Un Palestinien de 12 ans aurait été tué dans des affrontements avec les forces israéliennes
Rechercher

Un Palestinien de 12 ans aurait été tué dans des affrontements avec les forces israéliennes

La police affirme que des garde-frontières ont été attaqués près de Jérusalem en rendant le corps d’un terroriste

Ilan Ben Zion est journaliste au Times of Israel. Il est titulaire d'une maîtrise en diplomatie de l'Université de Tel Aviv et d'une licence de l'Université de Toronto en études du Proche-Orient et en études juives

Un jeune Palestinien masqué renvoie des gaz lacrymogènes sur les garde-frontières israéliens pendant des affrontements dans le village palestinien d'al-Ram, entre Jérusalem et Ramallah, en Cisjordanie, le 22 octobre 2015. (Crédit : AFP/Abbas Momani)
Un jeune Palestinien masqué renvoie des gaz lacrymogènes sur les garde-frontières israéliens pendant des affrontements dans le village palestinien d'al-Ram, entre Jérusalem et Ramallah, en Cisjordanie, le 22 octobre 2015. (Crédit : AFP/Abbas Momani)

Un garçon palestinien de 12 ans aurait été tué mardi soir par des balles en caoutchouc tirées par les forces de sécurité israélienne à al-Ram, dans le centre de la Cisjordanie, ont annoncé des médias palestiniens.

Selon l’agence de presse palestinienne Maan, des affrontements ont éclaté quand des soldats sont entrés dans la ville, située au nord de Jérusalem.

D’après l’article, des jeunes palestiniens ont lancé des pierres et des bouteilles vides sur les troupes, qui ont répondu avec des tirs à balles réelles et à balles en caoutchouc, et des gaz lacrymogènes.

Le ministère de la Santé palestinien a identifié le garçon, Mohiyeh al-Tabakhi. L’agence de presse palestinienne Wafa a annoncé qu’il avait été touché à la poitrine par une balle en caoutchouc, et était mort d’un arrêt cardiaque.

La police israélienne a cependant déclaré que les violences avaient commencé quand des garde-frontières qui venaient restituer le corps d’un terroriste palestinien ont été « bombardés de cocktails Molotov. »

Les troupes ont répondu avec des gaz lacrymogènes et des grenades incapacitantes, et n’ont pas utilisé de balles réelles, a déclaré la police.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...