Téléphérique de Jérusalem : des architectes contestent la légalité du projet
Rechercher

Téléphérique de Jérusalem : des architectes contestent la légalité du projet

L'Autorité de la Nature et des Parcs se prépare à discuter du plan dimanche mais deux organismes professionnels appellent à l'arrêt du projet

Esquisse d'un téléphérique traversant la vallée de Hinnom à Jérusalem jusqu'au Mont Sion d'après une vidéo promotionnelle téléchargée sur YouTube.
Esquisse d'un téléphérique traversant la vallée de Hinnom à Jérusalem jusqu'au Mont Sion d'après une vidéo promotionnelle téléchargée sur YouTube.

Deux organisations nationales israéliennes qui s’occupent de planification et de construction ont publié des critiques cinglantes au sujet du projet controversé de téléphérique proche des remparts de la Vieille Ville de Jérusalem.

Dans des déclarations publiées jeudi, l’Association des architectes et urbanistes d’Israël et le Conseil pour la préservation des sites du patrimoine ont critiqué les plans, qui doivent être discutés dimanche par le conseil décisionnel de l’Autorité de la Nature et des Parcs.

Comme le tracé proposé pour le téléphérique traverse le parc national qui entoure la Vieille Ville, le conseil a le pouvoir d’annuler le projet.

Le téléphérique, une initiative du ministère du Tourisme et de l’Autorité de développement de Jérusalem (JDA)- l’agence conjointe du gouvernement israélien et de la municipalité de Jérusalem – emmènerait les visiteurs du complexe culturel de l’Ancienne gare au sud du centre-ville à la Porte des Maghrébins – appelée aussi « Porte des Immondices » – dans la Vieille Ville en moins de cinq minutes.

Le téléphérique, dont la mise en service est prévue pour 2021, est conçu pour transporter jusqu’à 3 000 personnes par heure dans 72 cabines de dix personnes, le long d’une ligne soutenue par 15 pylônes.

Lors d’une réunion publique, certains orateurs ont exprimé des doutes sur le fait que les Juifs ultra-orthodoxes qui vivent principalement dans le nord de Jérusalem aillent jusqu’au sud de la ville pour prendre le tramway qui mène au mur Occidental.

D’autres ont estimé qu’il était peu probable que les Palestiniens utilisent ce nouveau moyen de transport en raison de son lien avec la Fondation de la Ville de David.

Le conseil de 22 membres de l’Autorité de la Nature et des Parcs qui doit discuter du projet dimanche sera composé de cinq représentants du gouvernement, quatre représentants des autorités locales, six d’institutions scientifiques et publiques, trois représentants du public et un émissaire de l’Autorité foncière israélienne, de l’Autorité israélienne des Antiquités, du Keren Kayemeth LeIsrael (KKL) et de l’Autorité de la Nature et des Parcs elle-même.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...