Rechercher

Suite à l’incursion d’un drone, Gantz réitère sa menace contre le Hezbollah

Le ministre de la Défense a suggéré qu'une "facture avec un taux d'intérêt élevé " atterrirait sur le pas de la porte de Nasrallah s'il décidait de poursuivre ses opérations

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le ministre de la Défense Benny Gantz à l'Academic and Technology College de Tel-Hai, dans le nord d'Israël, le 23 février 2022. (Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Benny Gantz à l'Academic and Technology College de Tel-Hai, dans le nord d'Israël, le 23 février 2022. (Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a menacé mercredi le groupe terroriste libanais Hezbollah, déclarant que les tentatives de faire les comptes avec Israël entraîneraient une facture à « taux d’intérêt élevé. »

« Je suggère à [Hassan] Nasrallah, chef du Hezbollah, de ne pas faire de comptes avec Israël. Parce qu’une facture risque d’être envoyée à Nasrallah, à l’État libanais et à ses citoyens… et elle sera servie avec des intérêts, des intérêts élevés », a déclaré M. Gantz lors d’une commémoration pour un commandant de parachutistes tué au Liban en 1999.

Ses remarques – adressées depuis le collège de Tel-Hai, près de la frontière libanaise – interviennent après que le groupe terroriste soutenu par l’Iran a revendiqué la responsabilité du lancement d’un petit drone, apparemment destiné à la reconnaissance, qui a pénétré le territoire israélien depuis le Liban vendredi, et a apparemment déjoué les tentatives israéliennes d’interception.

En guise de réponse, deux avions de chasse israéliens ont survolé la capitale libanaise depuis la mer Méditerranée avant de repartir quelques minutes plus tard.

Les internautes libanais ont affirmé avoir vu des avions israéliens survoler le quartier de Dahiya à Beyrouth, un bastion du Hezbollah, et déclencher délibérément des bangs soniques.

Il n’y a pas eu de confirmation ou de réponse immédiate du groupe terroriste, mais Nasrallah a déjà promis dans le passé de « nettoyer l’espace aérien libanais des violations israéliennes ».

Le leader du Hezbollah Hassan Nasrallah parle en visioconférence pendant une cérémonie marquant le deuxième anniversaire de l’assassinat du chef des forces al-Quds iraniennes, le général Qassem Soleimani, dans la banlieue de Daliyeh, au sud du Liban, le 3 janvier 2022. (Crédit : AP Photo/Bilal Hussein)

Le Liban et Israël sont techniquement en état de guerre, et la frontière fortement gardée est régulièrement franchie par des drones des deux côtés.

Le Liban se plaint régulièrement des drones de surveillance israéliens qui envahissent son espace aérien, mais l’armée israélienne soutient que ces incursions sont nécessaires pour surveiller les activités du Hezbollah, que le gouvernement libanais est censé contrôler.

« Même aujourd’hui, tout comme pendant la période où feu Eitan [Belhassan] est tombé, cette même organisation terroriste, le Hezbollah, continue de se renforcer », a déclaré Gantz.

« C’est le Liban et ses citoyens qui paient… le prix des politiques terroristes du Hezbollah. Israël continue et continuera à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la paix et la sécurité de ses citoyens », a-t-il dit

« Nous avons des solutions pour les défis et des plans pour les menaces », a ajouté Gantz.

La semaine dernière, Nasrallah a affirmé que son groupe soutenu par l’Iran avait commencé à fabriquer ses propres drones. « Nous produisons des drones au Liban depuis longtemps, et si quiconque veut les acheter – qu’il passe une commande », a-t-il déclaré.

Des personnes marchant près d’une réplique de drone dans un musée de guerre géré par le Hezbollah dans le village de Mlita, au sud du Liban, le 19 février 2022. (AP Photo/Mohammed Zaatari)

Lors de son discours de mercredi, Gantz a également averti que si un projet de loi controversé de Tsahal ne passe pas deux lectures supplémentaires à la Knesset,  » notre capacité à contrer les défis sécuritaires auxquels nous sommes confrontés sera gravement endommagée et, à long terme, la supériorité d’Israël en matière de sécurité en souffrira ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...