Rechercher

Shaked fera « tout » pour empêcher l’évacuation de l’avant-poste illégal de Homesh

Le projet de loi de l'opposition visant à permettre aux Israéliens de retourner dans les implantations évacuées échoue un jour avant que la réponse prévue de la Haute Cour

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

La ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked et le Premier ministre Naftali Bennett à la Knesset, le 11 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked et le Premier ministre Naftali Bennett à la Knesset, le 11 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked, a déclaré mercredi qu’elle fera tout pour essayer d’empêcher l’évacuation complète de l’avant-poste illégal de Cisjordanie, Homesh, même si ses partenaires de coalition ont juré de faire passer cette mesure.

« Nous ferons tout pour que Homesh ne soit pas évacué. L’existence continue de la yeshiva là-bas est symbolique et significative », a déclaré Mme Shaked lors de la conférence des dirigeants du Gush Etzion qui s’est tenue au kibboutz Lavi.

« Cette yeshiva a été évacuée à de nombreuses reprises. Cela doit cesser et les étudiants de la yeshiva doivent être autorisés à étudier », a poursuivi la ministre de l’Intérieur.

L’évacuation de Homesh risque d’être le prochain test de la coalition chancelante, dont nombre de ses membres de droite soutiennent idéologiquement l’avant-poste aussi fermement que ses membres de gauche et arabes le rejettent.

Les déclarations de Shaked s’écartent de celles des autres dirigeants de la coalition concernant l’avant-poste litigieux, y compris celles du Premier ministre et du ministre de la Défense.

Evoquant la loi, le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré mardi à une foule réunie au séminaire Lindenbaum à Jérusalem que la construction à Homesh est à ce jour « illégale ».

Des personnes marchent près du château d’eau sur les ruines de Homesh, le 27 août 2019. (Crédit : Hillel Meir/Flash90)

« Il existe une loi qui stipule que la construction dans les localités qui faisaient partie du plan de désengagement est illégale », a déclaré Bennett.

Dans la déclaration la plus ferme exprimée par le gouvernement à ce sujet, le ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré qu’il évacuera Homesh conformément à la loi, sans préciser de date

« Homesh sera évacué », a déclaré Gantz lundi à l’ouverture de la réunion de sa faction Kakhol lavan. « La loi israélienne l’exige ».

À la fin de cette semaine, le gouvernement doit soumettre sa réponse à la procédure en cours devant la Haute Cour de justice concernant l’évacuation de Homesh.

Gantz aurait participé à une série de réunions mercredi pour clarifier la manière de structurer la réponse du gouvernement.

Homesh était à l’origine l’une des quatre implantations juives du nord de la Samarie, en Cisjordanie, incluses dans le plan de désengagement de 2005, qui visait principalement à évacuer les implantations juives de la bande de Gaza.

Mercredi, l’opposition a tenté d’augmenter la pression sur la coalition au sujet de Homesh en réintroduisant un projet de loi controversé qui abrogerait l’interdiction actuelle pour les citoyens israéliens de se rendre dans les zones évacuées dans le cadre du plan de désengagement.

Dirigé par Yuli Edelstein, député du Likud et opposant de longue date au désengagement, cet effort est la dernière version d’un projet de loi qu’Edelstein a poussé pendant des années, dont plus récemment en mai 2021.

Le vote a échoué par un vote de 49-61, Bennett et Gantz ayant voté contre.

Depuis son évacuation, Homesh est devenu un symbole de lutte pour le mouvement des habitants des implantations et un élément de friction pour les communautés palestiniennes locales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...