Israël en guerre - Jour 287

Rechercher

Tsahal ouvre son unité de commando d’élite aux recrues féminines – une première

Fin 2024, les femmes pourront rejoindre l’unité Sayeret Matkal et des unités d’élite de transport ; selon Halevi, il y a peu de chances qu’un programme dans les blindés soit lancé

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldates à l'entraînement, sur une photo non datée publiée le 7 juin 2022. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldates à l'entraînement, sur une photo non datée publiée le 7 juin 2022. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a déclaré mardi dernier qu’elle allait commencer à recruter des femmes pour l’unité d’élite Sayeret Matkal, ainsi que pour deux autres unités précédemment fermées aux femmes, dans le cadre des derniers programmes pilotes qui visent à ouvrir davantage de rôles de combat aux soldates de Tsahal.

Ces dispositions ont été prises après la demande de la Haute Cour de justice, en juin, que Tsahal explique pourquoi toutes les unités ne sont pas ouvertes aux femmes.

À partir de fin 2024, les recrues féminines seront autorisées à passer divers tests physiques et mentaux spéciaux. En fonction des résultats, la porte vers des rôles de combat dans l’unité de commando Sayeret Matkal pourrait leur être ouverte, a indiqué Tsahal.

Le programme pilote ne sera toutefois lancé que si l’armée dispose d’un nombre suffisant de recrues féminines répondant aux critères du commando Sayeret Matkal, une décision qui sera prise avant que les premières recrues ne s’enrôlent à la fin de l’année 2024.

Tsahal prévoit par ailleurs d’ouvrir l’unité d’élite 5515, une unité de mobilité opérationnelle, aux recrues féminines à partir de 2025, à condition qu’un nombre suffisant de soldates réussissent les différents tests de sélection. L’unité est responsable des opérations spéciales dans le domaine de la mobilité et fonctionne souvent en collaboration avec d’autres unités d’élite.

Selon Tsahal, sur la base des résultats d’un programme pilote permettant aux femmes d’assumer des rôles de combat dans l’unité de recherche et de sauvetage héliportée 669 et dans l’unité d’ingénierie de combat Yahalom, la probabilité d’avoir suffisamment de recrues féminines pour Sayeret Matkal et l’unité de mobilité opérationnelle est très élevée.

Tsahal a également indiqué qu’elle souhaitait lancer un programme pilote permettant aux soldates de servir dans le Corps Blindé Mécanisé en 2024.

Des soldates opèrent un char dans le désert du Neguev sur une photo non datée. (Crédit : Armée israélienne)

À l’heure actuelle, les soldates peuvent servir dans les chars du Corps de défense des frontières de Tsahal, au sein d’une compagnie de chars entièrement féminine du bataillon d’infanterie légère mixte Caracal, qui opère le long de la frontière égyptienne – mais pas dans les guerres ou dans les combats menés loin derrière les lignes ennemies.

Les bataillons mixtes ne sont pas considérés comme des « unités de manœuvre », à savoir des unités qui ne sont pas entraînées à pénétrer profondément en territoire ennemi, mais qui restent essentiellement à l’intérieur du territoire israélien et à proximité de leurs bases d’attache. Ainsi, les militaires servant dans ces unités n’ont pas à répondre aux mêmes exigences physiques que les soldats des brigades d’infanterie lourde, qui doivent être capables de transporter du matériel lourd sur de longues distances, une tâche qui sied généralement mieux aux hommes qu’aux femmes.

Il est difficile de savoir si le programme pilote du corps blindé verra effectivement le jour, car pour que Tsahal puisse en tirer le moindre profit logistique, cela nécessitera la réussite aux tests de sélection d’un nombre très élevé de candidates. Une compagnie de blindés exclusivement féminine est un projet beaucoup plus ambitieux que la compagnie Caracal.

Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, estime qu’il y a peu de chances de trouver un nombre suffisant de femmes capables de réussir les tests de sélection pour servir dans le corps blindé, et que ce serait la réponse de Tsahal à la demande de la Haute Cour d’ouvrir l’unité aux combattantes.

Tsahal poursuit néanmoins ses projets et présentera à la Cour une réponse à ce sujet à une date plus proche de l’ouverture éventuelle du programme, soit en 2024.

Le chef d’état-major Herzi Halevi s’exprimant lors d’une cérémonie marquant le 50e anniversaire de la Guerre de Kippour sur la base militaire de Glilot, le 11 septembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Les recrues qui ne passeront pas les tests de sélection pourront postuler à d’autres rôles de combat dans lesquels les femmes peuvent déjà servir.

En juin dernier, Tsahal a annoncé qu’elle autorisait les recrues féminines à s’engager dans les unités 669 et Yahalom.

Les 12 premières soldates ont été incorporées à Yahalom en mars, et une autre incorporation est prévue en novembre. Les premières soldates de l’unité 669 seront également incorporées en novembre.

Cette décision a été prise à la suite des recommandations d’un comité interne qui a demandé à l’armée d’ouvrir de nouveaux rôles de combat aux recrues féminines.

Le comité a été formé par Tsahal en 2020 pour évaluer l’intégration des femmes dans des rôles de combat supplémentaires au sein de l’armée, après que quatre recrues féminines ont demandé à la Haute Cour le droit de s’essayer à des unités de combat qui ne sont actuellement ouvertes qu’aux hommes.

Le recrutement de femmes dans les unités d’élite servira probablement de test décisif pour les planificateurs militaires, qui affirment que d’autres rôles pourraient être ouverts à l’avenir, en fonction du succès de l’intégration dans ces unités.

Les femmes servent déjà dans divers rôles de combat au sein de Tsahal, dans de nombreux cas aux côtés de leurs homologues masculins.

Photo d’illustration : Des femmes du bataillon Bardelas pendant leur formation, le 13 juillet 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Il existe également des unités de combat mixtes entièrement intégrées, telles que les bataillons Caracal et Bardelas, qui ont pour mission de protéger la frontière d’Israël avec l’Égypte et la Jordanie, respectivement.

Dans l’armée de l’air, hommes et femmes servent ensemble dans les unités de défense aérienne, dont celle du Dôme de fer, techniquement considérée comme une unité de combat.

Les critiques de cette intégration des genres dans l’armée la décrient souvent comme une expérience sociale dangereuse avec des ramifications potentielles pour la sécurité nationale, alors que ses défenseurs la qualifient généralement de mesure nécessaire depuis belle lurette, en accord avec les politiques de nombreux autres pays occidentaux.

Les critiques notent que certaines des exigences imposées aux soldates ont été revues à la baisse – ce qui, selon eux, est un signe indiquant que l’efficacité est sacrifiée – et que les soldates sont plus sujettes aux traumatismes liés au stress.

L’armée a insisté dans le passé sur le fait qu’elle permettait à davantage de femmes de servir à des postes de combat pour des raisons pratiques, et non en raison d’un programme social progressiste.

Le service militaire est obligatoire pour les hommes et les femmes en Israël ; les hommes servent pendant deux ans et huit mois, et les femmes servent pendant deux ans. Certaines unités demandent aux troupes de rester plus longtemps que la durée obligatoire, en raison des longues périodes d’entraînement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.