Israël et la Turquie vont examiner la construction d’un gazoduc les reliant
Rechercher

Israël et la Turquie vont examiner la construction d’un gazoduc les reliant

Yuval Steinitz s'est entretenu dans la matinée à Istanbul avec son homologue turc Berat Albayrak, également gendre d'Erdogan

Yuval Steinitz, ministre de l'Energie (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Yuval Steinitz, ministre de l'Energie (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

La Turquie et Israël vont examiner la construction d’un gazoduc reliant les deux pays pour acheminer le gaz israélien en Turquie, mais aussi jusqu’en Europe, a annoncé jeudi à Istanbul le ministre israélien de l’Energie.

« Nous avons décidé d’entamer immédiatement un dialogue entre nos deux gouvernements… dans le but d’examiner la possibilité et la faisabilité d’un tel projet », a précisé devant la presse Yuval Steinitz, à l’issue d’une rencontre avec son homologue turc Berat Albayrak.

Le projet « pourrait nous permettre d’acheminer du gaz naturel d’Israël vers la Turquie, et à travers la Turquie vers l’Europe », s’est réjoui M. Steinitz.

Cette visite est « une preuve du processus de normalisation (des relations) qui vient de commencer entre nos deux pays », a souligné le ministre israélien.

Le ministre israélien de l’Energie effectuait jeudi la première visite d’un membre du gouvernement israélien en Turquie depuis la fin d’une crise diplomatique de six ans entre les deux pays.

Le ministre, Yuval Steinitz s’est entretenu dans la matinée à Istanbul avec son homologue turc Berat Albayrak, également gendre du président turc Recep Tayyip Erdogan, en marge du Congrès mondial de l’Energie, selon un responsable de l’ambassade d’Israël en Turquie.

En juin, les deux pays avaient signé un accord pour mettre un terme à leur brouille diplomatique, née en 2010 après un assaut meurtrier lancé par Israël contre un navire humanitaire turc en route pour Gaza, causant la mort de dix activistes turcs.

Le ministre israélien devait ensuite prononcer un discours au forum énergétique lors d’une session intitulée « Un nouveau paysage de la Méditerranée orientale ».

Aux termes de l’accord de réconciliation, Israël a versé fin septembre 20 millions de dollars d’indemnités à la Turquie au profit des familles des victimes de l’assaut. En contrepartie, Ankara a abandonné les poursuites contre les anciens chefs de l’armée israélienne pour leur implication dans l’assaut.

Outre les excuses et un allègement du blocus israélien imposé à la bande de Gaza, la compensation financière était l’un des éléments clés réclamés par Ankara pour s’engager dans une normalisation de ses relations diplomatiques avec Israël.

Israël et la Turquie, qui n’avaient pas totalement rompu leurs relations pendant la crise, ont par ailleurs convenu d’échanger de nouveau des ambassadeurs.

Récemment, Ankara s’est montré intéressé par une coopération énergétique avec Israël, souhaitant importer le gaz naturel offshore dont l’extraction croît.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...