Rechercher

Un élu US s’excuse d’avoir demandé « l’impartialité » des enseignants sur le nazisme

Le républicain Scott Baldwin a suggéré de laisser les enfants se faire leur propre opinion sur les "ismes" tels que le nazisme et le fascisme puis a dit s'être mal exprimé

Adolf Hitler lors d'un rassemblement nazi à Weimar, en Allemagne, octobre 1930.(Crédit : Domaine public)
Adolf Hitler lors d'un rassemblement nazi à Weimar, en Allemagne, octobre 1930.(Crédit : Domaine public)

JTA – Un sénateur républicain de l’Indiana s’est excusé d’avoir suggéré, lors d’une audition sur son projet de loi sur l’éducation, que les enseignants de l’État ne devraient pas « prendre position » sur les nazis.

« Le marxisme, le fascisme, le nazisme, je ne discrédite aucun de ces « ismes » », a déclaré le sénateur d’État Scott Baldwin lors d’une audience du 5 janvier sur son projet de loi baptisé « Education Matters ». Je crois que nous sommes allés trop loin lorsque nous avons pris position sur ces « ismes ».

« Nous devons être impartiaux », a poursuivi M. Baldwin. « Contentons-nous de fournir les faits. Les enfants se feront leurs propres points de vue. »

Baldwin répondait à un enseignant d’une école publique, Matt Bockenfeld, qui s’opposait au projet de loi en donnant des exemples de la manière dont ses interdictions d’enseigner « certains concepts » l’empêcheraient d’enseigner aux élèves des sujets tels que l’esclavage, l’ère Jim Crow et les nazis.

« Nous ne sommes pas neutres face au nazisme », a déclaré M. Bockenfeld à la Commission de l’Education du Sénat de l’État lors de l’audition. « Nous prenons position dans la salle de classe contre ce phénomène. Et c’est important que nous le fassions. »

Dans un courriel adressé à l’Indy Star le lendemain, Baldwin a déclaré qu’il s’était mal exprimé.

Scott Baldwin, sénateur de l’Indiana (Crédit : autorisation)

« Le nazisme, le marxisme et le fascisme sont une tache sur notre histoire mondiale et doivent être considérés comme tels, et je n’ai pas réussi à formuler cela de manière adéquate dans mes commentaires au cours de la réunion », a-t-il déclaré au journal. « Je crois fermement que les enfants devraient apprendre ces événements horribles de l’histoire afin que l’humanité ne les revive pas. »

Baldwin a également déclaré qu’il avait invité Bockenfeld à aider à travailler sur le projet de loi avec lui, une invitation acceptée par Bockenfeld comme il l’a déclaré au Star.

Le projet de loi de Baldwin est co-écrit par six autres sénateurs de l’Indiana, tous républicains. Le projet de loi ne mentionne pas nommément les nazis ou toute autre idéologie, mais contient une longue liste de « certains concepts » qu’il interdirait aux écoles d’enseigner – qui s’inscrivent dans le cadre de la campagne nationale menée par les républicains contre la théorie critique de la race.

Par exemple, le projet de loi interdirait aux écoles d’enseigner aux élèves que « tout sexe, toute race, toute ethnie, toute religion, toute couleur, toute origine nationale ou toute affiliation politique est intrinsèquement supérieur ou inférieur » à un autre, et « qu’un individu, en vertu de son sexe, de sa race, de son ethnie, de sa religion, de sa couleur, de son origine nationale ou de son affiliation politique, porte la responsabilité d’actions commises dans le passé par d’autres membres du même sexe, de la même race, de la même ethnie, de la même religion, de la même couleur, de la même origine nationale ou de la même affiliation politique », entre autres sujets similaires.

Les spécialistes juifs ont fait valoir que l’interdiction de ces sujets aurait des répercussions négatives sur la capacité des enseignants à enseigner correctement la Shoah et d’autres exemples d’antisémitisme historique. L’enseignement de la Shoah a déjà été entraîné dans le débat sur la théorie de la race critique. L’automne dernier, un administrateur de district scolaire au Texas a déclaré que la mise en œuvre d’une loi similaire dans cet État obligerait les enseignants à enseigner des points de vue « opposés » sur la Shoah.

M. Baldwin a déclaré à l’Indy Star que l’une de ses motivations était d’interdire aux écoles d’enseigner tout concept qui « divise et stéréotype les gens ». Un projet de loi parallèle, présenté à la Chambre des représentants de l’Indiana, contient un libellé similaire.

La théorie critique de la race n’est jamais mentionnée dans l’un ou l’autre projet de loi, mais la législation présente toutes les caractéristiques (et une formulation presque identique) des efforts déployés par les chambres d’État et les conseils scolaires locaux au cours de l’année écoulée pour réduire fortement l’enseignement dans les écoles publiques de questions touchant à la discrimination systémique et historique.

Des projets de loi similaires dans d’autres États ont tenté d’interdire l’enseignement de ce que l’on appelle souvent par euphémisme les « sujets de discorde », et de donner aux parents plus de pouvoir pour détourner les plans de cours des enseignants de leurs enfants de ces sujets. Certains groupes de réflexion dirigés par des républicains ont rédigé des modèles de législation que les législateurs des États peuvent adopter.

Le projet de loi de Baldwin exigerait également que les enseignants publient leurs plans de cours en ligne avant chaque semestre pour permettre aux parents de les examiner et prévoit la création d’une « commission consultative sur le matériel pédagogique », présidé par des parents et composé en grande partie de parents, qui auraient la possibilité d’examiner et de fournir des commentaires sur le matériel pédagogique avant qu’il ne soit enseigné.

La théorie critique de la race a également été l’un des principaux enjeux de l’élection du gouverneur de Virginie l’année dernière, remportée par le républicain Glenn Youngkin.

Les commentaires de Baldwin étaient également remarquables étant donné que son nom a été lié aux Oath Keepers, un groupe d’extrême droite qui a joué un rôle dans la tentative d’insurrection du 6 janvier 2020. Baldwin a nié être membre de ce groupe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...