Sanders n’a pas d’avis sur les questions de frontières dans le conflit israélo-palestinien
Rechercher

Sanders n’a pas d’avis sur les questions de frontières dans le conflit israélo-palestinien

Le candidat démocrate, qui a suggéré lundi qu’Israël avait tué plus de 10 000 innocents, puis accepté qu’il avait tort, affirme maintenant que l’ONU dit “plus de 2 000 civils tués” ; le chiffre de l’ONU est de 1 423 ; Israël affirme que le vrai nombre est inférieur

Le sénateur du Vermont Bernie Sanders, candidat à l'investiture du parti démocrate pour l'élection présidentielle . (Crédit : Facebook)
Le sénateur du Vermont Bernie Sanders, candidat à l'investiture du parti démocrate pour l'élection présidentielle . (Crédit : Facebook)

Un jour après avoir reconnu que ses chiffres étaient faux quand il suggérait qu’Israël avait tué plus de 10 000 civils palestiniens pendant la guerre de 2014 contre le Hamas, le candidat démocrate à la présidentielle Bernie Sanders a à nouveau cité un chiffre faux et gonflé le nombre de civils morts lors d’un entretien à la télévision américaine.

Jeudi, Sanders et son équipe de campagne avaient tardivement reconnu que le chiffre de 10 000 qu’il avait cité deux fois pendant un entretien avec le New York Daily News était faux – en fait, environ sept fois plus important que le chiffre cité par les Nations unies et le Hamas, qui dirige la bande de Gaza.

Selon la ligue anti-diffamation (ADL), Sanders avait déclaré à son PDG, Jonathan Greenblatt, qu’il avait accepté la correction fournie au cours de l’entretien, et qu’il ferait dorénavant « tous les efforts pour mettre les choses au clair. »

S’exprimant sur MSNBC vendredi matin, Sanders a cependant cité un nouveau chiffre erroné, bien que bien moins amplifié cette fois. Reconnaissant qu’il ne connaissait pas « le nombre exact » au moment où il s’entretenait avec le New York Daily News, Sanders a déclaré que « selon les Nations unies, plus de 2 000 civils ont été tués » pendant la guerre, et a répété ces affirmations de « disproportion » des actions militaires israéliennes.

En fait, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU place le nombre de civils morts à Gaza pendant la guerre de 2014 à 1 423, alors que les dirigeants terroristes de Gaza, le Hamas, citent un nombre similaire, à 1 462.

Israël a affirmé que le nombre de morts civils était probablement plus bas, puisque le Hamas combat sans uniforme dans certains cas et a également intérêt à faire passer les hommes armés décédés pour des civils. Israël a également souligné que le Hamas plaçait délibérément les civils de Gaza en danger, en positionnant des lanceurs de roquettes et des ouvertures de tunnels terroristes dans les zones civiles.

Le nombre total de morts à Gaza – combattants et non combattants – était de 2 205, selon l’ONU. Ce chiffre est probablement la source de la confusion de Sanders.

Pendant son entretien avec MSNBC vendredi, Sanders a reconnu que le Hamas avait amassé des armes, mais n’a pas parlé des milliers de roquettes tirées sur Israël pendant la guerre, ou de l’utilisation des tunnels terroristes creusés sous la frontière.

« Israël a le droit de se protéger du terrorisme. L’idée qu’à Gaza, armes, missiles et bombes sont créés est évidemment inacceptable, a déclaré Sanders sur MSNBC. Est-ce que je pense qu’Israël a réagi de manière disproportionnée ? Oui. Dans le même entretien [avec le New York Daily News], je ne connaissais pas le nombre exact, mais il se trouve que, selon l’ONU, plus de 2 000 civils ont été tués, et environ 10 000 personnes ont été blessées. Je pense que c’est, vous savez, compréhensible qu’il y ait une guerre, je pense que c’était une réaction disproportionnée. »

Sanders a également souligné le droit « primordial » d’Israël à vivre en paix et en sécurité mais a déclaré qu’Israël devait reconnaître la « situation douloureuse des Palestiniens ».

Il a déclaré que la situation actuelle à Gaza était « déplorable » dans une zone qui avait été « annihilée ». Une solution à deux États est nécessaire, a-t-il déclaré. Interrogé sur ses positions spécifiques sur le compromis territorial relatif aux lignes pré-1967 en Cisjordanie, il a déclaré qu’il n’en avait « pas à ce moment ».

Jeudi, trois jours après la publication par le New York Daily News d’une transcription écrite et sonore de l’entretien de sa rédaction avec Sanders, pendant lequel le candidat démocrate a déclaré deux fois qu’il pensait qu’Israël avait tué « plus de 10 000 » civils palestiniens innocents pendant la guerre de 2014 à Gaza, le sénateur avait déclaré à l’ADL que ses chiffres étaient faux, et souligné qu’il avait accepté une correction au cours de l’entretien, et aurait ajouté qu’il ferait « tous les efforts pour mettre les choses au clair ».

Son équipe de campagne avait pendant ce temps publié un communiqué déclarant que ses mots avaient été « déformés », affirmant que le sénateur avait confondu le nombre de morts avec le nombre total de victimes, et confirmant qu’il avait accepté un nombre corrigé pendant l’entretien.

Alors que l’ADL avait accueilli son retrait, une autre organisation juive américaine importante, le comité juif américain (AJC), avait déclaré que sa clarification n’allait pas assez loin, et qu’il devait toujours retirer ses affirmations « piquantes et injustes » sur la guerre « aveugle » menée par Israël à Gaza en 2014.

« Le sénateur Sanders, en qualifiant à plusieurs reprises les actions d’Israël à Gaza d’ ‘aveugles’, a levé des accusations sérieuses contre Israël, a déclaré le PDG de l’AJC, David Harris. Cette accusation va à l’encontre de tout ce que nous savons – et dont des dirigeants militaires du monde entier ont témoigné – sur le soin extraordinaire d’Israël dans son combat contre les terroristes infiltrés au sein des populations civiles. »

La fausse représentation de la guerre de Gaza par Sanders a été fustigée par l’ancien ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis, le député Michael Oren, qui a parlé jeudi de « diffamation sanguinaire ».

Michael Oren (photo credit: Wikimedia Commons CC-BY-Anne Mandlebaum)
Michael Oren (Crédit : Wikimedia Commons CC-BY-Anne Mandlebaum)

Oren a demandé des excuses à Sanders pour sa fausse représentation de ce qui est arrivé à Gaza, y compris l’accusation de Sanders qu’Israël a bombardé des hôpitaux pendant une campagne militaire aveugle.

« Tout d’abord, il devrait connaître les faits correctement. Ensuite, il doit des excuses à Israël, a déclaré Oren dans un entretien. Il nous a accusés de meurtre rituel. Il nous a accusés de bombarder des hôpitaux. Il nous a accusés d’avoir tué 10 000 civils palestiniens. Ne pensez-vous pas que cela mérite une excuse ? »

« Il n’a pas mentionné les plusieurs milliers de roquettes que le Hamas a tirées sur nous, a continué Oren. Il n’a pas mentionné le fait que le Hamas se cache derrière les civils. Il n’a pas mentionné le fait que nous nous sommes retirés de Gaza pour donner une chance aux Palestiniens d’expérimenter un Etat, et qu’ils l’ont transformé en expérience du terrorisme. Il ne mentionne rien de cela. Cela, pour moi, est diffamatoire. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...