Trump vante ses « efforts » dans la lutte contre l’antisémitisme
Rechercher

Trump vante ses « efforts » dans la lutte contre l’antisémitisme

À la veille de Yom HaShoah, le président américain a déclaré que les Juifs américains sont toujours persécutés, et a évoqué son décret sur l'antisémitisme signé en décembre

Le président américain Donald Trump au musée du mémorial de l'Holocauste de Yad Vashem, à Jérusalem, le 23 mai 2017. (Crédit : Gali Tibbon/AFP)
Le président américain Donald Trump au musée du mémorial de l'Holocauste de Yad Vashem, à Jérusalem, le 23 mai 2017. (Crédit : Gali Tibbon/AFP)

JTA — Le président américain Donald Trump a proclamé une semaine du « souvenir des victimes de la Shoah » lors d’une proclamation officielle vendredi, tout en vantant les « efforts » de son administration pour « lutter contre le racisme et la discrimination antisémite ».

La semaine du souvenir a débuté dimanche, date anniversaire du Soulèvement du ghetto de Varsovie. Yom HaShoah commence officiellement lundi soir.

Trump a souligné que « parmi ceux qui ont été tués pendant la Shoah, figuraient 6 millions d’hommes, de femmes et d’enfants juifs, qui sont devenus les victimes de l’inconcevable et diabolique ‘Solution finale’ ourdie par le Troisième Reich ».

Cette proclamation enjoint également les Américains à « se souvenir des millions de vies éteintes pendant la Shoah, y comprise celles de juifs, de Polonais et de slaves, de Roms et de Sinté, de personnes souffrant de déficiences physiques ou mentales, d’homosexuels, de dissidents politiques et de dizaines d’autres groupes. »

Trump a reconnu que les Juifs américains sont toujours persécutés, et a évoqué son décret sur l’antisémitisme signé en décembre.

Ce texte controversé ordonne une application « rigoureuse » des protections existantes des droits civils des Juifs sur les campus universitaires en vertu de la loi sur les droits civiques de 1964 – qui stipule que les agresseurs ciblent les Juifs parce qu’ils les considèrent comme étant une race ou ayant une identité nationale commune.

Les détracteurs de ce décret déplorent le fait qu’il suggère que le judaïsme est une nationalité.

A LIRE : Le décret de l’antisémitisme sur les campus est détourné, selon son auteur

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...