enlever la kippa maintenant, c’est prendre le risque de l’enlever pour toujours ».

Raphaël Enthoven revient également sur l’initiative du grand rabbin de France qui a invité tous les hommes à porter la kippa au vélodrome pour un match de l’Olympique marseillais.

« Si on demande à tous les hommes de porter une kippa, parce qu’un homme qui portait une kippa s’est fait agressé à ce titre, on ne peut rien répondre à l’homme de mauvaise foi qui demande à toutes les femmes de porter le voile islamique le jour ou l’une d’entre elles se fait agresser à ce titre. »

Pour le philosophe il s’agit d’un problème universel et non le problème d’une seule communauté.

« Quant un juif est attaqué, c’est toujours qu’au bout du compte, tout le monde est sur la liste. »

Ce n’est pas seulement l’enseignement juif qui a été agressé à Marseille, « c’est le droit universel d’être et de montrer ce qu’on est, qui est remis en cause. »

Le philosophe tient à faire une distinction. Pour ce dernier, la kippa n’est pas seulement un signe religieux mais un signe distinctif en règle général au même titre que n’importe quel vêtement.

« Toute personne attachée légitimement au spectacle de son identité est la victime possible de ce genre d’agresseur et c’est aussi en cela que nous pouvons dire que nous sommes tous juifs ».

En conclusion Raphael Enthoven cite Jean-Paul Sartre. « Pas un Français, ne sera en sécurité tant qu’un juif en France et dans le monde entier, pourra craindre pour sa vie. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...