Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

Retour de 10 otages israéliens et 2 otages thaïlandais après 53 jours à Gaza

8 femmes, une adolescente et sa mère libérées ; la plupart ont été enlevés au kibboutz Nir Oz ; Des terroristes armés et masqués du Hamas et du Jihad islamique organisent un transfert grandiose à la Croix-Rouge

Les otages israéliennes libérées le 28 novembre 2023 : en haut, de gauche à droite : Ditza Heiman, Tamar Metzger, Noralin Babadila Agojo, Ada Sagi, Meirav Tal ; en bas : Rimon Kirsht, Ofelia Roitman, Gabriela Leimberg et sa fille Mia, Clara Marman. (Autorisation ; image combinée : Times of Israel)
Les otages israéliennes libérées le 28 novembre 2023 : en haut, de gauche à droite : Ditza Heiman, Tamar Metzger, Noralin Babadila Agojo, Ada Sagi, Meirav Tal ; en bas : Rimon Kirsht, Ofelia Roitman, Gabriela Leimberg et sa fille Mia, Clara Marman. (Autorisation ; image combinée : Times of Israel)

Neuf femmes israéliennes et une jeune fille de 17 ans ont été libérées par le Hamas, mardi soir, après 53 jours de captivité à Gaza, dans le cadre de l’accord de trêve prorogé avec le groupe terroriste palestinien qui devrait durer au moins jusqu’à mercredi, date à laquelle une dizaine d’autres otages devraient être libérés.

Le Hamas a également libéré mardi deux ressortissants thaïlandais en vertu d’un autre accord.

La libération de huit femmes israéliennes, dont six personnes âgées, et d’une mère et de sa fille adolescente, mardi, a eu lieu quelques heures après ce qui semble avoir été une violation de la trêve, aujourd’hui à son cinquième jour, lorsque des soldats israéliens ont été pris pour cible, dans le nord de Gaza, par des explosifs et des tirs du Hamas. Des soldats ont été légèrement blessés.

Les otages ont été remis par le Hamas et le Jihad islamique palestinien à la Croix-Rouge à Gaza, mardi soir, avant d’arriver en Israël par le point de passage de Kerem Shalom – pour leur éviter un transfert en Égypte – comme lors des deux derniers jours.

Ils ont été conduits dans des hôpitaux, en Israël, pour y être soignés et surveillés, avant de retrouver leurs proches.

Le Hamas a diffusé des images de la remise des otages dans lesquelles on peut voir les femmes marcher, entourées de terroristes armés et masqués. L’une de ces otages, Ditza Heiman, 84 ans, en fauteuil roulant, a dû être assistée par le personnel médical pour monter à bord de l’ambulance de la Croix-Rouge. Cette remise des otages à Rafah, dans le sud de Gaza, brillamment éclairée et filmée par plusieurs caméras, a été mise en scène par les terroristes devant une foule nombreuse.

Les premières images des ex-otages ont été celles de Mia Leimberg, 17 ans, avec son chien Bella dans les bras. L’adolescente avait été, un temps, donnée pour morte lors de l’assaut du 7 octobre.

Ce jour-là, des milliers de terroristes dirigés par le Hamas ont tué 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et fait 240 otages, dont une quarantaine d’enfants.

Mia Leimberg, 17 ans, alors qu’elle est transférée à la Croix-Rouge dans le cadre d’un accord d’otages entre Israël et le Hamas, à Gaza, le 28 novembre 2023. (Capture d’écran)

Le plus jeune des neuf enfants otages restants est Kfir Bibas, qui n’avait que neuf mois lorsqu’il a été enlevé avec ses parents et son frère Ariel, âgé de quatre ans, dans le kibboutz Nir Oz, le 7 octobre dernier. La tante du bébé, Ofri Bibas, a plaidé mardi pour la libération au plus vite de ses proches.

L’armée israélienne a expliqué lundi que la famille Bibas avait été remise par le Hamas à un autre groupe terroriste palestinien de Gaza, ce qui amoindrit l’espoir d’une libération au titre de la trêve actuelle.

Ofri Bibas Levy, sœur de Yarden Bibas, otage à Gaza avec sa femme, Shiri et ses deux enfants, Kfir et Ariel, s’adresse aux médias, à Genève, en Suisse, le 14 novembre 2023. (Crédit : Salvatore Di Nolfi/Keystone via AP, fichier)

La plupart des otages libérés mardi ont été enlevés le 7 octobre dans le kibboutz Nir Oz, l’un des plus dévastés parmi la vingtaine de communautés du sud d’Israël attaquées ce jour-là. Près de la moitié des 400 habitants du kibboutz ont été tués ou enlevés, selon un décompte du New York Times.

A l’instar des précédentes libérations, la plupart des otages relâchés mardi par Gaza laissent derrière eux conjoints et autres proches.

Ditza Heiman, du kibboutz Nir Oz, mère de quatre enfants, belle-mère de trois enfants, grand-mère de 20 enfants et arrière-grand-mère de cinq petits-enfants, vivait seule dans le kibboutz et se trouvait dans la pièce sécurisée de sa maison, le matin du 7 octobre.

Elle a parlé à ses proches, ce matin-là, expliquait son beau-fils Amichai Shdaimah au Times of Israël le mois dernier, peu de temps après son enlèvement. Il avait précisé que ses proches avaient eu de ses nouvelles jusqu’à 10 heures du matin. Vers 16 heures, une personne avait répondu à son téléphone en arabe.

Ditza Heiman, 84 ans, dans sa cuisine du kibboutz Nir Oz. (Autorisation)

Tamar (Tami) Metzger, 78 ans, du kibboutz Nir Oz, a également été libérée mardi. Son mari, Yoram Metzger, 80 ans, est toujours otage à Gaza.

Le couple, qui a trois enfants et sept petits-enfants, s’était réfugié dans sa pièce sécurisée. Il a donné des nouvelles jusqu’à 8 h 50, le 7 octobre. Lorsque leurs proches ont pu entrer dans la maison, il n’y avait aucun signe de lutte au-delà du saccage opéré par les terroristes.

Tami Metzger a été prise en otage par des terroristes du Hamas dans son kibboutz de Nir Oz, le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Ada Sagi, 75 ans, du kibboutz Nir Oz, elle aussi libérée mardi, était portée disparue depuis 53 jours.

Sagi est née à Tel Aviv en 1948, de parents survivants de la Shoah originaires de Pologne. Elle-même mère de trois enfants, elle a appris l’arabe pour se lier d’amitié avec ses voisins et l’a ensuite enseigné à d’autres afin d’améliorer la communication avec les Palestiniens qui vivent à la frontière sud-est de la bande de Gaza.

Son fils Noam Sagi, qui vit à Londres, lui a parlé pour la dernière fois à 9 h 20, le 7 octobre. Elle lui a dit avoir entendu des voix parler en arabe devant chez elle et se rendre dans sa pièce sécurisée.

Noam Sagi a été l’un des leaders de la campagne britannique de sensibilisation à la situation des otages israéliens, aux côtés de Sharone Lifshitz, fille de Yocheved Lifshitz, 85 ans, libérée avec une autre Israélienne âgée, Nurit Cooper, 79 ans, il y a de cela maintenant plus d’un mois.

Ada Sagi a été prise en otage du kibboutz Nir Oz par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Noralin Babadila Agojo, également connue sous le nom de Nora ou Natalie, 60 ans, a été enlevée du kibboutz Nirim le 7 octobre, lorsque des terroristes ont envahi la communauté et tué son mari israélien, Gideon Babani.

Le couple vivait dans la ville centrale de Yehud et rendait ce jour-là visite à des amis au kibboutz pour célébrer les 70 ans de la communauté agricole du sud.

Noralin Agojo a été capturée par des terroristes du Hamas dans le kibboutz Nirim le 7 octobre 2023 (Crédit : Autorisation)

Autre habitante du kibboutz Nirim, Rimon Kirsht Buchshtav, 36 ans, apparue dans une vidéo de propagande du Hamas aux côtés d’une autre otage, libérée depuis, a également été libérée mardi.

Son mari, Yaguev Buchshtav, 34 ans, est lui ,toujours otage à Gaza. Le couple, qui s’était connu au lycée et retrouvé des années plus tard, s’est uni par les liens du mariage en 2021.

Ils avaient trouvé refuge dans la pièce sécurisée de leur maison de Nirim, le matin du 7 octobre. Rimon a envoyé un texto à ses proches pour leur dire qu’elle avait entendu des tirs et vu des terroristes tirer « partout ». Elle a ensuite envoyé à sa mère un dernier message vocal – les parents de Rimon étaient également hébergés dans une communauté voisine – « Je t’aime, maman. Je suis vraiment désolé de ne pas pouvoir être là avec vous. Je t’aime. »

Rimon Kirsht Buchshtav a été enlevée par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 au kibboutz Nirim. Elle a été libérée le 28 novembre 2023. (Autorisation)

Il y avait des signes de lutte dans la pièce sécurisée du couple, ainsi que du sang et des impacts de balles.

Prises en otage avec deux autres membres de la famille du kibboutz Nir Yitzhak, le 7 octobre, l’adolescente Mia Leimberg, 17 ans, sa mère, Gabriela Leimberg, 59 ans, et une de leurs proches, Clara Marman, 62 ans, ont été libérées mardi.

Dans le sens des aiguilles d’une montre : Clara Marman, Gabriela Leimberg et Mia Leimberg, kidnappées par le Hamas au kibboutz Nir Yitzhak le 7 octobre 2023, et libérées le 28 novembre 2023. (Autorisation)

Leimberg et sa mère, qui vivent à Jérusalem, rendaient visite à la tante de l’adolescente, Marman, et à son conjoint Norberto Louis Har, 70 ans, avec un autre frère et sœur, Fernando Marman, 60 ans, au kibboutz ce week-end-là. Ils se sont cachés ensemble dans la pièce sécurisée des Marman, dont ils ont tenté de garder la lourde porte fermée par une chaise. Les frères et sœurs Marman ont tous immigré en Israël depuis l’Argentine.

Har et Fernando Marman sont toujours otages à Gaza.

Har a été en contact avec sa fille par SMS le matin de l’attaque. « Ils sont là », a-t-il écrit. « Il y a du bruit dans la maison, j’espère que tout ira bien, des baisers. »

« Où est l’armée ? » a répondu sa fille. Après le dernier message de Har à 11 h 04, elle a continué à écrire frénétiquement, sans plus de réponse.

Cinq membres d’une famille élargie, Clara Marman, 62 ans, son compagnon Louis Har, et ses frères et sœurs, Fernando Marman, Gabriela Leimberg et la fille de Gabriela, Mia Lemberg, tous portés disparus du kibboutz Nir Yitzhak depuis le 7 octobre 2023, date à laquelle les terroristes du Hamas ont apparemment enlevé toute la famille. (Autorisation)

Une autre olé argentine libérée mardi, Ofelia Roitman, 77 ans, était portée disparue depuis le matin du 7 octobre. Elle vit au kibboutz Nir Oz depuis 38 ans.

Roitman a été en contact avec ses proches aux premières heures du matin, leur racontant ce qui se passait au kibboutz, alors que des hommes armés envahissaient les maisons et la communauté, tuant, agressant et kidnappant des dizaines de personnes.

À 9 h 37, la famille a reçu un dernier texto de Roitman : « S’il vous plaît, envoyez de l’aide, les Palestiniens sont là ». Quelques heures plus tard, des soldats israéliens se rendaient dans sa maison, sans toutefois la trouver ni relever de traces de lutte.

Ofelia Roitman, 77 ans, est présumée captive de sa maison du kibboutz Nir Oz le 7 octobre 2023, après l’attaque de la communauté par des terroristes du Hamas. (Autorisation)

Meirav Tal, 54 ans, du kibboutz Nir Oz, a également été libérée mardi. Elle avait été enlevée en même temps que son partenaire, Yair Yaakov, 59 ans, père des frères Or Yaakov, 16 ans, et Yagil Yaakov, 13 ans, libérés lundi avec neuf autres otages.

Tal a été entendue pour la dernière fois à 9 h 20, le 7 octobre, dans un message vocal envoyé au frère de son conjoint, Yaniv Yaakov, l’informant que des terroristes étaient entrés chez eux. Yaïr Yaakov a tenté de maintenir la porte de la pièce sécurisée fermée, pour repousser les assaillants. Cela a été leur dernier échange.

Meirav Tal, à gauche, et Yair Yaakov, enlevés au kibboutz Nir Oz, le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Mardi toujours, la famille de Ravid Katz, présumé otage depuis le 7 octobre, a annoncé avoir été informée qu’il avait été tué dans l’attaque et que son corps avait été identifié.

Katz était le frère de Doron Katz-Asher, libérée la semaine dernière avec ses filles Raz, 5 ans, et Aviv, 2 ans.

« Ravid vivait au kibboutz Nir Oz : il était enseignant. C’était un homme de la belle Terre d’Israël, un père merveilleux pour Shahar, Shira et la petite Alma, six mois, et le conjoint de Revital. Nous ne l’oublierons pas », a déclaré son beau-frère Yoni Asher dans un communiqué.

Prorogation de l’actuel accord de trêve

Entre vendredi et lundi, date à laquelle la trêve devait expirer, le Hamas a libéré 50 otages israéliens – 30 enfants et 20 femmes israéliennes, dont 10 mères d’enfants libérés – enlevés par le Hamas lors de son offensive du 7 octobre. Il a également libéré un Israélien et un Russe en signe de reconnaissance envers Moscou, et 18 ressortissants étrangers – 17 Thaïlandais et un Philippin – dans le cadre d’un autre accord négocié par l’Iran.

En contrepartie, Israël a libéré 150 femmes et mineurs palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël.

L’accord initial stipulait que le cessez-le-feu pourrait être prorogé de plusieurs jours – jusqu’à 10, les quatre premiers jours compris – si le Hamas libérait au moins 10 otages de plus chaque jour et Israël, davantage de détenus de sécurité, à raison de trois prisonniers pour chaque otage.

Après la libération de 10 nouveaux otages mardi, le Hamas devrait libérer 10 otages israéliens de plus mercredi et Israël, 60 prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël – femmes et mineurs – dans le cadre de cette prorogation de deux jours.

Le chef du Mossad, David Barnea, se trouvait à Doha, mardi, pour des pourparlers avec des responsables qataris, médiateurs de l’accord avec le Hamas, sur la situation des otages. Son déplacement pourrait permettre de jeter les bases de futurs accords concernant les otages exclus de l’accord actuel, comme les hommes et peut-être les soldats.

Avant l’entrée en vigueur de l’accord de libération de 50 otages israéliens et la prorogation qui a suivi, le Hamas avait libéré le mois dernier quatre otages – deux femmes âgées ainsi qu’une mère et sa fille américano-israéliennes –, et exécuté deux otages, le caporal Noa Marciano, 19 ans, et Yehudit Weiss, 65 ans.

L’armée israélienne a sauvé un otage, le soldat Ori Megidish, fin octobre, lors d’opérations dans le nord de Gaza.

Israël a annoncé son intention de reprendre avec force son offensive à Gaza, pour éradiquer le Hamas, à l’issue de la trêve.

Tal Schneider et Emanuel Fabian ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.